Imprimer cette page

Le ministère de l’Éducation nationale a publié en 2020 un appel à projets dont l’objectif était de poursuivre les actions engagées depuis 2017 à travers les "écoles numériques innovantes et la ruralité". L’objectif est de réduire la fracture numérique, particulièrement observée dans les écoles rurales. Créer et faire vivre des « Tiers-lieux » d’animation qui permettent l’inclusion numérique de la société, voilà un autre sujet tout aussi sensible. Et enfin, dans une société où l’utilisation, la protection et la valorisation des données au niveau mondial est un enjeu majeur du XXIème siècle, serons-nous au rendez-vous ? Voici trois points des réalités de la transformation numérique.

L'équipement des écoles dites "numériques" "innovantes"

Dans le cadre de la politique de développement du numérique pour l’éducation du ministère de l’Éducation nationale et de la stratégie interministérielle pour les ruralités, les collectivités territoriales concernées peuvent répondre à l’appel à projets émis par l’État, au titre des investissements d’avenir, destiné à soutenir le développement de l’innovation numérique pour l’éducation dans les écoles primaires (maternelles et élémentaires) des communes rurales.

Dans la liste des dépenses nécessaires à la mise en œuvre et à la réalisation du projet dans sa globalité, la subvention de l’Etat pourra être sollicitée sur tout ou partie du financement :

  • Des équipements numériques de la classe (dispositif de visualisation collective par exemple) ;
  • Des équipements des élèves avec une solution type classe mobile ;
  • Des équipements numériques de l’école (dispositifs de prise de son et d’images, de traitement de l’image, des supports d’apprentissage du code-robots – par exemple) ;
  • Des services numériques permettant les échanges entre les enseignants, élèves et parents (ENT, plateformes collaboratives.) ;
  • Des services nécessaires au déploiement des usages numériques en classe (réseau wifi de l’école.) ;
  • Des dépenses d’ingénierie et d’accompagnement à la mise en place du projet.

Les écoles ainsi équipées pourront bénéficier gratuitement des ressources numériques pédagogiques proposées par le Ministère de l’éducation nationale dans le cadre du Plan numérique (Banques de ressources numériques pour l’école, Eduthèque).

Qu’en termes parfaits ces choses-là sont dites : les disparités sont toujours aussi criantes !

" Accompagnement à la prise en main des matériels, des services et des ressources numériques. " : c'est toujours le matériel et l'accompagnement à la prise en main qui prime !

Lors de Ruralitic, Saison II, épisode 4 avec l'An@é : L'école rurale face au Numérique, Michel Pérez a interrogé les réalités d’aujourd’hui, notamment dans la ruralité : Pourquoi l’école numérique ? Pourquoi l’école rurale ? Quelles sont les difficultés dues à l’inégalité de la présence de la fibre optique ? Comment fonctionne le réseau ADSL en France ? Pourquoi un financement très inégal selon la taille des communes ? Quels ont été les plans de l’État en faveur des écoles numériques rurales ? Et comment fonctionnent les nouveaux plans 2020-2021 de l’École numérique rurale ?

Accès à l'article : Ruralitic, Saison II, épisode 4 avec l'An@é : L'école rurale face au Numérique

https://www.educavox.fr/accueil/reportages/ruralitic-saison-ii-episode-4-avec-l-an-e-l-ecole-rurale-face-au-numerique

Une gestion plus globale des temps et des espaces pourrait mettre en concordance l’école et les temps de vie sociale. Ce sont de vrais choix de société.

Penser une société apprenante, implique une nécessaire " porosité " de l’école, un réel changement de posture, impliquant de prendre réellement en compte de nouveaux rapports aux savoirs et aux autres, et de construire différemment les espaces éducatifs en prenant en compte les temps scolaires ET sociaux.

