fil-educavox-color1

Intervenant devant la commission de l'éducation de l'Assemblée nationale, le 5 juillet 2018, Jean-Marc Merriaux, nouveau Directeur du numérique éducatif, a rappelé l'importance des data pour le ministère. "Le ministère doit se  préoccuper de manière plus importante de la place des données dans le système éducatif".

Mieux protéger la donnée pour mieux la valoriser

"Le RGPD est une opportunité pour mieux protéger les données des élèves et construire ce que le ministre appelle le cadre de confiance en s'appuyant sur des outils comme le Code de conduite spécifique", a t-il indiqué, annonçant des initiatives ministérielles sur la définition d’un cadre éthique pour l’utilisation du numérique "dans les prochaines semaines".

Il a invité à "mieux protéger les données personnelles mais aussi les traces des apprentissages qui vont permettre que demain elles soient utilisées dans des outils qui seront en classe".

Pour la sécurité des données, un enjeu important est celui de l’authentification : la DNE est en train de déployer un FranceConnect éducation qui permettra de gérer la délégation d’authentification sécurisée des parents envers les enfants.

Sont  également annoncées des expérimentations sur la certification des compétences numériques des élèves à la rentrée avec Pix, projet public de plateforme en ligne d’évaluation et de certification des compétences numériques, en cours de développement. Ce service pourrait également permettre de positionner les enseignants afin de leur apporter les compléments de formation nécessaires.

Le numérique agent de transformation au service de l’ensemble du système éducatif.

Rappelant que le déploiement du numérique dans le système éducatif repose sur trois piliers : l’équipement, la formation et les ressources, Jean-Marc Merriaux voit dans le numérique un formidable outil pour accompagner les enjeux liés à l’acquisition des compétences du 21ème siècle par les élèves : travail en commun, pensée critique, information etc.

Haut débit et hétérogénéité territoriale

La question du débit des réseaux reste un grand facteur d’inégalité territoriale : il conviendrait de trouver avec les opérateurs un prix unique pour l’accès au très haut débit, car actuellement on constate des tarifs très variables pour des débits très différents selon les territoires.

Répondant à la question d’un député sur l’ambition du ministère de fournir un matériel individuel aux élèves, JM Merriaux a déclaré travailler sur le Byod et l’accompagnement des collectivités dans ce domaine, que ce soit selon des formules telles que celle de la Région Grand Est qui fournit une aide à l’acquisition d’un matériel sélectionné, ou sur toute autre forme d’utilisation d’équipements personnels par les élèves. A ce propos est soulignée la publication d’un vade-mecum pour l’utilisation du Byod (Guide des projets pédagogiques Byod/Avec publié le 30 mars 2018 ndlr.)

La question de l’hétérogénéité des territoires doit être prise en compte : elle ne l’a pas suffisamment été dans le plan précédent.

Un rôle central pour les DANE auprès des chefs d’établissements et des collectivités.

La DNE, avec les DANE doivent accompagner l’analyse des situations locales et l’expertise auprès des collectivités.

Pour répondre à l’insécurité numérique des chefs d’établissements, il convient de mieux les accompagner et notamment de renforcer la formation des DANE à leur rôle auprès des chefs d’établissements pour la protection des données. C’est en effet le chef d’établissement qui sera le premier responsable.

Une cartographie des établissements est en cours d’élaboration avec la Caisse des Dépôts afin d’identifier précisément les situations locales pour mieux y répondre.  

Le ministère ne peut pas porter seul la question du développement de la filière industrielle du numérique pour l’éducation : il doit travailler avec les Ed Tech et les fournisseurs de ressources afin d’expérimenter concrètement les usages pédagogiques des nouvelles réalisations, notamment celles liées à l’utilisation de l’Intelligence artificielle.

 Accès à la vidéo

Son intervention

Dernière modification le samedi, 15 septembre 2018
Pérez Michel

Président national de l'An@é. Inspecteur général honoraire de l’éducation nationale (spécialiste en langues vivantes). Ancien conseiller Tice du recteur de Bordeaux, auteur de nombreux articles et rapports sur les usages pédagogiques du numérique et sur la place des outils numériques dans la politique éducative.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.