Accueil du site > ACTUALITE > Interview > Open Education : pourquoi pas la France ?
par Claude TRAN jeudi 23 août 2012 -

Open Education : pourquoi pas la France ?


En 2001, le MIT, annonce la publication en libre accès sur Internet de la majeure partie de ses cours. Un nombre accru d’établissements, avec le même objectif décident alors d’offrir des didacticiels gratuits ou libres. L’année suivante, estimant que l’accès universel à une éducation de qualité est essentiel à la construction de la paix, au développement social et économique, et au dialogue interculturel, l’UNESCO organise le 1er Forum mondial des Ressources Educatives Libres.

 

Les ressources éducatives libres (REL), dont la définition est retenue lors de ce Congrès, sont des matériaux d’enseignement, d’apprentissage ou de recherche appartenant au domaine public ou publiés avec une licence de propriété intellectuelle permettant leur utilisation, leur adaptation et leur distribution à titre gratuit. Les REL offrent une opportunité stratégique pour améliorer la qualité de l’éducation, faciliter le dialogue politique et partager les connaissances et le renforcement des capacités.

 

En partenariat avec le Commonwealth of Learning (COL) et grâce au soutien de la Fondation William et Flora Hewlett, l’UNESCO a organisé avec toutes les parties prenantes le Congrès mondial 2012 des REL les 20, 21 et 22 juin 2012. Tous les continents sont représentés dans cette communauté, avec la participation de 51 pays et 270 Universités .

 

La France, comme d’ailleurs de nombreux pays européens, ne l’a pas encore rejoint ; 40 universités européennes et seulement 3 françaises participent à cette démarche qui bien sûr permet aux apprenants mais également aux enseignants du monde entier d’échanger plus aisément leurs ressources.

 

Sophie TOUZE est en France très impliquée afin de faire connaître ce projet et d’accroitre ainsi la participation des établissements universitaires mais également du secondaire. " La France, pays des Lumières doit rejoindre" ce mouvement, le "cœur et la raison l’y incitent" dit-elle avec beaucoup de conviction.

 

Le Congrès mondial 2012 de REL qui se tenait à Paris, visait en particulier à encourager davantage les gouvernements à adopter des politiques incluant les REL ; il a adopté la Déclaration de Paris 2012 sur les REL.

 

Au moment où, dans un contexte économique difficile, les collectivités territoriales, après avoir beaucoup investi dans l’acquisition de matériels informatiques et la généralisation de réseaux numériques au sein des établissements, se préoccupent des usages et plus particulièrement des ressources utilisées par les élèves et leurs enseignants, nul doute que cette déclaration constitue un élément de réflexion utile aux choix stratégiques.

Cette Déclaration recommande entre autres aux Etats "d’encourager la publication sous licence ouverte des matériels éducatifs produits avec des fonds publics. "

 

Alors, pourquoi pas la France ?

http://www.unesco.org/new/fileadmin...

 

Sophie TOUZE est Ingénieur de recherche à VétAgroSup Lyon en charge de l’ingénierie pédagogique et de l’e-learning. Elle est intervenue lors des Journées du E Learning de Lyon dans une conférence intitulée : Open Education : Utopie ou Business Model ?

 

Elle répond aux questions pour Educavox

 

http://fr.slideshare.net/sophie2ze/...


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]

Charte éditoriale   Foire aux Questions   Qui sommes-nous ?   Nous contacter


Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1561042 v0.