Accueil du site > FORMATION > Usages > Apprendre à lire et écrire avec les Tice
par maloupro dimanche 29 décembre 2013 - 1 réaction |

Apprendre à lire et écrire avec les Tice


Témoignage réalisé aux Boussoles du numérique Cenon décembre 2013 :

En introduisant le numérique dans ma classe, j’ai choisi de cibler les situations qui pouvaient apporter un avantage à ma pratique habituelle. Ces possibilités m’ont amenée à penser d’autres organisations de classe et ont conduit les élèves à adopter de nouvelles attitudes d’apprenant.

Des PC, une solution efficace pour différencier

  


La lecture découverte sur PC, a été pensée afin d’adapter cet enseignement aux différents niveaux de compétences de lecture des élèves. Le logiciel du TNI présent sur chaque poste a permis de proposer des exercices interactifs variés : reconnaissance de mots à l’aide de l’option audio, déplacement de mots pour reconstituer des phrases, texte à trous, devinettes à solutionner avec une liste de propositions, association de mots et d’images ; classement de mots selon des critères phonologiques etc….

  

 

Des choix multiples et adaptables qui correspondent à des compétences ciblées et en lien avec nos textes de lecture.

Ainsi ces temps d’ateliers permettaient dans un premier temps, aux lecteurs confirmés de découvrir en autonomie la lecture du jour, pendant que je consacrais à mes petits lecteurs plus de temps à explorer le texte avec ces mêmes jeux interactifs.

Dans un second temps, je rassemblais mes grands lecteurs pour un travail d’approfondissement et de vérification alors que mes petits lecteurs se trouvaient seuls sur PC pour consolider leur lecture. Les consignes sur PC données sous format audio, la correction proposée à l’aide de cache ou de réponse audio ont facilité l’autonomie des élèves qui pouvaient vérifier et progresser en autonomie. Une situation ou l’enfant prend en charge son travail avec plus d’engagement.

Chacun peut avancer à son rythme, revenir en arrière si nécessaire, vérifier et s’auto-corriger. L’élève fournit un travail plus authentique avec un sentiment de réussite permanent car les corrections sont omniprésentes.

 

Des tablettes, une solution qui implique et responsabilise :

La tablette tactile exploitée comme outil de production offre de grandes possibilités pour organiser son travail en fonction des compétences visées. Dans le cadre de la dictée en autonomie, chaque élève travaille seul mais aussi sous le regard des autres.

L’ergonomie de la tablette, son format et l’installation des élèves autour d’une table circulaire conditionnent automatiquement un certain nombre de comportement :

 

  • Entraide et collaboration en cas de difficulté ;
  • Autorégulation du groupe pour le respect des consignes données ;
  • Évaluation partagée du travail lorsqu’on échange les tablettes comme on échange des cahiers.

 

De plus, différentes étapes ont structuré ce travail de dictée :

 

  • Lecture découverte de la phrase avec un support audio pour assurer la bonne lecture de la phrase ;
  • Des exercices interactifs pour favoriser l’imprégnation les mots susceptibles de poser problème (ordre des mots dans la phrase, compléter la phrase, compléter avec le bon phonème dans un mot etc..)
  • Le passage sur cahier intervient une fois les exercices achevés
  • La correction de sa propre dictée arrive en ultime étape avec en plus la consigne de vérifier la correction de son camarade pour parfaire le travail.

 

Des conduites qu’il a fallut accompagner par des échanges réguliers au début afin d’engager l’élève à respecter les consignes ; A présent, le groupe s’autorégule en complète autonomie et mes interventions sont quasi-nulles.

    


Ces ateliers ont pris une place de plus en plus importante et ont offert une aide adaptée. En privilégiant cette organisation on intègre avec plus de pertinence ces outils en les faisant correspondre aux besoins des élèves. L’enseignant occupe alors, davantage, un rôle de médiation avec des renforcements plus efficaces à l’intention de certains élèves.

Les technologies participent ainsi à rendre plus efficient les interventions auprès d’un groupe privilégié. Mais ils supposent de prévoir d’une part des situations adaptées et d’autre part de nouveaux gestes professionnels afin de mettre ces outils au service d’une démarche pédagogique.

    

 

L’ultime étape révélée par la présence de ces outils numériques a été l’organisation d’un tutorat entre élèves d’une même classe mais aussi en direction d’autres classes afin de construire de nouvelles représentations chez l’élève qui devient acteur de ses apprentissages. L’enfant prend ainsi conscience qu’il apprend tout en apprenant à d’autres. Une ouverture vers le développement d’un sentiment de réussite qui participe à son épanouissement.

 

Initialement publié sur le web.TV de l’Académie de Versailles

 

Alouani Malika, professeure des écoles
École la Malmaison, Rueil Malmaison

Réactions à la vidéo
  • (xxx.xxx.xxx.13) 14 juillet 2013 13:54

    Bonjour
    Bon travail. Est-il possible d’avoir une idée sur les supports que vous utilisez ? Et quels sont les niveaux ciblés ?
    Merci de m’envoyer la réponse à cette adresse:raisomarismail@yahoo.co.uk
    Cordialement
    Omar


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]

Charte éditoriale   Foire aux Questions   Qui sommes-nous ?   Nous contacter


Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1561042 v0.