Accueil du site > FORMATION > Analyses > Un projet de webzine en langues avec Facebook
par Luc Renaud (son site) lundi 16 avril 2012 - 1 réaction |

Un projet de webzine en langues avec Facebook

La gestion de projet et le devis pédagogique contre l’improvisation

La classe de langue se compare à une entreprise de communication qui repose sur des valeurs sociales essentielles au succès de l’usage du Web 2.0 (1) dans le cadre d’une pédagogie par projet d’inspiration socioconstructiviste. Dans le présent article, je ferai valoir l’étroitesse de ces liens, pour ensuite brosser les grands traits d’un devis pédagogique (2) d’un projet fictif de webzine, à réaliser à l’aide de Facebook, par des étudiants de niveau intermédiaire en langue seconde. La démarche impliquera aussi des principes de gestion de projet (3 et 4).

 

 1- L’approche communicative en langue et les projets TIC

 

Par le biais de l’approche communicative (5), les étudiants sont appelés à partager des informations personnelles, des récits de vie, des opinions sur des faits d’actualité, etc. Ce faisant, ils abordent des thèmes d’une manière qui rappelle l’intégration de matières, comme les arts et la culture, le conditionnement physique, les finances, la géographie, la médecine, la technologie, etc. (6) Au-delà de ces échanges se construisent des liens de camaraderie et d’amitié qui se cultivent au-delà des limites de la classe.

 

Dans ce contexte, il n’est pas rare que des enseignants conçoivent des journaux de classe ou des sites Internet mettant en valeur les travaux de leurs étudiants, y voyant une valeur informationnelle ou littéraire transcendant le simple exercice de français. Dans le cas d’étudiants adultes jouissant déjà d’une solide expérience de travail, le produit final revêt même des qualités journalistiques quasi professionnelles (7).

 

Imaginons brièvement alors à quoi pourrait ressembler le processus de création collective de webzine, qui s’échelonnerait sur l’ensemble d’une session de cours. J’y vois d’emblée de multiples valeurs ajoutées. Non seulement un tel projet créerait une situation d’apprentissage signifiante et authentique, mais il assurerait une certaine notoriété aux étudiants, à la classe et à l’école. De plus, les étudiants développeraient des compétences de nature professionnelle en TIC, en travail collaboratif, en gestion de projet, et en communication journalistique.

 

Compte tenu de l’envergure du projet, l’application de principes de gestion de projet et d’élaboration de devis pédagogique me semble nécessaire pour en assurer la bonne marche. Le tout pourra s’inscrire dans une approche plus globale de recherche action intégrale systémique (8), qui permettra de peaufiner le projet en cours de réalisation et de mieux en comprendre la valeur.

 

 2- La gestion de projet et l’élaboration d’un devis pédagogique

 

Je propose de s’inspirer des cinq grandes étapes de gestion de projet suivantes : 1) l’avant-projet, 2) le démarrage, 3) le prototypage, 4) la réalisation et 5) la clôture.

 

2.1 L’avant-projet et le devis pédagogique

 

En avant-projet, il faudra identifier et définir les compétences disciplinaires à couvrir, la nature de la clientèle, les besoins techniques et logistiques nécessaires à la réalisation du webzine, etc. Il faudra se doter d’un devis pédagogique qui comprendra, entre autres, les orientations pédagogiques choisies et les paramètres du projet. On concevra les documents d’appoint nécessaires et les outils de suivi. Il faudra aussi procéder à l’ouverture des comptes Internet et s’assurer de l’accès aux équipements nécessaires.

 

 2.1.1 La clientèle et les compétences

 

Dans mon exemple, les étudiants ont une connaissance du français du niveau intermédiaire et des évaluations détaillées ont permis de bien cibler des besoins linguistiques. Il serait surtout pertinent de développer leurs compétences en production écrite et en production orale par l’emploi des TIC. À partir de ces informations, il aura été possible de définir des objectifs pédagogiques et des compétences transversales à faire acquérir, qu’il serait trop long de lister dans le présent article.

 

Un sondage mené lors de l’inscription des étudiants au cours (9) nous permet de reconnaître que chacun d’entre eux possède des expériences de nature sociale ou professionnelle qu’il est prêt à communiquer au groupe et au reste de la planète : par exemple, l’un est un globe-trotter, un autre a connu la guerre, tandis que d’autres possèdent des connaissances notoires en chimie, en économie et en biologie.

 

2.1.2 Les besoins logistiques, la disponibilité des ressources humaines et techniques

 

Pour des raisons pédagogiques, mais aussi de limites d’accès au parc informatique de l’école, le projet s’inscrit dans une formule hybride où l’essentiel des productions se ferait à distance. Des outils gratuits et simples sont privilégiés, compte tenu du manque de ressources humaines compétentes en informatique, disposés à appuyer l’enseignant (10) et de moyens financiers presque nuls.

