Accueil du site > ACTUALITE > Interview > Quel modèle économique du numérique à l’école ?
par Claude TRAN samedi 12 janvier 2013 - 3 réactions |

Quel modèle économique du numérique à l’école ?


Crédit photo : JRBrousse - Cenon 2012 -

 

Alain Marie BASSY qui a exercé au CNRS, au Centre Georges Pompidou, au Centre National des Lettres, à la direction de la Documentation Française avant sa nomination à l’Inspection Générale de l’administration de l’Education Nationale et de la Recherche, où il a co-animé la cellule TICE de l’Inspection Générale est bien connu pour son expertise des problématiques du numérique dans le système éducatif. Il a publié de nombreux rapports sur le sujet.

 

Son intervention aux 3ème Rencontres « Au doigt et à l’oeil » de Cenon, sur le thème « Savoirs en tête  » porte sur les conditions de construction d’un nouveau modèle économique du numérique à l’école.

 

Il élabore cette vision globale qui doit permette de faire éclore la révolution numérique dans le système éducatif français sous la forme du modèle mathématique avec postulat et théorèmes.

 

Son postulat ? « le numérique, c’est de nouvelles logiques d’accès au savoir ».

Parmi la dizaine de « théorèmes » qu’il décline on devine combien il s’agit moins d’accéder à l’usage des nouveaux outils que le numérique permet que de refonder plus profondément encore et surtout plus globalement le « paradigme scolaire ».

 

Parmi ceux-ci Alain Marie BASSY insiste afin que la co-construction du savoir avec l’élève se substitue à sa simple transmission. L’élève devient actif dans cette co-construction avec l’enseignant mais également avec ses « pairs ». Ainsi le numérique « doit moins privilégier l’individualisation que la mise en réseau et le travail collaboratif » …

L’enseignant qui « doit apprendre à l ’élève comment construire son savoir » voit son rôle bousculé. Il devient de façon plus centrale, « médiateur dans la co-construction du savoir de l’ élève ».

 

On comprend dès lors que parmi les théorèmes de ce nouveau modèle, la place de la formation initiale et continue des enseignants devient primordiale. Un nouveau métier va selon lui émerger, celui d’ ingénieur pédagogique qui maîtrise tout autant les aspects techniques que pédagogiques des nouveaux instruments numériques.

 

Enfin, le numérique bouscule le modèle éditorial et commercial actuel de la production et de la diffusion de ressources pédagogiques ; celui-ci verra disparaître les contenus didactisés au profit d’instruments permettant la construction de savoirs.

 

Il s’agit donc bien d’une révolution sociétale qui touche profondément l’école. La question de sa gouvernance et de son coût est posé. Comment dès maintenant déterminer ce que va coûter l’enseignement numérique et comment répartir clairement ces charges entre l’Etat, les collectivités, les industriels, les familles... ?

 

Alain Marie BASSY, en fin connaisseur du système éducatif français montre à l’évidence, la pertinence et la profondeur de sa réflexion sur le nouveau modèle économique du numérique à l’école car di-il : « Éduquer au numérique, c’est aider la société tout entière à passer d’une logique à une autre. »

 

Mais, Alain Marie BASSY c’est aussi Normale Sup, l’agrégation de lettres, la Fondation Thiers. On ne sera donc pas surpris de lui savoir une autre expertise doublée d’une réelle passion, La Fontaine et ses fables auquel il consacre de nombreux et remarquables ouvrages dont : Les "Fables" de La Fontaine - Quatre siècles d’illustration . Edité au Cercle de la Librairie qui, par « l’histoire d’une œuvre littéraire de quatre siècles éclaire dans sa complexité le rapport texte-image », objet de son travail de recherche.

 

Claude TRAN

Réactions à la vidéo

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]

Charte éditoriale   Foire aux Questions   Qui sommes-nous ?   Nous contacter


Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1561042 v0.