Faire vivre des « Tiers-lieux » d’animation afin de favoriser l’inclusion numérique de chacun

Il reste que l’expérience de la ruralité est éminemment locale. A l’école numérique rurale du 27 août 2018 publié sur Educavox, Michel Perez écrivait :

“Plus on se trouve dans des zones isolées, plus les questions relatives à l’accès au numérique se posent. Il faut accélérer les processus d’équipement et EN MÊME TEMPS créer et faire vivre des « Tiers-lieux » d’animation afin de favoriser l’inclusion numérique de chacun. L’éducation citoyenne est au cœur des choix faits par ces élus”.

Le contexte économique et écologique invite à la sobriété comme à l’optimisation des moyens. Il n’y a pas l’École d’un côté et le territoire de l’autre, sans vision holistique point de salut. En matière d’Éducation comme d’aménagement, préférons la transversalité au silo. Et si l’école, demain, devenait un lieu d’acculturation au numérique transgénérationnelle ? “Sharing” ou en bon français le partage n’est pas qu’une économie de plateforme. Le sens du collectif, voilà une compétence douce qu’il faudra développer demain, Être apprenant en plaçant le prestige dans un ailleurs pour faire avancer le groupe.

D’ailleurs Michel Perez explique un peu plus loin dans son texte :

“La réalisation de tels tiers-lieux permet aussi de répondre au nécessaire besoin d’ACCOMPAGNEMENT, d’aide, de soutien et de formation (…) au-delà de la simple assistance technique.

Le NEC (Numérique en Communs) Sud-Charente : "Construire un numérique inclusif, éthique et durable"

Coopérations, financements, accompagnements, tels étaient les sujets en question lors des tables rondes de cette rencontre (à distance)

La question des médiateurs numériques, celle des choix politiques, des outils (notamment l'évaluation avec PIX), les animateurs, (leur profil de compétences, formations et valorisation) les soutiens et les organisations, la médiatisation, autant de sujets qui se posent. Comment faire collectivement pour trouver idées et coopérations ? Comment donner l'envie de rejoindre ces lieux ? Quelles compétences pour un meilleur accompagnement ? Quel impact social ?

Accès à l'article et aux vidéos :

https://www.educavox.fr/accueil/reportages/nec-sud-charente-construire-un-numerique-inclusif-ethique-et-durable

La réalité de la transformation numérique

Dans le monde de l’éducation, le numérique représente un levier de transformation puissant notamment en matière d’évolutions pédagogiques et de formation aux enjeux et aux métiers de demain. Cependant, à l'échelle d'une société, le choc est mondial, culturel, la souveraineté numérique et la protection des données sont des enjeux majeurs.  La généralisation du télé travail,  les stratégies sanitaires accèlèrent le mouvement.

Depuis 14 ans, 2000 à 2500 innovations sont captées par NetExplo au niveau mondial pour comprendre la réalité de la transformation numérique."

Les Assises NetExplo 2021 : Data transformation ont proposé une vision globale de la réalité des sujets qui se posent : comprendre, gérer, contrôler, partager et valoriser les données, les protéger. Comment trouver un juste milieu entre protection et partage numérique ?

Accès à la présentation et aux vidéos :

https://www.educavox.fr/alaune/les-assises-netexplo-2021-data-transformation

En réalité, la transformation par le numérique est en cours.

Mais les plus forts gagnent. A t-on les moyens de répondre aux enjeux majeurs d'aujourd'hui ?

L'accélération induite par le numérique à tous les niveaux peut-elle permettre une société plus éthique, plus égalitaire, plus solidaire ?

Les coopérations à l'échelle mondiale se dessinent, s'esquissent dans les urgences sanitaires d'aujourd'hui. Les combats d'arrière garde peuvent-ils s'estomper ?

Michelle Laurissergues

Dernière modification le vendredi, 12 février 2021
Laurissergues Michelle

Présidente d'honneur et fondatrice de l’An@é, co-fondatrice d'Educavox et responsable éditoriale.