fil-educavox-color1

Internet vous avez sûrement déjà été confronté aux trolls, ces êtres maléfiques qui errent sur les réseaux numériques pour y semer la zizanie. Vous partagez, ils se moquent ! Vous demandez des conseils ou de l’aide, ils vous dénigrent ! Vous diffusez une expérience ou un projet, ils les démontent !

Au Carnaval Numérique j’ai proposé un atelier interactif sur cette problématique.

Nous avons d’abord vu comment reconnaître les trolls, ce qui n’est pas aisé car il n’y a pas de consensus sur ce qui les définit exactement. Ils réunissent une série de caractéristiques dans une collection de traits typiques. Avoir quelques-uns de ces traits ne fait pas de vous un troll mais en cumuler beaucoup augmente la probabilité que vous en soyez un !

Par exemple le troll est très souvent anonyme, mais il y a des exceptions, il est presque toujours agressif et insultant mais certains sont très forts pour vous dénigrer de façon indirecte et mielleuse sans jamais être incorrect dans leur langage.

Ensuite nous avons exploré les différentes attitudes que l’on peut décider d’adopter face aux trolls, le fameux “Don’t feed the troll” (ne pas nourrir le troll) mais aussi les différentes façons de répondre possibles.

Pas de recette, tout est affaire de contexte, de ressenti du moment, de choix personnel pour être en adéquation avec ses valeurs et l’image de nous que nous voulons renvoyer sur les réseaux.

Nous nous sommes exercés sur divers messages de type “trollesques” en proposant des réponses qui
nous semblaient drôles, pertinentes, “recadrantes” ou de nature à désamorcer l’agressivité du troll.

Nulle illusion à se faire, si on est vraiment en face d’un troll rien ne le fera changer d’attitude mais, si après lui avoir répondu nous nous sentons mieux et si, en plus, nous avons fait passer un message à nos autres lecteurs, alors le but principal est atteint.

Dans une ambiance bon enfant les lycéens et professeurs participant à l’atelier ont chacun proposé leurs répliques avec leurs smartphones via l’application Beekast.

Nous avons pu les lire au fur et à mesure sur l’écran et les commenter ensemble.

En conclusion, il ne faut jamais oublier qu’avoir affaire à des trolls est un bon indicateur de notre impact en ligne, les trolls, aussi pénibles soient-ils, sont des signes extérieurs de succès !

 

Dernière modification le lundi, 16 avril 2018
de Vanssay Stéphanie

J'ai été éducatrice spécialisée puis professeure des écoles.

Après 20 ans d’enseignement en ZEP dont 8 dans un RASED (Réseau d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté), je suis aujourd’hui conseillère technique au secteur éducation du syndicat SE-Unsa.

Passionnée par ce que le numérique change dans l’école et notre société, je m’intéresse tout particulièrement à la pédagogie et aux élèves fragiles.
Twitteuse compulsive et MOOCeuse régulière, j'ai créé le TwittMOOC, un MOOC atypique massivement participatif et contributif pour apprendre en s’amusant à apprivoiser Twitter.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.