Imprimer cette page
Publié par sur le nouvelObs.com
Après les incidents dans les écoles, Najat Vallaud-Belkacem veut réécrire les cours de "morale civique" qui entreront en vigueur à la rentrée prochaine. Mais comment assurer leur efficacité ? Réponses du pédagogue François Durpaire.
 

"L’école française n’est pas à la hauteur" quand il s’agit de transmettre les valeurs républicaines à l’école. Tel est le propos, peu consensuel, tenu mercredi 14 janvier à l’Assemblée nationale par Najat Vallaud-Belkacem. Constatant que quelque 200 incidents faisant suite aux attentats contre "Charlie Hebdo" (refus d’observer la minute de silence, apologie des terroristes, propos antisémites…) ont perturbé la vie des établissements, la ministre de l’Education nationale a rappelé que des cours de "morale civique" - projet initié par son prédécesseur Vincent Peillon - vont entrer en vigueur à la rentrée prochaine.

Mais chacun est conscient que les valeurs républicaines ne se décrètent pas. Comment faire en sorte que ces cours aient une vraie efficacité ? Questions à François Durpaire, pédagogue formateur d’enseignants à l’université de Cergy-Pontoise et coauteur d’un essai, "La Fin de l’école" (PUF, 2014).

Accès à l'article

An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats avec les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.