Accueil du site > INNOVATION > Pédagogie > e-Emploi du Temps individualisé
par Anne Andrist (son site) samedi 17 août 2013 -

e-Emploi du Temps individualisé

les TICs au service de l’autogestion temporelle

Un e-EdT individualisé, c’est tout simplement un emploi du temps personnel, personnalisé et individualisé dont la gestion s’effectue sur un outil informatique, ordi ou ipad.

 

Les élèves du spécialisé ont des compétences extrêmement hétérogènes, on dit d’eux qu’ils ont un profil dysharmonique.

Le mot dysharmonie est composé du préfixe "dys" tiré du grec "dus" qui veut dire difficulté, manque, et qui introduit une notion privative. Le mot harmonie, quant à lui, vient également du grec "harmonia", il signifie "assemblage" ou "accord des sons". Plus généralement, il s’agit des relations existant entre diverses parties d’un tout pour que ces différentes parties concourent à un même effet d’unité et d’équilibre.

 

Le terme dysharmonie fait tantôt référence "à la dysharmonie cognitive qui accompagne et caractérise les troubles psychopathologiques de l’enfant : dysharmonie aux tests, dysharmonie entre les performances verbales et les performances visuo-spatiales ou la dysharmonie cognitive pathologique mise en évidence par Bernard Gibello dans son ouvrage "L’enfant à l’intelligence troublée" sur les contenants de pensée.

 

Tantôt, dans la continuité des travaux de Freud, ce terme viendra souligner "les écarts entre la maturation instrumentale, le développement fonctionnel et l’évolution libidinale." Dans ce dernier cas, il pourra faire référence également aux situations dans lesquelles la dysharmonie concerne l’organisation libidinale elle-même "où co-existent des positions oro-ano-phalliques hétérogènes, plus ou moins mal investies et intégrées, et derrière lesquelles se profile une angoisse de déstructuration, de destruction de la cohérence du soi.(Lang, 1977)

 

Du fait de ce profil atypique, il m’est apparu que mettre en place un emploi du temps collectif avec des plages individualisées était la seule solution pour répondre à leurs besoins, différencier encore plus ma pédagogie et être encore plus près des élèves. Rien de nouveau sous le soleil, je la pratique depuis 18 ans tant en classe dite ordinaire qu’en classe spécialisée. Tout enfant a des compétences hétérogènes. Une classe homogène n’existe pas et n’existera jamais.

 

Mais c’est encore plus vrai en spécialisé. La classe accueille des jeunes de 12 à 15, voire 16 ans, avec des niveaux allant de la 1ère primaire à la 8ème secondaire (du CP à la 4ème en France). Certains n’ont pas encore acquis le stade opératoire selon la théorie piagétienne, d’autres n’infèrent pas, quelque uns ne peuvent écrire 2 lignes quand la majorité a un raté de la fonction symbolique marqué. Un même élève peut être performant dans l’apprentissage des fractions ou des pourcentages alors qu’il ne maîtrise pas la lecture de consignes ou la lecture tout court ou que son vocabulaire est très péjoré. Je pourrais en rédiger des pages.... Bref un véritable patchwork... Alors, suivre un emploi du temps édicté par l’enseignante avec des plages de logo, psy et ergo au milieu de tout ça... un vrai casse tête. Mon quotidien est fait d’élèves qui entrent et sortent régulièrement de la classe pour aller à des séances de groupe ou individuelles, d’élèves qui refusent de penser ou qui fuient tant leur estime d’eux mêmes est au plus bas.

 

Pour aller plus loin et en lien avec la pratique quotidienne, les observations des élèves mettent en évidence des fatigabilités diverses, des surcharges cognitives de sources multiples et des crises ( angoisses, hallucinations, automutilations, persécutions...à gérer). Un emploi du temps qui ne prendrait pas en compte ces facteurs est à mon sens une faute professionnelle grave et une maltraitance avérée du public accueilli. Pour exemple : il est 8 h, les élèves sont accueillis en classe. 8h04, des yeux qui roulent chez l’une, un balancement du haut du corps pour une autre, un regard intrusif qui met en éveil le voisin, ça va imploser... votre emploi du temps de la première heure vient déjà, lui, d’exploser ! C’est pourquoi les élèves ont déjà leurs outils d’apprentissage de prêts en début d’année, un emploi du temps à la carte qui se décide en début de semaine et qui se modifie d’heures en heures en fonction de leurs besoins, demandes et contraintes.

