fil-educavox-color1

Les valeurs de la république et le numérique est le thème de réflexion choisi par l’An@é qui a rassemblé le 5 avril dernier un grand nombre d’acteurs impliqués par ces enjeux. Ce sujet s’insère dans tout un chantier à éclaircir afin d’orienter nos choix et nos représentations concernant les innovations technologiques. 
Si comme il a été évoqué lors de cette grande journée de réflexion collaborative "l’élève est au centre de l’école comme le citoyen est au centre du numérique" alors il est important de redéfinir les attributs de ce citoyen numérique au regard d’un certain nombre de valeurs. Celles qui fondent notre société se déclinent en trois mots Liberté, Egalité, Fraternité. 

Ces valeurs fondamentales accompagnent également ma mission d’enseignante au quotidien.

Chaque mot corrélé à ce nouveau champ qu’est la culture numérique offre de multiples mises en situation. Les trois éclairages suivants illustrent une manière de penser mon métier de professeur au travers de chacune de ces valeurs.
La liberté je vais l’évoquer en reprenant la définition du métier d’enseignant donné par notre ancien ministre Vincent Peillon lors de la journée nationale de l’innovation qui a eu lieu à la BNF en mars dernier. Le métier d’enseignant a t-il déclaré n’est pas un métier d’exécution mais un métier de conception. Cet aspect fondamental a toujours accompagné ma pratique ; il permet de renouveler nos pratiques de les enrichir et de les adapter à une société qui se transforme.

En rappelant cette spécificité du système scolaire français, c’est toute la liberté pédagogique qui se trouve renforcée.

Elle permet aujourd’hui de créer et de concevoir de nouveaux possibles qui se profilent grâce au numérique. Aucune pédagogie ne peut se décréter par des textes en amont de la pratique expérimentée par le professeur. L’enseignant pense sa pratique et la redessine au quotidien dans sa classe. Ce souffle nécessaire au renouvellement des pratiques est particulièrement signifiant en référence à tous ces usages technologiques qui doivent pénétrer l’école comme ils pénètrent dans les familles. Cette liberté pédagogique est à défendre et à protéger pour rendre opérationnel les mutations indispensables qui permettront à notre école de répondre aux besoins de nos élèves.
 

Le souci d’égalité est un devoir qui suppose vigilance, respect et anticipation.

Elle ne peut s’envisager qu’en se référant à un esprit de fraternité avec le désir de créer une société où tous les individus trouvent une place. Garantir une certaine égalité en tant que professeur c’est jouer le rôle de passeur de connaissance avec la plus grande attention auprès de ceux pour qui cette chance d’égalité reste fragile.
 
Réduire les inégalités c’est rendre accessible les savoirs et les compétences par tous les moyens.
Mon rôle ne s’inscrit plus seulement dans l’espace classe. Il est corrélé à une posture de veille autour de nouveaux outils opératoires, des nouveaux usages qu’il faudra transmettre à certains élèves pour les aider à compenser certaines inégalités.
 
Formation continue, Auto formation, veille active, réseau : Des aspects nouveaux du métier directement rattachés au numérique et indispensables à mes yeux pour préserver de l’équité entre les élèves et permettre à l’école de jouer son rôle d’équilibre social.
 

La fraternité se décline par des postures à construire chez chaque élève.

Il s'agit de créer autour des objectifs d’apprentissage cette idée capitale que l’on apprend mieux ensemble en partageant nos compétences que seul dans son coin. L’apprentissage est un acte social qui lie les individus entre eux et que le numérique redéfinit par les multiples services et outils qui apparaissent tous les jours.
 
Éduquer au numérique c’est rendre opérationnel ces situations de partage et d’échange qui ne peuvent se vivre que dans un esprit de fraternité.
Tutorer, partager ses compétences à l’école mais aussi à l’extérieur, ouvrir la classe, tisser des liens vers d’autres espaces sont des perspectives que le numérique peut permettre d’augmenter ou d’accélérer.
 
Ainsi, il me semble indispensable de poursuivre cette réflexion autour des valeurs et du numérique car les changements à venir seront encore plus importants. Ils devront toujours être pensés au regard d’une certaine éthique à respecter et à préserver pour le bien de chacun et dans l’intérêt de tous. Ce web mouvant doit être interrogé et confronté à un idéal à poursuivre qui ne peut s’imposer et s’enraciner que dans des valeurs communes et partageables.
Dernière modification le vendredi, 08 mars 2019
Alouani Malika

Conseillère pédagogique au numérique éducatif.

Délégation académique au numérique éducatif - Académie de Versailles -

 

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.