Accueil du site > ACTUALITE > Débats > Corrélyce, au-delà du modèle...
par gpuimatto (son site) dimanche 29 janvier 2012 -

Corrélyce, au-delà du modèle...


Educavox s’est à de nombreuses reprises fait écho du projet Corrélyce. Claude Tran en particulier a publié plusieurs articles à ce sujet, le dernier en date s’appuyant sur un interview de Nader Boutros, qui dirige la société Pass Technologie

 

Corrélyce, un bon modèle ?

 

Cette question, posée par Claude Tran, vient en quelque sorte pour moi, pour le CRDP de l’académie d’Aix-Marseille et pour la Région Provence Alpes Côte d’Azur, valider près de six années de travail.
Car Corrélyce, on a souvent tendance à l’oublier, a été conçu en 2006 et généralisé à tous les lycées de la région PACA en 2007, à une époque ou le propos des ressources éditoriales en ligne n’était pas sur le devant de la scène. Si aujourd’hui Claude Tran peut souligner qu’ « aucune collectivité territoriale n’envisage aujourd’hui investir dans un espace de travail sans qu’y [soit associé…] un catalogue raisonné de ressources en ligne », l’évidence ne s’imposait pas en 2006, alors que la généralisation de l’accès à Internet conduisait à une forme d’abondance des ressources directement accessibles, après une longue habitude de pénurie.


Les attendus du projet, il faut le rappeler, visaient alors à s’appuyer sur des valeurs traditionnelles de la production et de l’exploitation des contenus, l’édition et la documentation, pour élaborer un dispositif d’accès, de gestion et de pilotage des ressources éditoriales au sein de l’établissement.

 

  • L’accès, c’est aujourd’hui banal, suppose l’usage d’un SSO permettant d’éviter une gestion des identifiants trop complexe et pénalisante, mais permettant aussi des accès en respectant le plus strict anonymat dans les éléments transmis aux éditeurs. Ce qui l’est moins, c’est de publier largement les interfaces qui permettent aux éditeurs de contenus de connecter leurs ressources. Corrélyce tourne en cela le dos aux approches des éditeurs ENT qui continuent à réaliser des connecteurs de l’ENT vers telle ou telle ressource, sur commande de la collectivité. A la logique de la liste limitative de titres connectés, sur commande explicite de la collectivité, se substitue une logique d’ouverture à toute la richesse et la diversité éditoriale.

 

  • La gestion des ressources numériques relève de l’établissement, qui doit à la fois définir une politique d’acquisition des ressources commerciales, mais aussi gérer les abonnements et assurer le suivi des affectations des titres aux usagers, enseignants et surtout élèves. Car, au-delà du catalogue, Corrélyce propose aussi un ensemble d’outils de gestion permettant de choisir, de gérer et d’attribuer les titres, qu’ils soient gratuits ou payants, publics ou privés, libres ou propriétaires.

 

  • Le pilotage, autre prérogative essentielle de l’établissement, s’inscrit clairement dans le cadre de la politique documentaire, dont Corrélyce vise à favoriser l’extension à l’ensemble des ressources numériques. L’établissement dispose d’un suivi précis des accès, certes anonymé, mais permettant de savoir quelles ressources sont utilisées, par quels usagers (enseignants, élèves), dans l’établissement ou au dehors, en ou hors temps scolaire.

 

Car Corrélyce ne saurait se limiter à la conception d’une plate-forme informatique, aussi élaborée soit-elle. C’est un dispositif complexe, comprenant notamment des aspects légaux, règlementaires, contractuels, financiers, etc., un dispositif dont on peut dire aujourd’hui que le gage de son efficacité c’est que chacun de ses acteurs (collectivité, éditeurs, établissement, CRDP, équipes académiques, enseignants, élèves) y trouve à la fois sa place et une reconnaissance de ses fonctions et responsabilités.

 

Corrélyce diffusion

 

Corrélyce bénéficie actuellement d’une dynamique d’essaimage. Après Courdecol13, déployé dans les 135 collèges des Bouches-du-Rhône, l’ENT de la région Rhône Alpes l’a intégré à ses fonctionnalités.

