fil-educavox-color1

Cet article relate le premier cours « Posture et prise de parole en public » dispensé aux étudiants de première année de Bachelor de l’IDRAC Paris (école de commerce post Bac). 

Le contexte

L’IDRAC consacre 20 heures à l’enseignement de la prise de parole en public en première année de Bachelor. 57 jeunes bacheliers prennent place dans la classe. Ils se préparent aux métiers du marketing, de la gestion et du management. Comme on peut le lire sur le site internet de l’établissement, l’école vise à « transformer les savoirs en compétences » grâce aux stages, au management de projets et au développement personnel. C’est dans cette perspective que s’inscrit le cours « Posture et prise de parole en public ».

La rentrée a eu lieu le jour précédent. Les étudiants entament la phase de découverte de leur nouvel environnement. Commencer par un cours de prise de parole en public ne peut que générer un certain stress chez des jeunes issus d’un système éducatif auquel on a souvent reproché de ne pas favoriser la créativité et la confiance en soi mais aussi de privilégier la culture de l’écrit.

Le défi

Il y a nécessité, dans ce type de cours en particulier, à ce que les étudiants adoptent une attitude participative. C’est-à-dire qu’ils se placent dans une position d’écoute active mais aussi qu’ils se mettent en scène devant leurs camarades, nombreux et qu’ils ne connaissent pas encore.

Il s’agit donc pour moi d’obtenir, dans un premier temps, un consentement de leur part à jouer le jeu de la prise de parole en public qui nécessite un engagement physique et psychologique. J’insiste sur ce terme de consentement dans le sens où les étudiants pourraient assister physiquement au cours sans s’y impliquer, en bavardant pendant les interventions, en se réfugiant dans leur téléphone mobile ou leur ordinateur portable, en ne déployant pas l’énergie nécessaire pour accomplir les exercices demandés.

Je dois aussi mobiliser leur attention durablement. Ce qui n’est pas une mince affaire, comme on le sait, puisque le cours s’étend sur une plage de 4 heures, avec une ou deux pauses de 10 minutes, choix qui reste à la discrétion de l’animateur.

Maintenir l'attention et la motivation

Durant ces 4 heures, chacun doit avoir l’occasion de s’exprimer. Il est impératif de multiplier les exercices de prise de parole sans toutefois faire passer tout le monde sur une même séquence, ce qui prendrait trop de temps et risquerait de provoquer de la lassitude.

Sachant que les étudiants ne se projettent pas encore dans leur future vie professionnelle, je dois m’attacher à resituer cet enseignement dans les préoccupations quotidiennes des intéressés afin qu’il prenne sens.

Enfin, il faut que chacun puisse prendre du plaisir à la pratique de la prise de parole en public, ce qui ne va pas de soi. Bien évidemment, ils ont le trac, comme tout le monde ! La séance doit donc être ludique. Mon rôle est de mettre les jeunes en confiance, en les incitant à adopter une attitude bienveillante à l’égard de leurs camarades et en étant moi-même très positive quant à leurs prestations « sur scène ». Je pose les règles dès le début du cours.

Soigner la phase de contextualisation

Pour donner du sens au cours, je prends le temps nécessaire en ouverture pour faire réfléchir collectivement les jeunes au bien-fondé d’une parole maîtrisée, ainsi qu’à ses enjeux.

Je m’appuie pour cela sur plusieurs vidéos montrant différentes prises de paroles plus ou moins réussies (politiques, participants au concours d’éloquence d’HEC) que nous analysons en classe. Ils prennent alors conscience des différents canaux de la communication, verbal, vocal et corporel. Cette première partie de cours dure environ trois quarts d’heure.

Je leur demande ensuite de réfléchir à toutes les occasions qu’ils ont de prendre la parole. L’entretien d’embauche pour un stage sera cette année une première occasion d’application dans un cadre professionnel. Il s’agira alors d’inspirer confiance, respect et sympathie à leur recruteur. Et donc de mobiliser les techniques appropriées.

Mais au-delà de ce premier contact avec le monde de l’entreprise, ils doivent intégrer que la parole donne du pouvoir dans la vie de tous les jours.  Très vite, les étudiants saisissent l’intérêt du cours et donnent des exemples de multiples situations puisées dans leur quotidien.

La phase d'échauffement 

Le cours commence à être physiquement impliquant pour les jeunes avec la phase d’échauffement. Je leur montre différents exercices à réaliser pour délier leur corps, oxygéner leur cerveau, se détendre, s’ancrer dans le sol, mais aussi favoriser l’écoute, les échanges et la cohésion de groupe. Des jeux de théâtre, des activités dites « brise-glace » sont ici mises en œuvre. La salle est encombrée par les tables, les étudiants sont mis à contribution pour dégager un espace central dans lequel ils pourront bouger, danser, travailler leur voix et s’ouvrir aux autres.

