Accueil du site > FORMATION > Analyses > Vers une approche vivante de développement de projets TICÉ
par Luc Renaud (son site) lundi 28 janvier 2013 - 1 réaction |

Vers une approche vivante de développement de projets TICÉ

De la spirale active au plan d’action... évolutif et une approche de gestion avec Openproj
Le présent article traite d’une démarche évolutive de développement de systèmes éducatifs et démontre aussi bien aux décideurs qu’aux chargés de projets et concepteurs pédagogiques la valeur de la Recherche action intégrale et systémique (RAIS) dans une perspective de formation continue (1). Le but de l’exercice consiste à élaborer une gamme étendue de scénarios éducatifs impliquant les technologies de l’information et de la communication en éducation (TICÉ) en tirant profit d’une observation minutieuse du potentiel, du déroulement et de la portée du moindre projet.
 
Dans ce contexte, nous, Luc Renaud et Rachel Malo, aimerions vous montrer de quelle manière nous en sommes venus à vouloir systématiser et opérationnaliser le fruit de nos efforts des derniers mois issus d’une semence relativement simple dans un continuel va-et-vient entre la théorie et la pratique.
 
 
Quand David devient Goliath
 
 
Dans le cadre de nos activités, nous nous sommes lancés dans le développement d’un tout petit projet de jumelage interculturel par le biais d’un outil de sondage (SurveyMonkey) et de visioconférence (Skype). Pour réellement mesurer le potentiel de cette activité et le bonifier en cours de développement, nous avons conçu un plan initial ouvert, sélectionné et produit du matériel pédagogique d’appoint de nature audioscriptovisuel ; puis, en avons assuré le suivi dans une démarche de recherche action, riche en spirales. Nos efforts de réflexion sur la pratique nous ont permis de nous montrer particulièrement attentifs à un grand nombre d’éléments que nous cherchons à voir sous l’angle de la systémique. À titre d’exemple, mentionnons que nous avons tenu un journal de bord dans lequel nous y avons inscrit des observations et des réflexions sur : la réaction des étudiants et d’autres acteurs éducatifs, des ajustements et des possibilités de prolongation du projet, les apprentissages réalisés, notre propre motivation au processus de développement de projet, etc.
 
Assez rapidement, nous en sommes venus à déterminer les paramètres de base de plusieurs autres projets, impliquant une grande variété d’outils du Web 2.0, déjà connus des étudiants comme Facebook, les blogues, les microblogues et même le texto (article à paraître) et à prendre les mesures nécessaires à leur développement, en inscrivant le tout dans notre propre démarche de formation continue. Nos productions concernent aussi bien la documentation de communautés apprenantes destinée à faire vivre diverses expériences de nature socioconstructiviste (2) aux étudiants que d’une programmation détaillée de matériel d’animation ou d’ensembles pédagogiques destinés aux professeurs.
 
Alors que nos scénarios pédagogiques s’adressaient initialement à des publics restreints, nous nous sommes par ailleurs aperçus qu’il était théoriquement possible d’en étendre la portée et d’établir de nouvelles collaborations dépassant largement les frontières d’un établissement scolaire.
 
Face au foisonnement d’idées que génèrent la combinaison de la recherche action, la vision systémique et la multiplication des boucles de régulation, nous avons senti une sorte de vertige intellectuel, une nette progression dans notre agir conceptuel et, en ce sens, le besoin de mieux orchestrer le tout par le biais de priorités à inscrire dans un plan d’action lui-même appelé à évoluer comme le reste de nos activités.
 
 
Vers un plan d’action… évolutif et une approche de gestion par Openproj
 
 
Pour mettre de l’ordre dans nos idées et dans nos projets, nous croyons essentiel de nous doter de deux outils organisationnels : un plan d’action évolutif et une matrice de gestion de projets à l’aide du logiciel Openproj.
 