 

La grande différence pour cette année, et je souhaite mettre en place très rapidement ce système, est que ce sont les élèves qui vont choisir toutes leurs activités au cours de la journée. Existeront des plages institutionnalisées que j’impose pour les grands projets : weradio, EDD, lecture, débat à visée philosophique etc... mais ils choisiront aussi à l’intérieur-même de ces plages les activités. Ce qui donne un emploi du temps très général autogéré de manière individuelle. J’ai la chance de n’avoir pas d’horaire de programmation imposée. Si je veux travailler une semaine en EDD, pas de soucis. Si je veux jouer au UNO deux heures, personne ne viendra vérifier... (avantages et dérives possibles quand on est livré à sa propre conscience professionnelle....)

 

J’ai la chance d’avoir vu une collègue mettre en place un système de cartes d’emploi du temps qu’elle a créé l’an passé, je ne sais pas où elle en est dans sa réflexion et si elle recommencera cette année, mais elle a éveillé ma curiosité. Et je me suis dit : pourquoi ne pas tenter l’expérimentation ? 5 élèves restent, 8 nouveaux arrivent. Allez, je me lance dans l’aventure ! Créons des cartes au format cartes Magic. (Mon mari, fervent joueur, gardait des pochettes dans un coin... Recyclage...).

 

Mais allons plus loin !!! Et si je transposais ces cartes en version numérique avec une gestion sur Mac ou Ipad ? Les élèves auront donc leurs cartes le lundi matin en main, ils créeront leur emploi du temps manuellement, l’afficheront sur les murs de la classe puis ils reproduiront la même chose sur l’ordi. Vous me direz : pas très efficace tout ça... et je vous réponds : non, car ces élèves ont tous besoin de manipuler au départ pour construire des images mentales qui leur font défaut. Mais si certains peuvent se passer de cette étape très rapidement et parce qu’ils ont les capacités à gérer directement sur ordi, il n’y aura aucun souci pour qu’ils entreprennent le travail numérique.

 

Cet emploi du temps numérique sera dans leur carnet Evernote (leur Espace Numérique de Travail), modifiable facilement que cela soit en classe ou à la maison, consultable en tout temps, synchronisable et vérifiable quand et où je veux.

 

J’ai aussi créé un plan de travail individualisé au sens de Freinet que l’élève joindra dans son carnet Evernote, il l’aura aussi dans son classeur pour un visuel plus rapide au quotidien. C’est en lien avec la carte "plan de travail" manuscrite insérée dans une pochette Magic. 

 

J’ai enfin réalisér la fiche de conseil de coopérative qui sera dans le carnet Evernote de la classe, consultable par tous, rédigée directement sur un Mac ou Ipad lors du conseil (par mes soins ou par un élève). Cette fiche est une trace de la régulation qui s’opère entre pairs et entre adultes, ici, en ce qui concerne les emplois du temps et les projets. Cette régulation et prises de décisions sont institutionnalisées lors du conseil chaque semaine. 

 

Se mettre en projet, décider de son temps, rester maître de ses apprentissages, répondre à leurs besoins, à leurs demandes, à leurs rythmes... on coconstruit, on collabore main dans la main. La pédagogie numérique au service de mes élèves.

 

Voilà où j’en suis, aujourd’hui, dans ma réflexion. Reste à peaufiner et mettre en oeuvre ce projet d’autogestion, d’autonomisation et de mise en projet de l’élève par lui-même dans une semaine.

Anne Andrist

 

N.B. L’utilisation d’Evernote en classe est une idée de l’excellent et innovant François Lamoureux, article que vous retrouvez ici et sur son site http://sicestpasmalheureux.com/

 

Références bibliographiques

 

  • Lang J.-L. (1977), cité par Birraux A. (2001), Psychopathologie de l’enfant, Paris, Press Editions, p. 118.
  • http://theses.univ-lyon2.fr/documen...
  • GIBELLO (Bernard). (1984). L’enfant à l’intelligence troublée. 4ème éd. - Paris, Centurion éd., 1984, Collection Paiedos

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]

Charte éditoriale   Foire aux Questions   Qui sommes-nous ?   Nous contacter


Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1561042 v0.