fil-educavox-color1

Un apprentissage à deux vitesses ? - La nécessaire remise en question continuelle de l’école -  Je la vois tous les jours déployer des efforts considérables dans un programme d’études qu’elle affectionne, mais dont le résultat final prendra vraisemblablement la forme d’un échec des plus retentissants. 

C’est que l’école fonctionne à un rythme effréné, trop rapide pour cette personne qui reprend des études après des années, et dont les origines l’ont plutôt conduite du creux des montagnes, entre les quatre murs de carton qui servaient de gite de misère à la famille. Et malgré cela, je ne vous parle pas d’une victime, mais vraisemblablement d’un vainqueur.

Un apprentissage à deux vitesses
Cette étudiante adulte apprend graduellement l’art de renverser le rapport autoritaire de l’école et à faire sienne les notions qu’elle acquiert de ses cours, c’est-à-dire à les intégrer à l’intérieur d’une panoplie de stratégies d’apprentissage de l’école de la vie. C’est qu’elle adore la photo, voyez-vous. Alors, chaque jour elle multiplie les prises de vues à sa manière, répondant davantage à ses propres instincts et compréhension des choses qu’aux ordres de la programmation scolaire. Jamais les avancements technologiques reliés aux appareils photo numériques n’auront rendu plus grand service.
Et, pour compenser ses difficultés en classe, elle consulte régulièrement le web en vue de tirer profit de tous les conseils offerts sur YouTube. Voyant au-delà de cet horizon immédiat, elle a intégré ses intérêts pour les arts visuels dans son mode de vie en se disant qu’elle allait faire flèche de tout bois, en reprenant par elle-même et pour elle-même tous les exercices imposés en vue de reprendre éventuellement le cours en y faisant un retour en force. Dans ce contexte, l’école est vue comme un outil d’apprentissage comme un autre.
 
Du cœur à la raison…
Comprenez-moi bien. L’étudiante ne s’est pas résignée à la perspective de vivre un échec scolaire ; au contraire, elle se met au travail dès les petites heures du matin et se couche particulièrement tard pour réaliser péniblement des tâches que d’autres étudiants de sa classe réussissent haut la main, dans des délais beaucoup plus raisonnables. Elle a simplement décidé pour elle-même que la fin avait plus d’importance que les moyens ; par conséquent, elle a choisi d’adopter des stratégies d’apprentissage de longue haleine, largement inspirées de l’autoformation.
Cette décision lui semble d’autant plus facile que son école, comme tel, favorise l’esprit d’un chacun pour soi, totalement à l’encontre des valeurs socioconstructivistes largement véhiculées ailleurs dans le milieu scolaire. Là où elle va la notion d’entraide semble quasi inexistante. Dans ce contexte, elle ne peut compter que sur elle-même, un principe qui rejoint paradoxalement les orientations de vie imposées par ses années d’enfance dans un milieu de vie difficile.
 
… De la raison au cœur
Bien sûr que toutes ces difficultés se traduisent par de petites blessures ; et l’échec final, s’il survient, pourrait causer des sentiments de dévalorisation et de perte de confiance en soi. Il s’agirait, une fois de plus, d’une illustration flagrante de la nécessité de réformer l’institution scolaire si celle-ci souhaite réellement offrir des chances de développement à tous ; sans quoi, il devient urgent de jeter symboliquement les murs des établissements par terre en vue de valoriser les autres sources d’apprentissage : la famille, le travail, la vie, en général.
Dans le cas de l’étudiante présentée ici, je garde confiance qu’elle sache au contraire chercher et trouver « les fleurs au milieu des détritus » pour paraphraser le chanteur Leonard Cohen ; et, ce faisant, qu’elle puisse porter principalement son regard sur l’ensemble de ses apprentissages scolaires aussi minimes puissent-ils lui paraitre, si elle se compare aux autres. Je garde aussi confiance qu’elle maintienne le cap sur ses forces intérieures et sur ses objectifs, qu’elle pourra bien atteindre à son rythme à l’aide ou non du milieu scolaire.
 
En conclusion
Il y a près de trente ans ; mon père, alors principal d’école, devait me donner une leçon de vie lorsqu’il considérait un jeune garçon du village comme un génie, en dépit des piètres résultats scolaires de celui-ci… Le digne représentant de l’autorité officielle, et fervent de la pédagogie ouverte, avait compris l’importance de bien dissocier les apprentissages réalisés à l’école de ceux des autres milieux. En reconnaissant et en valorisant l’autoformation, il a vraisemblablement contribué au succès de vie personnelle et professionnelle de plusieurs élèves de génie, que d’autres ont considérés comme des inadaptés de l’école. Bien sûr l’école a évolué ; mais de nombreuses situations démontrent la nécessité d’une continuelle remise en question si celle-ci a vraiment à cœur le développement humain personnel et social.
Luc Renaud,
M.A. Sciences de l’éducation (Option technologie éducationnelle)
 
Quelques mots sur l’auteur
Luc Renaud est spécialisé en technologie éducationnelle et enseigne le français langue seconde depuis plusieurs années auprès d’une clientèle adulte immigrante. Détenteur d’une maitrise en éducation, il a aussi été chargé de cours à l’Université de Montréal dans le domaine de l’intégration pédagogique des TIC, et a participé à des projets de recherche portant sur la formule hybride et le socioconstructivisme. Il possède également une solide expertise en développement et expérimentation de formations en ligne et s’intéresse vivement à la collaboration internationale.
Mal à l’aise dans le milieu scolaire, il croit à une remise en question continuelle de l’école ; il tient d’ailleurs un blogue, L’éduc-acteur, le Blogue de Luc Renaud, sur des thèmes variés, qui mettent de l’avant l’importance de l’autoformation. Il est aussi entrepreneur, ayant démarré récemment une entreprise de consultant en technologie éducationnelle, La boîte à idées E.T.L.R. Ideas Box dans la région de Montréal.
Dernière modification le samedi, 01 novembre 2014
Renaud Luc

Luc Renaud est spécialisé en technologie éducationnelle et enseigne le français langue seconde depuis plusieurs années auprès d’une clientèle adulte immigrante. Détenteur d’une maitrise en éducation, il a aussi été chargé de cours à l’Université de Montréal dans le domaine de l’intégration pédagogique des TIC, et a participé à des projets de recherche portant sur la formule hybride et le socioconstructivisme. Il possède également une solide expertise en développement et expérimentation de formations en ligne et s’intéresse vivement à la collaboration internationale. 
Mal à l’aise dans le milieu scolaire, il croit à une remise en question continuelle de l’école ; il tient d’ailleurs un blogue, L’éduc-acteur, le Blogue de Luc Renaud, sur des thèmes variés, qui mettent de l’avant l’importance de l’autoformation.
Il est aussi entrepreneur, ayant démarré récemment une entreprise de consultant en technologie éducationnelle, La boîte à idées E.T.L.R. Ideas Boxdans la région de Montréal.


Montréal, Québec (Canada)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.