1- Le plan d’action évolutif

 

De prime abord, notre plan d’action évolutif comprendra quelques composantes essentielles : une grille ontologique, une attention aux acteurs, des pistes pédagogiques pour les projets, et un plan de communication, de promotion et de réseautage. D’autres composantes s’ajouteront au cours du processus même d’élaboration de ce celui-ci.
 

a) Vers la réalisation d’une grille ontologique de développement de projets

 

En écrivant Les rapports humains au cœur des projets TICÉ (3) et Le Web 2.0 dans une perspective interculturelle et intergénérationnelle (4), nous avons voulu lancer une réflexion sur le cadre ontologique de notre démarche conceptuelle, laquelle veut bien ancrer nos projets TICÉ dans une approche humaine, voire même de développement de la personne et d’apprentissage tout au long de la vie, mais également dans une perspective de relations interculturelles et intergénérationnelles. Bien que cette vision en soit encore pour nous à des balbutiements et qu’elle se verra sans doute bonifiée au cours de nos réflexions ultérieures, elle nous offre à tout le moins le mérite d’établir d’ores et déjà une grille de critères précis à considérer tout au long du développement de nos projets : de l’analyse initiale au rapport final.
 

b) L’importance des acteurs

 

Dans une perspective socioconstructiviste, notre plan d’action évolutif placera les étudiants et les enseignants au cœur de la relation éducative, en tenant compte aussi de la contribution des autres intervenants, que ceux-ci proviennent de l’administration ou de collaborateurs externes, etc. De prime abord, il nous faudra tenir compte des besoins d’apprentissage des étudiants, mais aussi de points majeurs comme les styles d’apprentissage et la maturité réflexive (réf. à la relation intergénérationnelle) de la clientèle. Le style d’apprentissage de l’étudiant aura bien sûr son importance car on sait que chaque apprenant a ses propres stratégies pour apprendre une langue. Ainsi, alors qu’un apprenant apprendra plus aisément à partir de documents oraux, par exemple, l’écoute d’une vidéo, un autre augmentera plus efficacement ses connaissances par la lecture ou encore la rédaction d’une production écrite. 
 
De plus, chaque étudiant arrive avec son bagage de connaissances, qui sont forcément différentes d’une personne à l’autre. Il ne faut pas oublier que les méthodes d’enseignement diffèrent grandement d’un pays à l’autre, ce qui ne sera pas négligeable dans les stratégies d’apprentissage employées par l’étudiant. Dans le contexte de l’alphabétisation numérique fonctionnelle et des motivations inhérentes à l’intégration socioprofessionnelle dans le monde actuel, il nous faudra aussi prendre en considération le degré d’aisance des étudiants face aux TICÉ (5 et 6) et mettre en place des scénarios éducatifs hybrides, hétéroclites, dans une gamme relativement étendue de systèmes ouverts menant à l’autoformation.
 
D’autres points seront pris en considération et feront l’objet de réflexions ultérieures, comme la provenance de la clientèle que celle-ci se limite à une simple question de jumelage de classes à l’intérieur d’un établissement scolaire, ou que les communautés d’apprentissage s’inscrivent dans une démarche de régionalisation ou d’internationalisation (7). En ce qui nous concerne, il est clair que nous demeurons ouverts et attentifs à de telles possibilités.
 

c) Des pistes pédagogiques pour les projets

 

Nos articles ont largement mis en valeur la RAIS et le socioconstructivisme comme fondements pédagogiques, à partir desquels découle l’opérationnalisation d’une pédagogie de projets qui permet à l’étudiant de jouer un rôle actif dans son apprentissage et de mobiliser toutes les ressources nécessaires à l’atteinte de buts personnels. Dans ce contexte, nous croyons que les technologies du Web 2.0 (8) facilitent grandement la collaboration dans l’apprentissage (hétéroformation) et que la pédagogie nomade (9 et 10) ouvre toutes grandes les portes de l’école de la vie (exoformation). La valeur de cette approche découle, à notre avis, d’un encadrement pédagogique qui amène l’étudiant à tirer profit de l’expérience de vie en extrayant de celle-ci des savoirs, savoir-faire et savoir-être essentiels.
 

d) Les plans de communication ou de promotion et de réseautage

 

Question de faire connaître l’état d’avancement de notre réflexion éducative et la nature de nos projets, mais aussi d’apporter éventuellement notre contribution à des communautés de pratique et à la collaboration avec des passionnés comme nous, il est clair que notre plan d’action évolutif devra inclure un plan de communication ou de promotion comprenant, entre autres, la rédaction d’articles et la présentation de conférences.
 

