fil-educavox-color1

Les 14, 15 et 16 septembre, un hackathon pédagogique a réuni environ 200 personnes dans les spacieux locaux de l’atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière du musée des beaux arts de Montréal à l’invitation de l’équipe pédagogique Ugo Cavenaghi et Isabelle Senécal du Collège Sainte-Anne de Lachine et CredoImpact.

Repenser l'école est une initiative qui prend la forme d'un sprint de développement de nouvelles solutions, entre autres technologiques, qui répondront aux défis que présentent les secteurs de l'éducation primaire et secondaire. En 48h, les équipes mettent sur pied et présentent devant le public des projets innovants qui aident leur communauté de manière concrète, peut-on lire sur le site Facebook de l’évènement https://www.facebook.com/events/2213701218900337/

Ceux qui spéculent

Primaire, collège et lycée se retrouvent à Sainte-Anne.  Ugo Cavenaghi et Isabelle Senécal forment une équipe pédagogique créatrice.  Voici ce qu’Isabelle Senécal a offert le vendredi soir, comme fondement aux réflexions des participants.

Quand, nous Osons, repenser l’école, voici les quatre aspects à considérer :

1 - le One size fits all, c’est-à-dire doit-on enseigner de manière identique à tous les élèves

2 - les compétences essentielles

3 - la place de l’élève

4 - les espaces

COMPÉTENCES ESSENTIELLES auxquelles l’enseignant contemporain doit sensibiliser ses élèves :

1 - Pensée créative

2 - Résolution de problèmes

3 - Collaboration

4 - Prise de décision intègre et éthique

5 - Esprit critique

6 - Communication habile et emphatique

7 - Culture du numérique

8 - Perspective sur le monde

REPENSER LES CONTENUS, quelques exemples :

1 - Citoyenneté verte

2 - Technologies émergentes - programmation

3 - Intelligence émotionnelle

4 - Culture entrepreneuriale

5 - Processus créatifs

REPENSER LES RÔLES DE L’ENSEIGNANT

1 - Expert de l’apprentissage

2 - Planificateur créatif

3 - Apprenant à vie

4 - Motivateur (coach)

5 - «Techno-agile»

6 - Collaborateur engagé

REPENSER L’ORGANISATION SCOLAIRE

1 - Flexibilité

2 - Choix

3 - Mobilité - enseignement à distance

4 - Biorythme des adolescents

5 - Développement scolaire intégré

REPENSER L’ÉCOSYSTÈME scolaire

1 - Communauté

2 - Entreprises

3 - Universités et centres de recherches

4 - Autres écoles

5 - Parents

Voici les THÈMES CLÉS à considérer :

Au-delà de la transmission des savoirs

1 - Apprentissages pratiques

2 - Lieux d’apprentissages

3 - École-société

Centrée sur l’humain

1 - Bien-être et développement de soi

2 - Autonomie et proactivité de l’élève

3 - Individualité

Plus proche des réalités

1 - Compétences/connaissances

2 - Réussite scolaire

3 - Évaluation

Briser les silos et offrir plus de flexibilité

1 - Multidisciplinarité

2 - Variation et flexibilité

3 - Collaboration

C’est à partir de ce canevas que les équipes formées aléatoirement par le personnel de CredoImpoact,  avaient le mandat d’imaginer et présenter une journée ou une semaine d’école type. 

Voici le résultat des quelques heures de cogitations des équipes exprimé avec beaucoup de justesse par Mélanie Boivin sur Facebook :

Clôture de l’activité « Repensons nos écoles », où 6 équipes ont présenté des idées différentes.  Quelques extraits..:

- début de journée plus progressif pour mieux disposer les enfants à l’apprentissage ;

- redéfinition de la « classe » (la matière et les savoirs peuvent se transmettre ailleurs que dans le modèle de classe traditionnelle) ;

- l’école comme milieu de vie pour l’ensemble de la communauté, même en dehors des heures de classe ;

- stimuler au lieu d’éteindre la créativité naturelle des enfants ;

- développer le sens critique et la curiosité des élèves ;

- évaluations autrement que par des examens et des devoirs ;

- utiliser davantage les outils numériques au lieu des cahiers ;

- apprentissage par projet concret et pratique, où l’élève peut appliquer différentes notions ;

- faire bouger les jeunes au lieu de sursécuriser les cours d’école ;

- ajouts d’espaces communautaires, collaboratifs et individuels distincts de la classe (pour favoriser la concentration à certains moments) ;

- meilleur soutien pour les professeurs, meilleures reconnaissance et rémunération

- viser l’autonomie des professeurs (qui sont des experts) ;

- rendre les enfants autonomes, respecter davantage le rythme de chacun ;

- donner la meilleure chance à tous, éviter la ségrégation. Un enfant ne choisit pas où il vient au monde, et ne devrait pas être pénalisé. ;

- encourager le parrainage et le mentorat (élèves plus vieux vs petits, professeurs, parents, retraités, professionnels de l’industrie, entreprises locales, etc.) ;

- créer des citoyens empathiques, engagés dans leur communauté, épanouis et heureux!

Ceux qui agissent

Ugo Cavenaghi est depuis 2016, directeur général du Collège, de la famille Saint-Anne  http://sainteanne.ca/sainte-anne/ dit-il avec grand plaisir. 