 

Le webzine prendra alors la forme d’un blogue (sur Overblog), exploitant l’option catégories pour y classer ses articles. Facebook sera le principal moyen de communication à distance entre les étudiants, et entre eux et l’enseignant. Le logiciel servira de terrain d’entraînement et d’outil d’organisation des travaux en équipe. YouTube sera employé pour le dépôt des enregistrements vidéo.

 

Des TIC spécifiques aux habiletés langagières visées sont aussi nécessaires.

 

  •  Production écrite : traitement de texte, correcteur (Antidote), conjugueur, dictionnaire, banque d’exercices sur des points de langue (grammaire, verbe, orthographe d’usage, etc.) ;
  • Production orale : logiciel de montage sonore (Audacity), une caméra (l’option caméra d’un bon appareil photo numérique suffit) et d’un logiciel de montage vidéo (Movie Maker), exercices de phonétique, synthétiseur vocal.

 

 2.2 Le devis pédagogique (et la documentation complémentaire)

 

Les analyses préliminaires terminées, il est temps de concevoir un devis pédagogique et des documents complémentaires comme un guide de l’élève comprenant les objectifs pédagogiques, la liste des contenus disciplinaires à couvrir, un calendrier des activités et des instructions techniques destinées aux étudiants.

 

Mon exemple se limite à quelques orientations pédagogiques, aux paramètres du projet et aux grandes lignes de son déroulement. Pour des raisons pratiques, j’ai décidé de présenter celui-ci en lien avec les étapes 2 à 5 de la gestion de projet, déjà énumérées.

 

2.2.1 Des orientations pédagogiques

 

L’approche communicative et la pédagogie par projet (11) d’inspiration socioconstructiviste constituent les fondements de l’activité. De plus, des principes de l’entreprise sociale (12) seront introduits, question de favoriser chez les étudiants le développement d’une culture numérique et des compétences transversales associées à l’entreprenariat, à la gestion, à la coopération et à la collaboration.

 

2.2.2 Des paramètres du projet

 

La classe de notre exemple se compose de 14 étudiants inscrits dans un cours de langue d’une université, qui se diviseront en 7 équipes de 2, chacune étant responsable d’une rubrique du webzine. Le cours est d’une durée totale de 45 heures réparties sur 15 semaines à raison de 3 heures en salle de classe et de 6 heures de travail libre, optimalisées dans une formule hybride, selon une approche clairement centrée sur l’apprenant.

 

2.2.3 Le déroulement

 

Il faudrait normalement détailler le déroulement du projet : le découper en étapes et énumérer une liste de tâches, définir l’enchaînement logique de celles-ci, intégrer les durées et les contraintes externes, fournir un échéancier précis, définir et attribuer les ressources (le qui fera quoi), planifier et assurer le suivi du projet. Dans le cadre du présent article, je me limiterai à fournir quelques directives générales.

 

a- Le démarrage

 

L’idée du webzine sera d’abord présentée au groupe ; des exercices de remue-méninges permettront d’en préciser le format, d’en déterminer les rubriques, de former les équipes et de déterminer un modus operandi du projet. C’est à cette étape que se fera la distribution aux étudiants des guides pédagogiques et aussi des accès aux équipements, logiciels et sites Internet nécessaires. Le mécanisme de suivi leur est présenté ; celui-ci comprend des retours en ligne et en classe à des moments spécifiques inscrits au calendrier.

 

b- Le prototype

 

Cette période de prototypage servira d’initiation à l’usage des TIC employées. Chaque équipe devra produire un article et une vidéo en suivant la démarche établie. L’exercice se soldera par une présentation en classe des travaux réalisés, suivie d’un moment de réflexion métacognitive sur les acquis. Il s’agira d’une première boucle de rétroaction permettant d’ajuster le projet, son calendrier ou le déroulement des activités.

 

 c. La réalisation

 

Les heures de classe seront essentiellement consacrées à des capsules d’enseignement linguistique, à des simulations, à des jeux de rôles, à des débats, etc., mais aussi à des présentations des travaux réalisés en dehors de la classe et à des séances de mise au point sur l’avancement du projet.

 

L’essentiel du webzine se construira à distance par des rallyes éducatifs avec dispositifs de réalité augmentée (13 et 14), de la recherche Web, des activités de production orale et écrite en équipe, et d’autres individuelles. Une banque d’idées et d’images sera graduellement montée dans un compte Facebook (FB) de la classe afin de solliciter des points de vue d’équipe et interéquipe. L’option évènements de FB servira à la gestion des travaux d’équipe. Les outils de clavardage et de bavardage (Skype) pourront servir à des discussions sur les projets.

