fil-educavox-color1

Le Forum Changer d'Ere, c'est le lieu public de rencontre annuelle de plusieurs dizaines d'experts de disciplines très diverses qui viennent confronter, échanger, partager leurs savoirs et leurs visions du monde dans une démarche transdisciplinaire, dynamique et systémique. 

Comment imaginer l'avenir sur le constat des technologies d'aujourd'hui?

Mais également comment influer sur cet avenir en le construisant par les actions du présent ?

Joël de ROSNAY, parrain du Forum Changer d'ère depuis sa création en 2013 aura une fois encore marqué les travaux de cette cinquième édition consacrée aux robots, à l'intelligence artificielle et à la place de l'humain : le travail aux robots...la vie aux humains

Selon une enquête exclusive Odoxa pour cet événement les français restent très partagés sur l'intelligence artificielle : ils sont 51% à penser que c'est une chance et 49% en ont peur.

De façon plus précise trois quart d'entre eux pensent que les robots sont une menace pour l'emploi ; mais avec de fortes disparités selon l'âge et la catégorie socio -professionnelle : les jeunes, les catégories populaires et les moins diplômées sont celles qui ont le plus peur de l'IA.

"J'ai moins peur de l'intelligence artificielle que de la stupidité naturelle" ironise le conseiller du Président de la Cité des Sciences et de l'Industrie qui considère que "l'idéologie du transhumanisme est dangereuse car, concentrée sur l'individu, élitiste, égoïste et narcissique.

Il s'est opposé, dans son dernier livre " je cherche à comprendre : les codes cachés de la nature " à cette vision très pessimiste qui conduit à un impasse alors que le futur de l'humanité c'est la connexion des individus entre eux par les réseaux pour faire émerger l'intelligence augmentée collaborative."

Cet hyperhumanisme permettra de débloquer dans notre cerveau des qualités aujourd'hui inhibées par la concurrence, la compétition et l'égoïsme, affirme-t-il !

Joël de Rosnay considère que cette nouvelle humanité vers laquelle nous allons est augmentée dans le sens de l'utilisation de la liberté des hommes pour ensemble être capables de construire le futur que nous voulons plutôt que de subir le futur que certains nous imposent.

Dans cet entretien il accepte de revenir sur trois idées qu'il développe tout au long de cette journée riche et positive.

- Aujourd'hui on donne l'intention et la capacité d'apprendre aux robots. Mais qu'est ce que cela change ?
- Aborder la question de nos relations affectives avec les robots, c'est poser la question : les robots peuvent-ils nous aimer ?
- Pourquoi proner d'investir dans l'immobilité dans un monde hyperconnecté ?

En conclusion de ses interventions au Forum Changer d'Ère, Joël de Rosnay nous donne une véritable leçon de sagesse dans ce monde de machines

"Finalement l'hybridation entre l'humain et les machines, la symbiose entre les humains et l'écosystème numérique darwinien dans lequel nous sommes entrés, cet hyperhumanisme qui conduit à une nouvelle espèce humaine dans les siècles qui viennent sont des challenges fondamentaux pour l'Éducation la formation et la politique. Des challenges fondamentaux car nous continuons à faire une éducation juxta disciplinaire en apprenant aux plus jeunes ou aux moins jeunes dans les Universités des disciplines séparées alors que l'important c'est la dynamique du changement, ce sont les Systèmes innovants pas l'innovation.

Les Systèmes innovants sont liés a un processus dynamique et systémique qui conduit à l'émergence de nouvelles propriétés.

Capture décran 2017 06 19 à 15.50.20

C'est vers cela que notre éducation doit aller, c'est vers cela que les entreprises doivent aller, en pensant à l'innovation et en pensant à son financement, un financement aventureux - le venture capital mal traduit par capital-risque -

Je propose un principe d'audace et un principe d'attrition plutôt qu'un principe de précaution

La responsabilité, l'information, la formation manquent dans la politique, dans l'université, et dans l'éducation, pour comprendre la complexité de ce monde de demain. La vigilance s'impose face à des systèmes de transmission directe d'information vers les machines et en retour des machines vers le cerveau et vers le corps ...On peut influencer l'input et l'output dans la relation symbiotique entre l'humain et l'écosystème numérique : ce qui sort de notre corps peut être hacké et ce qui rentre dans notre corps peut être modifié.

D'où la nécessité de comprendre tous ces enjeux, d'une manière pluridisciplinaire.

Faire en sorte que nous ne retrouvions pas seulement plus d'information qui conduit à l'infobésité, à l'infopollution, nous obligera à utiliser le big data et l'intelligence artificielle,  pour nous conduire à plus de sagesse.

La sagesse ce n'est pas avoir plus d'informations, certes c'est avoir de l'information multidimensionnelle mais c'est se reposer sur les qualités humaines fondamentales et les valeurs humaines fondamentales. C'est cela l'hyperhumanisme.

C'est revenir à une sagesse qui tient compte de tous les éléments fondamentaux dont toutes les religions ont parlé depuis toujours : le respect de l'autre , s'aimer les uns les autres, construire ensemble en s'aimant ...c'est cela la sagesse !

C'est la capacité de gèrer l'information pour donner plus de sens à sa vie et en le partageant c'est donner plus de sens à la vie des autres. "

Claude TRAN

Dernière modification le jeudi, 22 juin 2017
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.