Accueil du site > éditorial > Concertation
par Michel Chaumet (son site) mercredi 24 octobre 2012 -

Concertation


 
Dans l’ambitieux projet du nouveau gouvernement issu des élections de mai et juin dernier, celui de refonder l’École de la République, le numérique tient une part notable.
 
Il est vrai que la révolution numérique que nous connaissons bouleverse tous les jours un peu plus l’accès aux savoirs, la transmission de ces savoirs et, plus encore, les modes de vie et les processus relationnels de l’ensemble de la société dont l’école ne peut s’isoler.
 
Organisateur de la concertation, le ministère a, dès le départ, mis en avant quelques questions fondamentales à ses yeux tout autant que très générales : comment développer le numérique éducatif à l’École ? Comment former les enseignants à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication ? Comment faire en sorte que ces technologies soient pleinement intégrées aux méthodes et aux contenus pédagogiques ? Comment apprendre à maîtriser ces technologies ? C’est notamment de ces interrogations, et de quelques autres qu’ont débattu professionnels, élus, syndicats, associations, chercheurs et personnalités.
 
 
Au cours de ce mois d’octobre, le rapport général faisant synthèse de tous les débats doit être présenté au ministre. À lui ensuite de dégager des priorités et darrêter des mesures concrètes en s’inspirant des orientations proposées.
 
 
Sans préjuger de ce qui sera décidé, on peut néanmoins considérer certaines thématiques comme incontournables.
 
La question du partage des compétences entre l’État et les collectivités est une question lancinante, jamais véritablement tranchée : qui doit financer le numérique ? Si l’on observe aujourd’hui un consensus sur la question des équipements d’un côté (les collectivités) et de la formation des maîtres (l’État), on est dans un flou artistique en ce qui concerne les ressources (certaines collectivités finançant de guerre lasse ce qu’elles considèrent comme relevant de la compétence de l’État).
 
 
Cette question des ressources numériques fait aujourd’hui consensus : rentabiliser les équipements numériques et en faire des outils de réussite scolaire suppose que les enseignants disposent de ressources pédagogiques adaptées. Mais cela renvoie à des interrogations fondamentales : quelles ressources choisir ? Faut-il des ressources validées ? Si oui, qui expertise ces ressources ? Et comment médiatiser le référencement de ces ressources ?
 
 
Dans ce domaine comme dans celui de la formation, le rôle des inspecteurs semble donc nécessaire, à condition qu’ils soient eux-mêmes experts dans le domaine numérique. S’y ajoute l’apport indispensable du réseau SCÉRÉN qui peut tout à la fois produire, médiatiser et former. Demain, comme hier, il continuera d’être un pilier fondamental de la numérisation de l’École.
 
 
Enfin, reste la question douloureuse de l’inégalité des territoires face à la révolution numérique. Si la fracture numérique n’existe plus au niveau des familles, elle perdure dans l’équipement des écoles : quoi de commun entre une école équipée dans le cadre du plan ENR et sa voisine délaissée par le même plan ?
 
Justice, égalité, réussite, tels sont quelques-uns des enjeux fondamentaux du numérique pour demain.
 
 
L’école numérique, la revue et le site compagnon en ligne
 
 
 

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]

De cet auteur

Charte éditoriale   Foire aux Questions   Qui sommes-nous ?   Nous contacter


Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1561042 v0.