Imprimer cette page

La question de l’organisation du temps scolaire à l’école ne cesse de diviser la société française. En dix ans, certains écoliers auront connu jusqu’à trois réformes successives des rythmes scolaires, et ce sans qu’il existe de véritable consensus sur leur impact. Il y a eu en 2017,  le rapport de Catherine Becchetti-Bizot  " Repenser la forme scolaire à l'heure du numérique ". La période que nous venons de vivre récemment  porte la question du numérique comme lien entre l'école et la maison, peut-il être un vecteur de continuum éducatif ? Les temps et les espaces sociaux, scolaires, culturels peuvent-ils être pensés différemment ?

L'émergence du numérique comme culture

En ce début de 21ème siècle, l’école n’est plus un sanctuaire dans lequel l’instruction fondée sur des savoirs était exclusivement dispensée par des enseignants. Désormais, avec le numérique dans ses deux dimensions culturelle et sociale, les jeunes vivent en réseau les uns avec les autres, ils utilisent pour s’informer des médias numériques, tels que Youtube, et ils trouvent grâce au numérique une forme d’épanouissement créatif. Mais ils tombent parfois aussi dans les travers de ces pratiques : dépendance, harcèlement, emprise des influenceurs, absence de prise de distance face aux fausses informations etc.

Depuis un an, l’école a été confrontée à l’interruption de lien physique entre élèves, entre enseignants et élèves, puis à une intermittence de l’acte pédagogique. Une nouvelle pédagogie hybride devait alors se mettre en place alternant travail en présence et à distance, bénéficiant dans le meilleur des cas des compétences numériques acquises par les élèves dans les réseaux sociaux et associant aussi le rôle éducatif des parents.

Un continuum pédagogique s'est-il amorcé ?

À l’heure où la jeunesse est profondément modelée par la culture numérique, est-il possible d’utiliser ces nouvelles compétences pour construire un continuum éducatif, dans une période où l’école fonctionne par intermittence, alternant présentiel, distanciel et périodes creuses ? 

L’enjeu est double, car d’une part l’éducation doit être partagée plus que jamais entre la famille et l’école, mais l’éducation doit aussi être mise en œuvre avec tous les acteurs de la formation des jeunes, les collectivités responsables des environnements matériels et sociaux, les associations. 

Et d’autre part, dans la période que nous vivons, on ne peut laisser se creuser un fossé entre l’école et les attentes de la jeunesse, car l’école se doit d’apporter les moyens de communication et d’accès à la connaissance qui ont cours dans le monde qui nous entoure. Dès lors, comment garantir la confiance de la jeunesse dans l’école et la crédibilité de l’école pour la jeunesse, si les usages du numérique continuent de creuser cet écart entre les deux ? 

Cependant, avec la crise Covid, les failles sont vite apparues : matériels et infrastructures, inégalités d’accès, manque de formation des enseignants, méconnaissance des outils sécurisés, réalités sociales avec des parents contraints à assurer l’école à la maison dans des conditions souvent difficiles La crise a une fois encore et de manière brutale, pointé les inégalités dans les territoires, leurs investissements différents et surtout leur potentiel à condition que les moyens soient mis en œuvre rapidement et qu'un accompagnement soit prévu en matériel et en présentiel car nous connaissons bien les processus de décrochage.

Le modèle « école » ne se heurte-t-il pas à une société où le numérique à transformé toutes les approches ?

Lors des rencontres Educatice, l'An@é, au regard de certains constats, a soumis cette question : comment au regard des temps sociaux, des pratiques numériques, des inégalités,  modifier les temps éducatifs ?

Quels sont les besoins des familles (temps social- parentalité numérique…place des devoirs et accompagnements culturels) des enfants (pratiques sportives, créatives, citoyennes…), des équipes éducatives? Quelles peuvent être les relations au sein de l'école avec les associations, avec les lieux de médiation...(Quels partenariats...Quelles formations- temps de concertation…). Comment pouvons-nous les associer de manière plus cohérente et éviter un saupoudrage d'actions livrées aux seules initiatives locales ?

Sont posées les questions des temps (pas seulement celui de l'école), d'aménagement des espaces réels et en ligne,  leur accessibilité, celles des formations, (initiale – 18 h actuellement sur le numérique…) transversales – Entre pairs, par équipes de projets…continues.. celles de l’inclusion des parents...Celles des liens avec le tissu associatif et culturel...

Voici quelques points soulignés par l'atelier à Educatice

Des constats déjà anciens, des questionnements à reconsidérer ...

 1 Temps ecole 004

Instaurer un continuum éducatif au service des jeunes

Il ne faut pas oublier que si la pédagogie est l’affaire exclusive de l’École, l’éducation est pourtant l’affaire de tous : l’affaire de l’école bien sûr, mais aussi celle des parents, des familles, des associations culturelles ou sportives, des médias, des collectivités locales via les programmes et les structures qu’elles mettent à disposition (médiathèques, centres culturels, musées, maisons des jeunes, Fab lab etc.). Cependant le lien entre tous ces acteurs de l’éducation des jeunes est ténu, distendu, voire souvent inexistant, car il n’est pas, le plus souvent, formalisé.

C’est ce lien entre tous les acteurs qui pourrait être utilement mis à profit pour assurer la continuité éducative des jeunes.

Le numérique peut être un vecteur pour créer et enrichir ce lien via des outils appropriés : réseaux, espaces, matériel... etc

Ce lien suppose l’existence d’un culture commune qui transcende les frontières étanches mises en place par les différents acteurs institutionnels : une culture commune que nous appelons de nos vœux sous le terme de « continuum éducatif » qui est le véritable enjeu du numérique pour la jeunesse. A la recherche d’une cohérence entre tous ces dispositifs, tous ces outils, tous ces réseaux disparates et le plus souvent marchands, il importe de créer un véritable lien dédié à l’action éducative qui renforce le lien social entre les jeunes et entre les institutions, les citoyens via l’objectif majeur que représente la formation des jeunes.

L'organisation de l'école ...Un chantier jamais achevé et plus que jamais prioritaire...

Que cette année qui vient apporte sérénité et innovations !

 

Exemples de médiation numérique

https://educavox.fr/les-reportages/content/391-mediations-numeriques/

Ou encore

https://educavox.fr/toutes-les-breves/tag/Espaces%20%C3%A9ducatifs

Propositions de l''An@é lors des Etats Généraux: Ce que la pandémie a révélé de notre système éducatif #EGNE

https://educavox.fr/accueil/debats/l-an-e-ce-que-la-pandemie-a-revele-de-notre-systeme-educatif-egne

Dernière modification le lundi, 28 mars 2022
Laurissergues Michelle

Présidente et fondatrice de l’An@é, co-fondatrice d'Educavox et responsable éditoriale.