fil-educavox-color1

Le numérisme est devenue une sorte de religion pour les uns, une drogue pour d’autres, un outil trivial, mais magique pour les presqu’athées. Et pour les païens une technologie prométhéenne. Ce serait pour les Incas l’effet même du dieu Soleil. Il réchauffe nos psychés, ou les désole s’il ne se manifeste pas sur nos écrans fidèles et impatients. Nous sommes devenus une planète du Soleil numérique : e-earth, comme nous appellent les prêtres de cette nouvelle foi. Notre Voie lactée ruisselle d’étoiles numériques que guettent les orpailleurs.
Soleil d’or ? Soleil bleu ? Soleil dont l’éclat noir nous aveugle ? L’astrophysicien-poète Hubert Reeves dit que nous sommes "fils des étoiles". Homines numerici.
 
Et ce n’est que le début d’une puissante mutation binaire.
Lorsque les hommes créent un dieu, c’est qu’ils en attendent quelque chose. Quelque chose d’important, de fondamental, qui concerne leur origine ou leur destin.
De ce nouvel astre divin, nous, les païens, attendons la réalisation de notre instinct de puissance. Pour recréer le monde à notre image. Les monothéistes lui délèguent leur intelligence, leur âme et en attendent leur salut personnel et des promesses de paradis dans l’autre monde, le virtuel, comme ils ont toujours fait. Les postmodernes, qui ne croient plus à rien, n’en attendent que jouissance immédiate ou résignation.
La mythanalyse du numérique est un grand sujet d’analyse des paramètres de l’aventure humaine.
 
Article initialement publié sur mon site
 
Hervé Fischer
Fischer Hervé

Artiste-philosophe, né à Paris, France, en 1941. Double nationalité, canadienne et française. Hervé Fischer est ancien élève de l'École Normale Supérieure (rue d'Ulm, Paris, 1964). Il a consacré sa maîtrise à la philosophie politique de Spinoza (sous la direction de Raymond Aron), et sa thèse de doctorat à la sociologie de la couleur (Université du Québec à Montréal). Pendant de nombreuses années il a enseigné la sociologie de la culture et de la communication à la Sorbonne-Paris V (Maître de conférences en 1981). A Paris il a aussi été professeur à l'École nationale Supérieure des Arts décoratifs (1969-1980). On lui doit de nombreux articles spécialisés, participations à des ouvrages collectifs et conférences dans le domaine des arts, de la science et de la technologie, en rapport avec la société. Parallèlement il a mené une carrière d'artiste multimédia. Fondateur de l'art sociologique (1971), il a été l'initiateur de projets de participation populaire avec la radio, la presse et la télévision dans de nombreux pays d'Europe et d'Amérique latine, avant de venir s'installer au Québec au début des années 80.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.