fil-educavox-color1

L’éducation s’est toujours placée dans l’idéal de partage et de gratuité des connaissances " Ecole gratuite et obligatoire " même si cette gratuité a un coût pour l’Etat, pour les collectivités,  pour les parents.

Aujourd’hui le numérique brouille les cartes, augmente considérablement les coûts, lie les questions techniques habituellement réservées au citoyen – infrastructures, connexions, équipements, accessibilité pour tous à la culture et aux activités éducatives -   et place l’éducation au cœur d’un système sociétal régi par les principes fondamentaux de notre république considérablement bousculés.

Des choix, des liens sociaux, des temps et des espaces réinventés

L’école n’est plus un sanctuaire fermé au monde extérieur et l’inclusion dans la société de l’information devient un défi d’autant que de nombreuses questions restent en suspens, questions politiques, économiques, techniques, culturelles et sociales notamment culture dominante, marché prépondérant, communautés virtuelles, transformation des approches du temps, des espaces et du travail, nouveaux modes de formation.

Le potentiel de diffusion par les réseaux est énorme mais il varie selon le niveau social, technologique et idéologique des individus et des territoires.

En effet, une société qui aujourd’hui ne produit ni les technologies, ni équipements, ni logiciels, ni services, est  réduite à l’état de consommateur. En même temps qui bénéficie aujourd’hui de la manne financière de l’économie numérique ? Ne sommes nous pas les produits marketing des grands groupes?

Et qui diffuse le prêt à penser ? Quand on observe les liaisons étroites entre les médias et leurs influences sur des sujets aussi importants que le rejet ou l’acceptation de l’autre, on peut douter de l’esprit critique, de la distance nécessaire à la réflexion, de l’ancrage dans des réflexions qui prennent en compte l’ensemble des problèmes posés à l’échelle mondiale…

Les fractures s’opèrent moins aujourd’hui dans les nombre de connexions possibles qu’à la possibilité de connecter les citoyens entre eux… Quelle est alors la force des réseaux sociaux ? Connecter les individus pour jouer, voir des vidéos drôles qui font le buzz, ou pour trouver ensemble des réponses à nos problèmes de société ce n’est pas tout à fait la même chose…Comment se forme les réseaux sinon par cooptation ? En fait,  l’organisation des individus en communautés virtuelles est la même que dans les communautés "  classiques " mais en plus grand et en plus accéléré.

En développant des solutions " libres ", en diminuant les coûts d’équipement en logiciels et en offrant des informations et des savoirs libres de droit sur l’internet, les communautés virtuelles permettent cependant de réduire quelques fractures numériques : celles qui sont liées à la localisation, tissu rural, urbain,  celles qui sont liés aux échanges inter générationnels, celles qui permettent la mise en œuvre d’actions collaboratives, les partages, et qui se développent de toute part.

L’éducation est au cœur de ces phénomènes. On voit se dérouler à grande vitesse les offres payantes d’aides multiples « coaching personnalisé ». Lire par exemple cet article http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/l-adaptive-learning-la-revolution-qui-vient.html qui pose la question de la société que nous voulons.

Donnons-nous les moyens de notre liberté. Le choix du politique est donc aussi important que le choix citoyen. Car il s’agit de réagir (vite) et de permettre le débat social et politique sur ces questions de fond :

L’éducation au cœur de l’écosystème numérique mondial, la culture scientifique d’une société connectée, l’aménagement des territoires éducatifs et passerelles numériques, les Humanités numériques, les stratégies et connexions dans une société de flux éducative et culturelle, autant de sujets de réflexion que nous débattrons lors des Boussoles du numérique les 14 et 15 octobre 2015 au Rocher de Palmer, en Gironde.

Découvrir le programme et s'’inscrire :http://boussolesnumeriques.jimdo.com/

Michelle Laurissergues

Présidente de l'An@é

Dernière modification le lundi, 20 février 2017
Laurissergues Michelle

Tout d’abord enseignante en école maternelle, directrice d’école, maitre formateur, directrice du centre Départemental de documentation pédagogique en Lot-et-Garonne (actuellement CANOPE),  responsable associative au niveau des écoles maternelles de 1973 à 1994, présidente nationale de l’An@é de 1996 à 2017 qui a créé le site Educavox dont je suis responsable éditoriale.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.