fil-educavox-color1

Organiser un débat en classe n'est plus une activité hors du commun mais elle reste relativement peu fréquente dans une salle de classe. Les compétences mobilisées sont pourtant nombreuses: apporter la contradiction et la multiplicité des points de vue, travailler la prise de parole, écouter les arguments des autres élèves et s'en servir pour répondre, respecter la parole de l'autre etc.
Je n'ai pas attendu d'avoir des tablettes tactiles en classe pour organiser ce type d'activité mais une fois de plus elles ont permis une transformation de ma manière de concevoir cette séquence et un engagement approfondi des élèves lors de celle-ci.

Le descriptif porte sur une séquence (4h environ: 1h, 2h, 1h) de 4ème en éducation civique (mais elle est transférable à d'autres niveaux et d'autres matières).

Etape 1: Préparation du débat.

Les élèves ont à leur disposition un corpus documentaire d'environ 30 documents. Ils doivent en lire au moins 4. Mon but ici est de diversifier les approches afin qu'ils n'aient pas tous le même point de vue. Je propose une problématique volontairement simpliste afin que les élèves prennent partie dans un sens ou dans l'autre. Lors de ma séquence la problématique était la suivante: "La géolocalisation, progrès indispensable ou menace pour nos libertés?".

Ici l'outil tablette apporte bien entendu la possibilité de multiplier les documents disponibles (l'année précédente je photocopiais) et de varier leur nature (texte, vidéo, témoignages recueillis par les élèves etc).

Etape 2: les rôles de chacun.

Participants

Chaque rôle a sa fiche d'objectifs. Ici celle des participants

On procède ensuite à la répartition des rôles durant le débat. Les tablettes apportent un avantage immédiat: nous allons pouvoir filmer le débat.

- Le président du débat et son adjoint répartiront la parole, veilleront à ce que tous les participants s'expriment etc.
- Les participants: assis dans deux camps opposés. Lorsque les participants sont trop nombreux le débat ne fonctionne pas: certains élèves ne prennent pas la parole, d'autres sont frustrés car ils la voudraient mais attendent leur tour trop longtemps.
- Les scientifiques: sont chargés dans un coin de la classe, d'apporter des précisions sur ce qui est en train de se dire: chiffres, pourcentages etc que j'ai mis à leur disposition.
Les années précédentes j'étais obligé de "fabriquer" des rôles qui se sont révélés au final peu intéressants: Gardiens du temps, de l'expression, du vocabulaire etc.
Lors de cette étape, les tablettes apportent plusieurs atouts très concrets. Tout d'abord, elles me permettent de diversifier les rôles des élèves en ajoutant deux groupes supplémentaires: les journalistes (chargés de l'introduction et de la conclusion du débat) et les cameramans: chargés de filmer le débat, l'introduction et la conclusion. C'est un rôle assez technique car il faut pouvoir se déplacer dans les rangées, prendre correctement le son etc. Mais surtout, elles me permettent de demander aux élèves (scientifiques, participants) de produire eux-même des documents (à partir de leur livre, des cours, des documents distribués): croquis, carte, courbes ou camemberts par exemple. Ces documents serviront ensuite comme arguments lors du débat.
Les préparatifs: sélectionner les documents pour en produire de nouveaux

Etape 3: le débat.

Sans titre1

La disposition de la salle de classe est réorganisée, les groupes se réunissent pour préparer leurs arguments et le débat peut commencer. Je dois avouer que la première réalisation fut hasardeuse: prise de son trop aléatoire, angles de vidéos ridicules (filmer de dos quelqu'un qui parle...), prises de vidéo tremblotantes etc. Cependant, ces erreurs m'ont semblé constructives:
- Après les avoir montrées aux autres classes elles n'ont pas été reproduites. Une fois de plus les tablettes permettent un ancrage visuel de l'erreur chez les élèves et sont donc un instrument efficace pour modifier sa perception.
- Elles ont pu me permettre de sensibiliser les élèves sur les conditions de travail des journalistes (par exemple en situation de filmer un conflit).

Lors du débat (environ 30 min), les participants qui le souhaitent peuvent se servir des documents (fournis ou préparés) disponibles sur la tablette. Les scientifiques ont obligation de produire un document. Les journalistes ont présenté le débat (filmés à part) en exposant les enjeux principaux. A mon signal, 5 minutes avant la fin, ils s'éclipsent et proposent leur conclusion (ici aussi, filmés à part).

Etape 4: l'après débat: montage et visionnage.

Sans titre2

Les années précédentes cette partie n'était pas possible. Je présentais rapidement mes conclusions puis nous passions à autre chose. Avec les tablettes la séance acquiert une dimension supplémentaire: le retour sur le débat.

Malheureusement, après avoir essayé de le réaliser en classe par les cameramans, j'ai du me résoudre à produire moi-même le montage vidéo le niveau de complexité étant trop élevé et trop chronophage. Malgré cela, le montage est une activité qui intéresse de nombreux adolescents: certains d'entre eux sont familiers les logiciels les plus courants, d'autres possèdent leurs chaînes YouTube (vidéos Go pro de BMX par exemple). Plusieurs groupes d'élèves se sont impliqués dans cette étape, venant même travailler entre midi et 14h, même si au final, les conditions techniques n'aidant pas, j'ai réalisé la plupart des films.

Le visionnage permet par contre à la classe de revenir "à froid" sur le fond et la forme de ce qui a été dit. Les élèves peuvent se voir, comprendre leurs tics de langage, le non respect des consignes ou les prises de paroles bien argumentées. Ce visionnage m'a paru essentiel et la plus-value pédagogique est tangible. Les possibilités pour exploiter davantage cette vidéo sont multiples, on peut par exemple imaginer une réutilisation dans le cadre d'un cours avec une autre classe ou isoler certains passages pour aider les élèves à travailler certains points rarement travaillés en classe (diction, clarté de l'expression, prise en compte de l'interlocuteur etc).

Au final, il me semble que les tablettes ne sont pas indispensables à l'organisation d'un débat en classe. Mais comme d'habitude elles apportent une dimension supplémentaire aux apprentissages et renouvellent en profondeur les pratiques. Leur utilisation fluide et multiforme, leur mobilité permettent leur insertion naturelle dans le processus vivant et réactif qu'est un débat. Une fois de plus les élèves ont intégré cet outil au delà de mes espérances et de mes suggestions: demande de vidéoprojection des documents créés, demande de pouvoir s'en servir en tant que support durant le débat, prise de photo et collages de documents du manuel etc. Enfin, grâce à l'ensemble de cette utilisation (discussion collective grâce à la vidéo, travail de groupe), l'erreur est perçue comme constructive et rattachée au processus d'apprentissage et non comme un échec isolé de celui-ci. Lors de l'organisation du deuxième débat de l'année (environ 1 mois plus tard) les élèves avaient très largement intégré l'ensemble des remarques. Les échanges n'en furent que plus clairs, plus riches et constructifs.

Bertos Nicolas

@Nicoblm (Twitter)Professeur d'Histoire Géographie Education civique,

Référent numérique, responsable du projet tablettes tactiles à Pont Saint Esprit,Collège G. Ville à Pont Saint Esprit (Gard, 30)

http://theraphproject.blogspot.fr/



Dernière modification le dimanche, 08 février 2015
Bertos Nicolas

Prof d’Histoire-Géo en collège. Passionné de numérique et de pédagogie.

Site internet : theraphproject.blogspot.fr/

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.