2- L’opérationnalisation du plan d’action évolutif

 

Après plusieurs réflexions de nature technopédagogique, la collecte de plusieurs idées éducatives, la formulation de divers projets TICÉ et des efforts de systématisation en vue de nous doter d’une démarche cohérente, il nous semble important de procéder à la concrétisation de nos scénarios pédagogiques. Pour y parvenir, nous nous sommes mis en tête de développer une expertise en gestion de projets à l’aide notamment du logiciel OpenProj. Grâce à cela, nous croyons être mieux en mesure de déployer des projets à la hauteur de nos ambitions.
 
 
Conclusion
 
 
Comme nous venons de le voir, un petit projet collaboratif entre deux professeurs (Rachel Malo et Luc Renaud) constitue une sorte de Cheval de Troie, constructif celui-ci, à la base d’un vertigineux foisonnement d’idées. En adoptant la RAIS pour appréhender cette expérience de formation continue, nous en sommes arrivés au désir de nous doter d’une vision d’ensemble plus claire par le biais d’un plan d’action aussi appelé à évoluer, et à opérationnaliser le développement de nos activités éducatives dans une démarche de gestion de projet à l’aide d’Openproj. Nos prochains articles offriront de nouvelles sources de réflexion aux décideurs et aux concepteurs pédagogiques et des exemples concrets d’intégration des TICÉ en français langue seconde (FLS) en lien avec le cadre ontologique présenté antérieurement et notre désir de contribuer à l’avancement de beaux projets éducatifs ouverts sur le monde.
 
Texte : Luc Renaud, M.A. Sciences de l’éducation, technopédagogie
Collaboration : Rachel Malo, professeure de français langue seconde, spécialiste en évaluation et en linguistique
 
Références

(1) André Morin Cheminer ensemble dans la réalité complexe. La recherche-action intégrale et systémique (RAIS), 2010, L’Harmattan

(2) Jacques Viens et Luc Renaud, La complexité de l’implantation de l’approche socio-constructiviste et de l’intégration des TIC, Revue Éducation Canada, Vol. 41, No. 3, 2001, p. 20-26.

(3) Luc Renaud et Rachel malo, Les rapports humains au cœur des projets TICÉ. Vers la mise en place d’une organisation apprenante, le 15 janvier 2013 http://www.educavox.fr/formation/analyses-27/article/les-rapports-humains-au-coeur-des

(4) Luc Renaud et Rachel Malo, Le Web 2.0 dans une perspective interculturelle et intergénérationnelle. Le flux à deux temps de l’apprentissage, le 21 janvier 2013 http://www.educavox.fr/actualite/debats/article/le-web-2-0-dans-une-perspective

(5) Luc Renaud, L’intégration pédagogique des TIC en L2 et le défi de la persuasion, le 31 aout 2012. http://www.educavox.fr/actualite/debats/article/l-integration-pedagogique-des-tic

(6) Luc Renaud, Culture technopédagogique chez les étudiants en L2 : Ils sont prêts !, le 26 septembre 2012. http://www.educavox.fr/innovation/pedagogie/article/culture-technopedagogique-chez-les

(7) Luc Renaud, Des idées pour une formation en ligne d’une communauté apprenante, le 26 avril 2012. http://www.educavox.fr/formation/article/des-idees-pour-une-formation-en

(8) Luc Renaud Le triomphe de l’apprentissage expérientiel à l’ère du numérique, le 4 juin 2012. http://www.educavox.fr/actualite/debats/article/le-triomphe-de-l-apprentissage

(9) Luc Renaud, Du nomadisme pédagogique au e-nomadisme : Ne pas arrêter le progrès, le 6 aout 2012. http://www.educavox.fr/actualite/debats/article/du-nomadisme-pedagogique-au-e

(10) Rachel Malo et Luc Renaud (article sur le texto à paraître)

(11) Luc Renaud, Partage d’expériences et de parcours d’apprentissage numériques. Le 25 mai 2012, http://www.educavox.fr/formation/debats-50/article/partage-d-experiences-et-de

Réactions à la vidéo
  • par André Morin (xxx.xxx.xxx.123) 28 janvier 2013 17:44

    Je suivrai attentivement votre projet qui ne manque pas d’envergure et m’apparaît très ouvert à une multiplicité de démarches d’’apprentissage des disciplines liées au vécu des personnes impliquée grâce aux techniques actuelles de communication.
    Je suis fort intéressé par une application de principes inspirés en partie de la RAIS, une raison de plus pour échanger avec vous.
    Merci
    André


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]

Charte éditoriale   Foire aux Questions   Qui sommes-nous ?   Nous contacter


Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1561042 v0.