Ils sont étonnés, amusés. Petit-à-petit, certains étudiants, parmi ceux qui s’étaient recroquevillés sur eux-mêmes, commencent à lâcher prise. Pour d’autres, il leur faudra encore un peu de temps pour se sentir à l’aise. Je dois faire preuve de patience et les rassurer : chacun sera respecté dans son rythme, condition sine qua non pour que la confiance s’installe.

Une montée en puissance progressive dans les exercices

Le cours est séquencé à travers différents jeux et exercices empruntés au théâtre. Les premiers se déroulent en équipes, les suivants mettent en scène les étudiants individuellement.

C’est le principe du volontariat que je retiens pour l’ordre de passage. Certains étudiants se désignent spontanément. Une fois que les volontaires sont passés, j’appelle de nouveaux participants en privilégiant ceux qui paraissent les plus ouverts mais qui, peut-être, n’ont pas osé franchir le pas. Je veille à ce que la participation respecte un équilibre entre les filles et les garçons.

Les étudiants piochent un sujet de scénette, miment un fait d’hiver, une entrée dans un café, font la promotion d’un produit improbable (un sac à main cubi, une corne de licorne pour son chat, un fer à repasser Iron man…). Ils font appel à leur imagination, travaillent la prise de parole et la communication gestuelle.

Je sollicite le public tout d’abord pour mettre en évidence les points positifs de la communication ; ensuite pour proposer des axes d’amélioration. « Il est souriant », « elle a la voix qui porte bien », « il a l’air sympathique », « elle s’exprime clairement », « il faudrait qu’il parle un peu plus fort », « qu’elle ne croise pas les mains dans le dos » etc. Tout le monde semble se prendre au jeu et se projeter dans les prestations des autres.

La séance se termine sans que personne n’ait consulté son téléphone portable (où alors très discrètement !) et avec une seule pause. Des exercices de diction seront intégrés au cours suivant.

Gérer le brouhaha

Il y a des moments cependant où les étudiants ont tendance à discuter entre eux, peut-être commentent-ils le cours ou parlent-ils totalement d’autre chose ? Travailler dans le brouhaha est impossible. Pas de prise de parole sans écoute. Mes rappels à l’ordre n’ont pas grand effet. A moins que cela soit l’heure de la pause, il faut trouver une autre solution pour qu’ils respectent le silence… et écoutent leurs camarades.

Je me rends alors compte que sur la cinquantaine d’étudiants, j’en ai une bonne partie qui suit. Les élèves des premiers rangs en particulier semblent désirer que leurs camarades se taisent et que je poursuive le cours. Je leur propose alors en souriant : « vous savez ce qu’on va faire pour qu’ils se taisent ? On va faire chuuuut tous en même temps ». Et là, quand j’ai la moitié de la classe qui dit « chuuuut », l’autre moitié se calme. Le rituel se met en place très rapidement, de lui-même. Je n’ai plus besoin de faire de la discipline, le groupe s’en charge. Magique.

La notation 

Je demande aux étudiants de préparer un « speech » d’environ 2 minutes pour le dernier cours du module qui sera noté. Le sujet est libre mais je leur soumets des exemples de thèmes, inspirés des allocutions des youtubeurs qui leurs sont familiers : évoquer une passion, parler de sa série préférée, d’un ouvrage qu’ils ont aimé, d’un sujet d’actualité, relater une galère, un voyage, piquer un coup de gueule… A eux de choisir le sujet qui les motive.

En marge du speech, la participation active au cours donnera lieu à des points bonus. Aucun exercice ne sera mis à leur passif. L’important est de jouer le jeu, de s’investir dans le cours et de se faire remarquer positivement.

Le "débriefing"

Je consacre dix minutes en fin de cession au recueillement des avis à chaud des étudiants. Ils apprécient que ce type de cours soit dispensé en début d’année. Cela leur a permis de découvrir leurs camarades, « voire aussi ce qu’ils étaient capables de faire ». Je leur demande ce qui les a étonnés aujourd’hui dans les prestations de leurs camarades. Ils citent l’un qui les a fait rire, l’autre qui s’est montré créatif en improvisation ou très à l’aise pour entrer dans la peau d’un personnage.

Dernière modification le vendredi, 15 décembre 2017
Decoop Béatrice

Sociologue et consultante en communication

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.