fil-educavox-color1

Une nouvelle école d'ingénieurs, proche des territoires, pour des formations d'avenir : Crée le 28 février 2012 l'Institut Mines-Télécom est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, placé alors sous la tutelle du ministère de l'industrie et des finances.

Il réunit l'ensemble des écoles françaises d'ingénieurs des télécommunications et des Mines dont les corps ont été regroupés en 2009.
Dans un contexte de fusions des établissements d'enseignement supérieur français, cet ensemble, dédié à l'enseignement supérieur et à la recherche pour l'innovation, conjugue une forte légitimité académique, une proximité concrète avec les entreprises et un positionnement unique sur trois transformations majeures du XXIe siècle : Numérique, Énergétique et Écologique, Industrielle

Avec ses 13700 étudiants dont 9100 ingénieurs, 1100 étudiants managers et 1650 doctorants, il diplôme à lui seul 7% des ingénieurs français et 15% des ingénieurs français formés par la voie de l'apprentissage.
Pourtant cet ensemble est resté assez « émietté » ( les promotions de certaines écoles ne dépassent pas quelques dizaines d'étudiants ).
C'est la raison pour laquelle elles multiplient depuis quelques années les rapprochements.

C'est en particulier le cas de l'Ecole des Mines de Nantes et de Télécom Bretagne qui ont engagé en mai 2014 les premières consultations et les réflexions stratégiques pour aboutir à une fusion, puis à la création d'une nouvelle école avec une taille et un poids suffisants lui permettant d'exister au plan international et « d'apparaitre dans des classements de référence comme celui du Times Higher Education. » Ce qui n'était pas le cas de chacune d'elles.

En s'appuyant sur la nouvelle marque de l'Institut Mines Telecom construit sur le modèle d'un tangram, pour figurer le monde de demain en construction, la nouvelle Ecole baptisée IMT Atlantique a officiellement été créée par le décret publié le 14 novembre 2016.

 

Ce texte valide également la création d'une autre école, IMT Lille-Douai, issue des fusions des écoles des Mines de Douai et deTélécom Lille.

  • Forte de ses 2300 étudiants dont 1400 ingénieurs et 300 doctorants , 780 personnels, 290 enseignants-chercheurs et chercheurs permanents, un budget de 70 millions d'euros (dont 27 millions de ressources propres) IMT Atlantique devient le 1er janvier 2017 une école multisite, fortement implantée dans ses territoires au développement desquels elle contribue.
  • Appelée à devenir l'une des 10 premières écoles d'ingénieurs de France, elle s'affiche à la convergence du numérique, de l'énergie et de l'environnement. Son potentiel de Recherche exceptionnel s'articule autour sept axes thématiques dont Cybernétique & informatique, traitement du signal des images et données, technologies de la communication.
  • IMT Atlantique contribue au développement économique des territoires avec 8 chaires industrielles et un incubateur hébergeant une cinquantaine d'entreprises.

Durant les premières années, l'IMT Atlantique sera d'abord le fruit de l'addition des deux structures qui fusionnent.
Il s'agira ensuite pour la nouvelle école, en innovant en particulier sur le champ pédagogique, en gagnant en attractivité et en saisissant de nouvelles opportunités dans le cadre d'une stratégie d'ensemble, d'acquérir la taille critique imposée par la concurrence internationale.

L'IMT Atlantique recrutera sa première promotion d'ingénieurs en septembre 2018.

Claude TRAN
Vice Président de l'An@é

Dernière modification le jeudi, 01 décembre 2016
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc.
A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. 
Tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, il est aujourd’hui Vice Président de l’An@é co-fondatrice d'Educavox et membre du Comité de rédaction .