fil-educavox-color1

Nicolas CESAR, Sud-Ouest Eco interroge sur TV7 Nicolas SEKKAKI, président d’IBM France, et Bernard CLAVERIE, directeur de l’école nationale supérieure de cognitique dans le cadre de Novaq, Festival de l’Innovation organisé à Bordeaux par la région Nouvelle Aquitaine.

Le thème du débat est d’actualité : Intelligence artificielle, quel impact pour votre emploi ?

Il fait écho à notre peur collective du changement étayée par les chiffrages inquiétants pour l’emploi qui se succèdent : dès 2013 les chercheurs de l’université d’Oxford prévoyaient  que près de la moitié des emplois d’aujourd’hui n’existeraient plus dans vingt ans, le think tank Institut Sapiens annonçait, le 21 août, que 2,1 millions d’actifs « ont une forte probabilité de voir leur emploi disparaître dans les prochaines années »

Au delà de ces projections pessimistes les enjeux économiques, sociétaux et éthiques de l'intelligence artificielle sont majeurs.

Malgré son jeune âge, dix ans tout au plus, elle touche tous les secteurs des transports à la santé en passant par l'agriculture, l'industrie, la défense, l’éducation… Il y a de l'intelligence dans nos téléphones portables, nos assistants vocaux, nos futures voitures autonomes, dans les drones…c’est peu dire que notre vie de tous les jours est et va être bouleversée par cette révolution technologique.

Pourtant Messieurs SEKKAKI et CLAVERIE sont résolument optimistes : l’intelligence artificielle ouvre de nouveaux métiers et de nouveaux horizons. Pour le premier, le développement de la technologie implique le développement des usages et l’on peut ainsi créer de la richesse pour tout le monde ; le développement est ici au service de l’humain. Pour le second, l’enjeu se situe au niveau de la formation des experts de demain. Même si l’on ne connaît pas les outils à venir, il s’agit de former à « apprendre à apprendre », de former à la plasticité et à l’ouverture et l’on peut ainsi créer les interfaces nécessaires entre technologies et sciences sociales.

Le futur de l’intelligence artificielle est à inventer autour des réponses à trois grandes questions :

  • Qu’est-il  possible de déléguer aux machines ?
  • Quelle confiance peut-on accorder à la machine ?
  • Quel projet commun citoyen et éthique construit-on autour de ces technologies?

Le scénario envisagé est celui d’un continuum entre intelligence humaine et intelligence artificielle pour aboutir à une intelligence augmentée, une intelligence collaborative homme plus machine rendant possible l’augmentation des compétences humaines. L’occurrence de cette mutation sera favorisée par des outils nouveaux à la fois fluides et transparents dont l’utilisation pourrait être quasiment inconsciente.

Ce futur, il convient vraiment de le décider et d’en être acteur pour ne pas en être victime.

Interview par Nicolas César SO ECO sur TV7 : Nicolas SEKKAKI, président d’IBM France, et Bernard CLAVERIE

 

 

NOVAQ : https://www.novaq.fr/

Accès à toutes les conférences sur YouTube

Professeur à l'Institut Polytechnique de Bordeaux et directeur de l’ENSC, Bernard Claverie lors de l'édition 2018 de Novaq, le festival de l’innovation en Nouvelle-Aquitaine, autour de l'intelligence artificielle et de la cognitique.

Autres articles sur le sujet Intelligence Artificielle à lire dans Sud-Ouest

https://www.sudouest.fr/2018/06/20/intelligence-artificielle-vers-une-destruction-creatrice-d-emplois-5163270-10275.php

Dernière modification le mercredi, 26 décembre 2018
Puyou Jacques

Professeur agrégé de mathématiques - Secrétaire national de l’An@é

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.