fil-educavox-color1

Les grandes interrogations sont foison dans notre monde en mutation, entre grands défis démographiques, écologiques et révolutions technologiques. Le projet 2050 ambitionne de croiser questionnements citoyens et regards d’experts pour identifier les priorités de demain. Avec la mission 2050, Bordeaux Métropole lance une large campagne de concertation. 


contrib bm 2050

Une première grande conférence s’est déroulée ce 18 janvier 2019 dans le hall de la Chambre du commerce et de l’industrie de Bordeaux à la CCI.

" Se nourrir, se soigner, consommer au quotidien "

Quatre intervenants étaient réunis autour de François Siegel, fondateur de la revue «We demain», pour parler des «fonctions du quotidien» du futur proche : Alimentation, santé, environnement, urbanisme.

Emmanuel GRENIER, président directeur général de Cdiscount

Nicolas NOVA, chercheur et professeur associé à la Haute École d'art et de design et co-fondateur du Near Future Laboratory

Antoine PICON, ingénieur, architecte et docteur en histoire, directeur à l'École des Ponts ParisTech et professeur à la Graduate School of Design de l'Université d'Harvard

Joël de ROSNAY, docteur en Sciences, directeur de la prospective et de l'évaluation de la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette.


derosnaybm2050

Interrogé par les organisateurs, sur le site de la mission, Joël de Rosnay s’exprimait ainsi :

Comment la smart City pourrait répondre aux usages des citoyens en respectant le lien social et le lien humain par la personnalisation ?

Une telle réponse peut être donnée dans le domaine de la santé, de l’éducation et de la protection de l’environnement, par exemple de systèmes de co-éducation dans le cadre de service public, privé et d’associations, la création collective, notamment pour apporter des solutions à la protection de l’environnement et à la prévention pour améliorer le bien être, la santé et le ralentissement du vieillissement

Quelle est votre vision du quotidien pour 2050 ?

En 2050 il faudra se responsabiliser pour bien gérer le passage de la société de la communication et de la recommandation à la nécessaire symbiose entre l’homme et l’écosystème numérique, grâce à l’Intelligence Auxiliaire (anciennement appelée intelligence artificielle).

Durant la conférence il affirme quelques approches positives pour nous, les " penseurs " de Bordeaux dans 31 ans.

Il faut lier la santé avec l’école, la co-éducation, l’environnement et la gestion globale de notre environnement.

Il est essentiel d’enseigner dès la maternelle les cours d’hygiène et les cours alimentaire. La nutrigénomique est présente dans les réalités de la société.

Compte-tenu du réchauffement climatique il faut intégrer l’énergie renouvelable, alternative en utilisant toutes les transformations comme, par exemple, la nouvelle gestion de nos toits de maison et d’immeubles. L’alimentation, grande problématique de ces prochaines décennies, devra prendre en compte le réchauffement climatique. Les villes y ont tout leur rôle à jouer: " La ville du futur sera l’une des plus grandes centrales d’énergie renouvelable "

Concernant la santé, connectée avec les capteurs, il faut s’organiser pour rester en bonne santé et ainsi se permettre de rester en bonne santé. Il faut avoir une prédiction positive, comprendre ce qui va se passer et ainsi retenir la création collective avec les valeurs positives.

Face aux réseaux sociaux, ce qui permet de toucher la connaissance à " portée de pouce ", il vaut mieux avoir une approche positive pour partager, être généreux et respectueux en allant vers les autres.

Il indique que nous devons avoir :

-       Une nutrition équilibrée

-       Assurer un exercice modeste (20 minutes par jour)

-       Assumer le plaisir de la vie

-       Avoir une harmonie de nos relations sociales.

Et cet ensemble doit permettre de maitriser le temps. Rôle absolu de l’école !

Concernant l’anticipation d’une agglomération comme Bordeaux pour 2050, il faut donc :

-       Savoir gérer le temps ET l’information pour " créer du temps utile ", permettant ainsi de donner du temps aux autres.

-       Et ainsi gérer son temps " court ", " long " et " large ".

-       Ce capital temps est essentiel, en particulier pour les contacts entre humains et machines.

En conclusion de ce bon moment il exprime, pour la ville de demain autour de "l’amour, de la sagesse et de la spiritualité ", que des musiciens, des surfeurs, des rappeurs de 12 à 13 ans devraient en être les premiers acteurs.

Accès à la vidéo 

https://www.bm2050.fr/grande-conference-du-18-janvier-sur-les-fonctions-du-quotidien/

Dernière modification le mardi, 05 février 2019
Desvergne Marcel

Citoyen numérique mobile, vice-président de l’An@é, responsable associatif accompagnant le développement numérique. Directeur du CREPAC d'Aquitaine,  Délégué général du Réseau international des universités d'été de la communication de 1980 à 2004, Délégué général du CI’NUM -Entretiens des civilisations numériques de 2005 à 2007, Président d’Aquitaine Europe Communication jusqu’en 2012. Président ALIMSO jusqu’en 2017, Secrétaire général de l’Institut du Goût de la Nouvelle-Aquitaine.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.