fil-educavox-color1

Nous les croyons inconscients, intempestifs, passionnés, irascibles, instables mais une récente étude de l'université de Pennsylvanie démontre que nos ados ne sont pas aussi irrationnels que nous ne le pensions.

Ecouter le podcast

 

Au contraire, ils seraient en quête d'inédit, d'expériences pour se sentir pleinement vivants, heureux et conscients du monde qui les entoure.

Ainsi, l'adolescence ne serait pas un temps de passage mais un temps d'arrêt. Un temps où nos jeunes découvrent à la fois le poids de leur finitude et du réel. Impression, oppression, dépression s'entremêlent alors et la réalité s'arrange pour s'insinuer entre ces mots.

Dès lors, l'adolescent fait l'expérience de la dette intenable et de son impossible acquittement.

Qu'il se croie capable de la payer et le complexe de surpuissance guette. A l'inverse, dans l'incapacité de s'en débarrasser et le voilà rongé par un sentiment d'infériorité. Il n'y a plus de chemin neutre. Il n'y a plus d'absence de conséquence, il y a l'irréversible, comme nous le voyons souvent chez ces jeunes radicalisés.

Heureusement, l'immense majorité de nos ados arrivent à passer ce temps " des arrêts de la vie" sans encombre et c'est heureux !!!

Dernière modification le lundi, 09 octobre 2017
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio 4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques sur http://www.radio4.fr/radio rubrique "Magazine", puis "Paroles".

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.