 

  •  La production écrite :

 

Les plans des articles et leurs brouillons se feront dans la section Articles de FB. À l’aide de grilles d’autocorrection et d’une procédure de correction par les pairs, les étudiants seront amenés à cibler leurs erreurs. Des interventions de l’enseignant pourront suggérer des exercices en ligne sur des points de langue jugés nécessaires. Les articles seront alors travaillés au traitement de textes, à l’aide de correcteurs, de conjugueurs ou de dictionnaires en ligne. Le produit final obtiendra l’approbation de l’enseignant pour y être saisi dans le blogue.

 

  •  La production orale :

 

À l’aide de la webcam, des exercices de pratique de productions orales pourront être déposés dans FB, en suivant aussi une approche par autocorrection et correction par les pairs ; des interventions de l’enseignant pourraient suggérer des exercices de phonétique en ligne et des façons d’exploiter un synthétiseur vocal pour bien cerner la prononciation de certains sons. Des étudiants voudront vraisemblablement s’enregistrer à l’aide d’Audacity, se réécouter, se corriger, etc. avant de procéder à un enregistrement vidéo. Les productions finales des manchettes vidéo pourront être réalisées à l’aide de l’option caméra d’un appareil-photo, puis montées avec MovieMaker pour un dépôt sur YouTube après approbation de l’enseignant. De là, il suffira d’en fournir le lien à l’intérieur d’un article de blogue pour les rendre accessibles dans le webzine.

 

e. La clôture

 

La clôture d’un projet prend généralement la forme d’un bilan écrit. Dans le cas du webzine, il s’agira d’une activité évaluative de type portfolio électronique qui tiendra compte de réflexions sur les acquis tant sur le plan disciplinaire que des compétences transversales. La clôture sera plutôt ouverte et intègrera une campagne de marketing, durant laquelle les étudiants seront invités à faire la promotion de leur produit aussi bien dans leurs réseaux en ligne que de vive voix dans leur entourage. Une démonstration pourra être faite à une autre classe en présentiel ou par webdiffusion.

 

Conclusion

 

Il est de mon avis qu’une classe de langues se prête parfaitement au développement de projets de communication impliquant avec succès les ressources du Web.2.0. On dirait même que les TIC ont été expressément conçues pour elles. Évidemment, d’autres projets sont envisageables, notamment celui de jumelage linguistique entre des classes de différents pays.

 

Pour éviter l’improvisation souvent à la base de l’échec de bonnes idées, l’application de principes de gestion de projet et d’élaboration de devis pédagogiques me semble indispensable. Chacune des étapes de réalisation de l’activité nécessite aussi une planification pédagogique plus détaillée, qui pourrait prendre la forme de scénarios d’apprentissage, l’ensemble formant un cours riche et complexe, se rapprochant carrément d’une méthode d’enseignement originale. Dans d’éventuels articles, je me permettrai d’imaginer des scénarios d’apprentissage à ce projet fictif de webzine, mais d’une manière suffisamment vaste pour qu’ils puissent intéresser non seulement des enseignants en langues, mais aussi ceux des disciplines couvertes par les contenus abordés par les journalistes étudiants.

 

Texte : Luc Renaud, M.A. Sciences de l’éducation

 

Référence

 

  • (1) Renaud, L. (2012) Conférence de Marie-Josée Gagnon : Le Web 2.0 au service de l’entreprise sociale, dans Le blogue de Luc R

Madame Gagnon souligne l’importance de la culture sociale pour que l’usage du Web 2.0 puisse être fructueux dans les entreprises.

Le lecteur comprendra sans doute que cet article n’est qu’un survol, même partiel du domaine de l’ingénierie pédagogique.

 

 

De 1991 jusqu’au début des années 2000, j’ai réalisé plusieurs journaux de classe et quatre sites Internet avec des étudiants adultes inscrits à des cours de langues pour en arriver à suivre un processus de création collective similaire à celui de cet exemple.

 

 

 Liste des marques de logiciels suggérés dans cet article : Antidote, Audacity, Facebook, Movie Maker, Overblog, Skype, YouTube

Réactions à la vidéo
  • par Patrice (xxx.xxx.xxx.94) 23 avril 2012 18:02

    Bonjour,

    j’ai vu une expérience similaire : apprendre l’hygiène alimentaire chez Mac-Do ; ou apprendre les couleurs avec Disney !

    Bref, je trouve qu’utiliser Facebook est une ineptie dans l’enseignement. Sans aller jusqu’aux exemples fictifs énoncés ci-dessus, il existe bel et bien des kits pédagogiques pour apprendre la nutrition avec Mac-Do et, très sincèrement, je ne vois pas bien la différence avec ce projet.

    Il serait tout aussi intéressant d’utiliser (puisqu’il s’agit d’un "projet fictif de webzine") un autre outil "social" moins publicisé que Facebook ou, et ce serait nettement plus judicieux en pédagogie, un outil libre.

    bien cordialement,

    Patrice


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]

Charte éditoriale   Foire aux Questions   Qui sommes-nous ?   Nous contacter


Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1561042 v0.