 

Nader Boutros évoque largement l’intervention de Pass Technologie à ce sujet dans l’interview annexé à l’article de Claude Tran. D’autres appels d’offres d’ENT ou initiatives académiques ont aussi intégré la demande d’un dispositif analogue à Corrélyce dans leur déploiement. Et Coréprim constitue un service dérivé destiné aux écoles, appuyé sur le récent développement des ENT du premier degré.


Dans le cadre de la Stratégie régionale en faveur du logiciel libre, approuvée par le Conseil régional le 16 décembre 2011, la Région Provence Alpes Côte d’Azur et le CRDP ont mis en place le site Corrélyce-diffusion, qui permet d’accéder aux codes sources de l’application Corrélyce, ainsi qu’à un ensemble de documents techniques et réglementaires, ou encore de rapports d’étude. L’objectif de Corrélyce diffusion est de permettre aux collectivités qui souhaitent mettre en place une plate-forme d’accès aux ressources numériques de bénéficier de l’ensemble des travaux et développements réalisés dans le cadre de Corrélyce. Le but est notamment d’encourager le développement de dynamiques de mutualisation des développements informatiques, notamment en favorisant les mises à disposition entre collectivités.

 

www.correlyce-diffusion.fr

www.correlyce-diffusion.fr

 

Coredu, le catalogue de Corrélyce

 

Également évoqué par Nader Boutros dans son interview, le catalogue Coredu qui permet une gestion unique et rationalisée de l’inscription dans l’ensemble des catalogues dérivés de Corrélyce.


Coredu a été développé pour inscrire Corrélyce dans les dernières évolutions des normes et standards documentaires, avec en particulier l’adoption du format ScoLomFr, profil d’application du LOM développé à l’initiative du ministère de l’éducation nationale. Grâce à ScoLomFr, les titres de Corrélyce sont indexés en référence à des listes d’autorité officielles, standardisées et régulièrement actualisées, notamment en ce qui concerne les « niveaux », « disciplines », « compétences », etc.


Comme Corrélyce, Coredu est un catalogue ouvert, ouvert à tous les éditeurs et à tous leurs titres, sous réserve qu’ils respectent quelques critères explicites. Les contributeurs au catalogue, éditeurs ou diffuseurs, sont obligatoirement des personnes morales (entreprise, association, établissement public, etc.) dont l’objet social permet des activités d’édition ou de diffusion de ressources numériques en éducation. Quant aux ressources, elles doivent répondre à six catégories de critères explicites : critères éditoriaux, documentaires, techniques, règlementaires, commerciaux, scientifiques/éducatifs.

 

www.coredu.fr

www.coredu.fr

 

Quel avenir ?

 

Corrélyce, on l’a vu, est en voie d’essaimage dans d’autres territoires que la région Provence Alpes Côte d’Azur où il est né. Mais il s’inscrit aussi dans les dynamiques actuelles en termes de ressources, qu’il s’agisse du plan « Développement des usages du numérique à l’école » conduit par le ministère de l’éducation nationale, ou le développement de plates-formes de production ou de mutualisation de ressources.


Car le constat de la nécessité de professionnaliser l’environnement numérique éducatif des acteurs scolaires est plus que jamais d’actualité. A côté de l’accès généralisé aux ressources de l’Internet public, qui saturent le besoin sans vraiment y répondre, la pratique scolaire en termes de ressources s’organise autour de quatre pôles :

 

  • les ressources institutionnelles (serveurs académiques et nationaux), pour lesquels un gigantesque effort de structuration est conduit autour de ScoLomFr ;

 

  • les ressources éditoriales, portées notamment par Corrélyce, avec les modes fonctionnels et les dispositifs associés ;

 

  • enfin, les ressources autoproduites et/ou mutualisées, qui ne s’inscrivent pas (ou pas encore) dans des démarches éditoriales. Pourquoi la pratique des « pré-prints », généralisée dans l’enseignement supérieur, ne viendrait-elle pas contribuer à l’environnement de travail des enseignants ?

 

Si on peut aujourd’hui poser ce constat, et ouvrir un débat professionnel riche sur la structuration des approches des ressources numériques, c’est évidemment grâce à la dynamique engagée par les ENT. Mais c’est aussi grâce à l’important travail de débroussaillage conduit depuis 2006 dans ce domaine à propos de Corrélyce.


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]

Charte éditoriale   Foire aux Questions   Qui sommes-nous ?   Nous contacter


Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1561042 v0.