fil-educavox-color1

Nour, Evgeniva, Juan, Fatima, Yeva, Abderazac, Amar, Dinara, Ricky, Menna...leurs prénoms sonnent des horizons lointains. Ils arrivent d'Egypte, de l'île Maurice, de Russie, d'Algérie, d'Ukraine, de Tunisie, du Mali ...et ne maîtrisent pas suffisamment la langue française pour intégrer une classe ordinaire correspondant à leur âge.

Ces 22 élèves, de 14 nationalités différentes sont accueillis au collège Jacques Decour dans le 9e arrondissement de Paris. C'est l'Unité Pédagogique pour Elèves Allophones Arrivants de Paris. L'élève est affecté dans l'un de ces dispositifs en fonction de sa scolarité antérieure et de ses résultats aux évaluations en mathématiques et en français à son arrivée.

L'objectif essentiel dans cette classe est la maîtrise du français.

Comment gérer l'hétérogénéité extrême des élèves (différentes langues d'origine, différents niveaux de français de grand débutant à intermédiaire, élèves âgés de 11 ans à 15 ans) et les emplois du temps personnalisés, chaque élève étant inclus partiellement en maths, EPS, LV, arts plastiques... en 6ème/5ème/4ème/3ème?

La classe nécessite de la part des enseignants une Pédagogie adaptée et une démarche de mise en confiance propice à une intégration sociale et culturelle réussie.
Milène BROVELLI qui enseigne le français et assure la mission de professeur principal dans cette classe, a fait le choix de la Pédagogie de la classe inversée pour répondre à cet objectif.

Découverte lors du CLIC 2015, le congrès de l'association Inversons la classe où elle s'est retrouvée avec de très nombreux enseignants curieux de rencontrer des praticiens de cette Pédagogie du FAIRE, elle met en œuvre sa propre démarche propice à l'accompagnement personnalisé des élèves.


Dans sa classe aujourd'hui, il y a certes ses élèves mais également des collègues enseignants, en activité ou en devenir venus d'horizons très divers, pour s'informer. Car Milène BROVELLI , dans le cadre de la CLISE2017, la semaine de la classe inversée, leur a ouvert sa classe et afin d'associer les élèves à la démarche, c'est bien sur avec eux que la séance a été construite.


La place du Numérique y est forte. Et pourtant la technologie est loin d'être omniprésente: un vidéo projecteur et quelques ordinateurs dans la salle de classe !

Le cœur du dispositif c'est avant tout une organisation spatiale de la classe en îlots qui permet un travail de groupe et l'apprentissage par les pairs. Et un site créé par la professeure sur lequel les élèves de la classe ont accès a un cahier de texte et à des outils de travail.
Ils y trouvent en particulier des vidéos de cours que la professeure construit spécialement pour ses élèves mais également des exercices d'application du cours .

Mais me direz vous, et cette question est rédhibitoire, tous les élèves ont ils accès à l'Internet pour consulter le cahier de texte , voir les vidéos et préparer les exercices ?
La plupart disposent d'un accès au Web et le plus surprenant c'est bien la diversité des modes d'accès. Un ordinateur ou une tablette familiale, ce qui permet d'apprendre en famille et de donner aux parents la possibilité de suivre le travail des enfants. Mais également le téléphone portable qui prend alors une dimension pédagogique inhabituelle.
D'autres solutions sont mises en œuvre par l'enseignante comme l'utilisation de clés USB ou pour les plus démunis la possibilité de réaliser ce travail préparatoire en classe sur les ordinateurs installés, en différenciant l'activité pédagogique des élèves, ce que permet la classe inversée.

En très peu de temps et grâce à une collaboration et une mutualisation des savoir-faire entre les membres de l'association Inversons la Classe, Milène BROVELLI a acquis de solides compétences numériques et pédagogiques.
Elle utilisé Adobe Spark pour réaliser ses vidéos mais également iMovie . Elle utilise également Voki, un utilitaire gratuit qui permet de créer un avatar animé et de le faire parler. Il s'agit d'un outil très stimulant pour la production orale, qui permet d'animer la présentation de projets en ligne, faire vivre le site de la classe en différentes langues ou stimuler des échanges entre élèves.

Elle initie sa classe à l'usage de ces logiciels de sorte que les enfants soient eux mêmes capables de créer des applicatifs de cours à partager avec leurs camarades. Apprendre la conjugaison en fabriquant une capsule de cours, il n'y a rien de tel pour mémoriser ce qui constitue une réelle difficulté pour ces enfants allophones.

Les élèves réalisent actuellement un court métrage d'animation sur leur Classe Inversée, avec l'écriture du scénario, un partage des tâches pour la création musicale et les bruitages.

On étudie également "Notre Dame de Paris" ....

L'objet de la séance d'aujourd'hui consiste à mettre en avant le savoir-faire acquis par les élèves.
Qui présentent ainsi les outils utilisés régulièrement en classe et à la maison dans le cadre de la classe inversée.
Et leur progrès, bien sûr !

Dans le livre que Najat VALLAUD BELKACEM publie le 1 mars chez Grasset , " La vie à plus d'imagination que toi ", son autobiographie, la ministre raconte son arrivée en France à l'âge de cinq ans, ne parlant que le berbère, sa langue natale.

" Je ne parlais pas le français, alors. Ni ma sœur. Ni ma mère en vérité. Aujourd'hui, il existe des classes de transition un peu partout : à l'époque, on a tout découvert comme les autres enfants. J'ai été plongée dans la langue, dans l'écriture, du reste, je ne me souviens pas, c'est la beauté de l'enfance."

Les élèves de Milène Brovelli sont plus âgés. Ils garderont c'est certain, de ce passage en UPE2A au collège Jaques Decour,  la découverte d'une belle langue porteuse d'intégration.

Claude TRAN
Vice Président de l'An@é

Dernière modification le jeudi, 30 mars 2017
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'association Inversons la classe, consultant.