fil-educavox-color1

Torres Jean Christophe

Torres Jean Christophe

Proviseur à Addis Abeba dans un lycée franco-éthiopien MLF conventionné avec l'AEFE. Agrégé de philosophie, auteur de plusieurs essais dans les domaines de la philosophie morale et politique, de la pédagogie et de la gestion éducative.

Réforme du lycée : de la spécialisation à l'individualisation des parcours

Le BO du 19 juillet 2018 paru dans la chaleur estivale vient officialiser les éléments constitutifs d’une réforme enfin substantielle de notre système éducatif. Car – il faut le mesurer – ces devancières restaient toutes marquées par une forme de retenue - ne faisant que mettre en œuvre des adaptations marginales ou formelles pour une logique éducative qui restait en son fond la même : implacablement élitiste, centralisée et peu attentive au souci d’une sincère différenciation pédagogique.

En savoir plus...

L’esprit démocrate

Nos démocraties sont en crise. Et cette crise est d’abord, manifestement, une crise de croissance. Par extension, par mondialisation de ses exigences et de ses principes, ce régime si vertueux, si bénéfique par ses fins, engendre passions et indécisions, chaos et injustices ressenties.

En savoir plus...

Actualité du machiavélisme

Le discrédit qui frappe aujourd’hui nos hommes politiques est historique. Jamais dans le passé de nos institutions démocratiques il n’y eut un tel désamour, une telle défiance envers ceux qui sont supposés porter nos valeurs, incarner la grandeur de notre actions commune. Cette situation fait le lit des extrémismes.

En savoir plus...

Neurasthénie administrative

Notre administration publique est aujourd’hui neurasthénique. Le diagnostic s’impose et nécessite l’urgence d’une prise en charge adaptée du patient. Malaise persistant, indécision, perte de confiance et de repères dans la société, fièvres procédurières et inaction patente, renoncement à l’efficacité...

En savoir plus...

" Le pouvoir digère ses ennemis "

En ces temps agités où règne la plus grande incertitude sur l’avenir, où l’instabilité des opinions et la vindicte des peuples nourrissent toutes les peurs, une pensée d’Alain nous rassure par sa justesse et son optimisme. Le pouvoir, nous indique-t-il, « digère ses ennemis et fait passer toutes leur force en sa propre substance ».

En savoir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.