fil-educavox-color1

Plus j’avance dans ce métier, plus je suis convaincu que la réussite de tout projet, l’entrée dans un métier passe par la phase de formation des individus et des groupes, à fortiori dans les métiers liés à l’éducation et à la formation.

Il faut prendre le temps de former, cela paraît être un poncif, or c’est une règle d’or.

Dit autrement ce ne sont pas des procédures que l’on pense huilées et infaillibles qui priment (même si  les processus de routinisation me semblent indispensables) mais bien notre capacité à penser et elle seule

Le numérique, même s’il offre une palette de solutions  pédagogiques toujours plus grandes, est loin d’être installé dans notre paysage. Le numérique est métaphoriquement le lien entre un ancien et un nouveau monde. Je voudrais ici parler de la distance dans le rapport de formation.

Le numérique bouleverse plus qu’on ne le pense nos modes de pensée et nos modes d’action.

J’ai eu l’occasion de traiter ce sujet dans un autre billet car il s’agit de comprendre comment habiter sa professionnalité. Le numérique, en augmentant les espaces en général, et l’espace  de formation en particulier, nous engage à imaginer d’autres modes d’interaction et à les formaliser.
 
La réponse à la distance est encore trop souvent instrumentale, elle se traduit par des affirmations à l’emporte-pièce comme « Nous vous envoyons le lien pour la visio-conférence« , « nous vous fournissons le matériel« , « vous avez les services en ligne« , … C’est certes un  élément de réponse nécessaire mais il me semble que l’essentiel n’est pas là.
Ce sont les nouveaux modes d’interactions qui sont centraux. Il faut partir du postulat qu’à l’heure actuelle notre espace d’interaction et de socialisation est pluriel.
 
pm3
 
Les interactions s’exercent dans le réel et dans le numérique (jamais de façon alternative toujours de façon cumulative). Cela semble assez « simple » dans notre vie privée au moment où nous mixons les deux pour organiser notre quotidien (Air B’NB, Uber, twitter, facebook, skype, instagram, meetic, TGV pro, Auchan direct, impôt en ligne, applis diverses sur les smartphones, …)
 
Nous sommes même entrés dans un monde paradoxal car nous parlons, sans que cela nous paraissent surprenant, à nos machines grâce notamment à Siri. Le dialogue avec  les machines semble s’installer sans provoquer de remous. Votre ordinateur, votre smartphone sont capables de vous répondre, de refuser de vous répondre ou d’exprimer leur incompréhension.

***

***

Dans ce cadre d’émergence de nouveaux rapports entre l’Homme et la machine, nous piétinons quand il s’agit de travailler à distance entre Hommes.

Il est probable que compte tenu de la rapidité des innovations nous avons omis de puiser dans nos fondamentaux, à savoir la formation à … Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, j’ai commencé à m’interroger sur ces questions de formation sur les interactions à distance. Ce sont des réflexions en forme de brouillons mais elles me permettent d’avancer dans mes analyses. J’ai fait le choix de mêler la réflexion théorique, (je reviendrai en temps utiles sur la question plus conceptuelle du panapotisme dans les relations humaines à distance), et les propositions plus multimodales, peut être plus simples mais dont la fonction est de mettre à plat les questions qui se posent dans notre quotidien professionnel.

En mettant entre les Hommes des machines pour interagir, nous réintroduisons le besoin de comprendre la technologie et le rapport que nous entretenons avec elle. Nous sommes résolument « l’homo technologicus » et nous ne pouvons entrer dans cette classification qu’en inscrivant ce rapport dans un cadre réflexif car la machine n’est pas neutre au regard de notre vie. Elle transforme radicalement notre sociabilité.

La machine dans son rapport à l’humain (ou l’inverse) pose de nombreuses questions :

  • Comment qualifier le mélange des espaces ? Quand je télétravaille ma maison se transforme juridiquement pendant 7 heures 45 parce que le lien de subordination imprègne un espace dévolue initialement à la vie privée ;
  • Comment dois je m’exprimer selon les rôle que j’endosse numériquement ?
  • Comment dois je reconfigurer mes interactions en ligne ? Partant du principe que les règles de la vie s’y appliquent (politesse, courtoisie, écoute, attention, …)
  • Bien que classifié dans la rubrique des « travailleurs du savoir » je ne peux me dispenser de comprendre les enjeux techniques de mes environnements numériques.
  • Puis je avoir de l’empathie pour une machine ? Alors que je sais pertinemment que je suis capable d’antipathie pour des humains et d’empathie aussi bien heureusement.

Organiser une visio-conférence, les interactions instrumentées

 

Le télétravail une modification du travail par transformation du lien de subordination

 

Jean-Paul Moiraud

https://moiraudjp.wordpress.com/2017/05/13/les-interactions-a-distance/

Dernière modification le samedi, 17 juin 2017
Moiraud Jean-Paul

Cherche à comprendre quels sont les enjeux des perturbations du temps et de l'espace dans les dispositifs de formation en ligne. J'observe comment nous allons passer du discours théorique sur les bienfaits des modes collaboratifs à l'usage réel.
 
***

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.