fil-educavox-color1

Le temps des rendez-vous sur Educatice !

L'an@é, avec Educavox, notre média, est partenaire d'Educatice au Salon de l'education qui se déroule à Paris les 21, 22 et 23 novembre, au Pavillon 7-2, Porte de Versailles à Paris.

Dans les nouveautés, un village de Start Up, un Carrefour des innovations pédagogiques et un espace Territoires apprenants animé par la Banque des Territoires et la Caisse des Dépôts, en partenariat avec les associations et clusters qui forment l'Ed Tech en France. Des présentations, des démonstrations, des débats, des échanges, de quoi partager encore de sinitiatives. Les conférences et tables rondes nous proposent des débats d'actualité. Educavox sera présent pour témoigner et pour vous rencontrer ! Nous vous proposons également deux rendez-vous !

En savoir plus...

Comprendre la société numérique mondiale !

Profiter d’un pont de vacances, début novembre, regarder la télévision classique (France 2) et lire un livre reçu après l’avoir commandé par internet, ce qui n’interdit pas de se déplacer dans une librairie.... Ainsi nous pouvons mettre en relation : L’émission " Apple, Google, Facebook…, les nouveaux maîtres du monde " diffusée le 1er novembre sur France 2 et disponible en replay jusqu’au 8 novembre et l’ouvrage " Demain, tous Estoniens ? L’Estonie, une réponse aux GAFA ",  un modèle pour le service public de demain ?

En savoir plus...

Une plateforme " Smart City ", pour les collectivités du Grand Est

Rédigé par sur https://www.villeintelligente-mag.fr

Le projet n’a pas encore fait grand bruit, sauf sur les territoires concernés et dans les structures publiques et privées qui se sont jointes au projet. Et pourtant lancer une plateforme digitale intelligente d’aide aux collectivités et leurs services est une idée plutôt intéressante qui démontre que la Smart City n’est plus seulement une affaire de ville, mais bien de territoire.
En savoir plus...

" La morale peut se coder, l’éthique non "

Par Thierry Keller sur Usbek & Rica

" Luc de Brabandère est ce genre d'homme avec qui une conversation peut commencer dans l'après-midi et s'achever le soir tombé, sans qu'on ait vu le temps passer. Consultant (il est Fellow au Boston Consulting Group), conférencier, mathématicien, informaticien, philosophe... Le Belge, à bientôt 70 ans, renoue avec la tradition de ces savants multicartes que l'on s'arrache, dans les entreprises comme dans les colloques, tant pour son érudition que pour ses bons mots lâchés avec roublardise."

En savoir plus...

La Mélée Numérique, le festival de l’Homo Numericus

La Mélée Numérique, un festival qui se tient à Toulouse depuis 18 ans. Avec une semaine de rencontres, de tables rondes, de conférences et d’ateliers, le festival cible « tout ce qui bouge » dans la sphère numérique des « startups », des services et de la prospective. Le festival c’est celui de l’Homo Numericus, et il invite à la fois les professionnels, les institutionnels et le grand public.

En savoir plus...

Pendant qu’à Paris . . . ici à Montréal

À Paris, le 9 octobre,  l’Université de Montréal a invité intellectuels et chercheurs au Centre Culturel Canadien de l’Ambassade du Canada participer à une journée de co-construction sur IA responsable. Y étaIent présent entre autres, Christophe Abrassart, Laurence Devilliers, Marc-Antoine Dilhac, Pamela Lirio, Cloéric Mars, Clément Thiébault, Cédric Villani, Catherine Villemer.

En savoir plus...

Quels repères pour les " enseignants " ?

Dans un monde où « La connectivité est devenue notre réalité », où les constats en terme statistique donnent des perceptions globales, catégorisent et  nient les singularités, dans les architectures closes des lieux de pouvoir, de culture et d’éducation, dans des perspectives alarmistes d’une planète qui épuise chaque jour son capital et stigmatise des populations ou des " catégories ", quels sont les repères pour l’éducation ?

En savoir plus...

Technologie : l’âge sombre

L'artiste et essayiste James Bridle (@jamesbridle) s’intéresse depuis longtemps aux dysfonctionnements de notre monde moderne. Il observe ce qui ne fonctionne pas : les bugs, les glitchsles ratés de notre développement technologique… Longtemps, il a regardé les espaces de friction entre technologie et société comme le lieu d’expression et de production de nouvelles formes culturelles. C’était ce qu’il appelait « la nouvelle esthétique », celle produite au croisement de la technologie et de la réalité, ces « irruptions visuelles du monde numérique dans le monde physique ».

En savoir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.