fil-educavox-color1

La fabrique du doute

Avant le doute scientifique existe le doute personnel. Si le doute scientifique et le scepticisme font appel aux connaissances pour résoudre une controverse à partir d’une proposition argumentée ou pour mettre à distance une croyance par la pratique cognitive d’une méthode, le doute personnel résulte de la conjoncture de facteurs psychologiques et sociaux. Le plus souvent il est créateur d’une angoisse qui peut se manifester par des comportements de crainte, d’égarement décisionnel, de soumission à une autorité.

En savoir plus...

Pourquoi croyons nous à n’importe quoi ?

Francois Dubet : Le doute et l’esprit critique sont des vertus épistémologiques et démocratiques élémentaires. Nous l’avons tous appris au lycée, le doute est au principe de la connaissance scientifique : il faut refuser l’évidence des choses, transformer les certitudes en questions, expérimenter, vérifier, chercher des preuves afin de tenir pour vraies des connaissances jusqu’à ce qu’elles soient remises en cause. L’esprit critique du citoyen vise à se méfier des arguments d’autorité, à exercer son propre jugement, à discuter des arguments et des « bonnes raisons » de ceux qui nous gouvernent.

En savoir plus...

GéoDéclic, un défi pour ritualiser la géographie

GéoDéclic est un dispositif pédagogique permettant de dynamiser l’enseignement de la géographie en mettant les classes en relation afin de comparer et comprendre leur territoire.

En savoir plus...

Qu’est-ce que l’on aurait fait sans numérique ?

On n’aurait pas pu mettre en télétravail huit millions de personnes pour faire tourner à minima une économie très affectée par la crise sanitaire mais qui devra pouvoir redémarrer rapidement le moment venu.

On n’aurait pas pu assurer la « continuité éducative », c’est-à-dire faire classe à la maison avec douze millions d’élèves et étudiants.

En savoir plus...

" La Société d'exposition : Désir et désobéissance à l'ère numérique "

Publié par Bernard E. Harcourt et traduit par : Sophie Renaut. Bernard E. Harcourt propose une critique puissante de notre nouvelle transparence virtuelle. Il livre une analyse de ce que les technologies big data font à nos vies, et de la manière dont elles s’y introduisent, et révèle l’ampleur de notre renoncement, volontaire, à la liberté – jusqu’à l’acceptation de toutes les dérives sécuritaires. Ces atteintes à nos libertés sont flagrantes ; pourtant, nous ne semblons pas nous en soucier.

En savoir plus...

Jeux-vidéo, voix et réseaux sociaux

Rédigé par Martin Biéri, de l’équipe innovation, études et prospective le 20 septembre 2019 sur le site LINC, Laboratoire d’Innovation Numérique de la CNIL. Le jeu-vidéo est en pleine mutation, par la convergence de trois grandes tendances : l’utilisation de la communication vocale, l’arrivée de nouveaux acteurs et les nouvelles manières d’utiliser les outils numériques par les plus jeunes. 

En savoir plus...

Traquer la haine sur les réseaux sociaux exige bien plus qu’un algorithme

Par Mohamed Benabid sur The Conversation : Qui a dit que la lutte contre les contenus haineux sur les réseaux sociaux était un combat désespéré ? Facebook compte équiper à partir du mois prochain des policiers en caméras pour mieux pister les tueries en ligne. Il y a deux mois, Twitter introduisait de nouvelles règles pour freiner les attaques contre les groupes religieux, allant même jusqu’à détailler le type de posts qui s’exposent à des interdictions :

En savoir plus...

Lancement du premier réseau social élève autour de la résolution de problèmes - M@ths en-vie

Participer à un réseau social élève, un projet pour la rentrée 2019 !

En savoir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.