Isabelle Senécal est directrice de l’innovation pédagogique et responsable du comité de 11 enseignants qui ont participé à la création de Le cours de demain, vision actuelle de l’enseignement  http://innovation.sainteanne.ca/wp-content/uploads/2017/09/20170828SA_CoursDemain.pdf  pour offrir à la communauté enseignante de Sainte-Anne une vision pédagogique novatrice, efficace et pertinente.

IMG 3193

 

Je vous invite tous à consulter ce document d’une quarantaine de pages qui présente les objectifs suivants pour l’école et les enseignants :

Puisque le Collège est au cœur d’une société en profonde mutation :

• se doter d’une vision pédagogique commune

• se doter d’un modèle concret et pratique, offrir un cadre visuel

• orienter les besoins en formation et développement professionnel

• permettre de préciser les rôles et les outils disponibles (avenue de développement)

• développer une culture d’essai et erreur

offrir des repères stables pour faire face à un avenir imprécis

Je m’intéresse depuis quelques années déjà aux innovations mises-en-place dans cet établissement et au sujet desquelles j’ai écrit quelques compte-rendus.

J’ai rencontré Jean Desjardins, conseiller techno-pédagogique au collège Sainte-Anne pour en apprendre plus sur le processus de ludification des apprentissage.

https://www.ludomag.com/2015/05/ludification-ou-jouons-ensemble-pour-apprendre/

Vous pouvez  en visionner l’entrevue sur YouTube, Ludification ou jouons ensemble pour apprendre 

J’ai visité, lors de portes ouvertes, la toute nouvelle école primaire du complexe Sainte-Anne et voici un court compte-rendu et vidéo réalisés suite à cette visite.

https://www.ludomag.com/2016/10/comme-elle-est-jolie-mon-ecole/

En mai dernier, les innovations pédagogiques des enseignants de Sainte-Anne ont à nouveau éveillé mon intérêt et vous trouverez dans ce compte-rendu de la première journée du Sommet du numérique en éducation quelques paragraphes au sujet de l’Escouade TIC de l’Académie Sainte-Anne.

https://www.ludomag.com/2018/05/sommet-du-numerique-en-education-a-montreal/ 

Une formidable activité où des élèves du primaire mettent leur savoir-faire dans l’usage des logiciels utilisés dans leurs classes au service de la communauté de l’école et même aux parents des élèves.

La famille Sainte-Anne s’ouvre à la communauté des enseignants québécois par le biais de son active fondation

 

http://sainteanne.ca/fondation/

Ils furent au coeur du hackathon pédagogique, " Repenser l’école ", organisé en collaboration avec CredoImpact et en juin dernier, 50 éducateurs ont été invité à une journée d’information et de réflexion sur la portée de l’Intelligence artificielle en éducation http://innovation.sainteanne.ca/lia-fait-ses-classes/, un workshop organisé en collaboration avec la Factry https://factry.ca

En avant-midi, une séance d’information sur la portée de l’intelligence artificielle en éducation telle que perçue par divers conférenciers. L’après-midi a favorisée non seulement la réflexion des participants sur le sujet mais réunis en équipe, ces derniers ont proposé leurs conceptions de l’utilité de cette technologie en éducation.

Et moi, j’ajoute

Le but de l’éducation à l’ère du numérique

est d’ancrer l’enfant, l’individu, le citoyen à son humanité.

Lui apprendre à devenir le gardien de sa maison et d’en protéger ce qui la caractérise,  c’est-à-dire être porteuse de vie.

Good planets are hard to find, ai-je lu, il y a fort longtemps.

Connaître et préserver les savoirs et savoir-faire,

ce patrimoine reçu en héritage de ses ancêtres humains.

Repenser le modèle, réécrire le contrat

 

https://www.educavox.fr/accueil/debats/soyons-excentriques-dans-nos-propositions-il-en-restera-peut-etre-quelque-chose écrit en 2016, proposait une liste de réalités à considérer au moment d’une  réflexion sur l’évolution des modèles éducatifs en cette ère de profonde mutation sociale.  Ces faits ont peu changé.

La polarisation des idées, la montée des extrémismes maintenant nourries des Fake News, ces faits alternatifs où une chatte retrouverait difficilement ses chatons. 

Une culture matérialiste à outrance où plus d’un état affirme : "L’économie avant l’environnement ", oubliant les avertissements du discours de 1854 du chef Seatle, chef des tribus Duwamish et Suquamish, devant le gouverneur Isaac Stevens :

Comment pouvez-vous acheter ou vendre le ciel, la chaleur de la terre ?

Si nous vous vendons notre terre, vous devez désormais vous rappeler, et l’enseigner à vos enfants, que les rivières sont nos frères et les vôtres, et vous devez désormais montrer pour les rivières la tendresse que vous montreriez pour un frère.

Qu’est-ce que l’homme sans les bêtes ?

Si toutes les bêtes disparaissaient, l’homme mourrait d’une grande solitude de l’esprit. Car ce qui arrive aux bêtes, arrive bientôt à l’homme. Toutes choses se tiennent.

Vous devez apprendre à vos enfants

que le sol qu’ils foulent est fait des cendres de nos aïeux.

Tout ce qui arrive à la terre, arrive aux fils de la terre.

Si les hommes crachent sur le sol, ils crachent sur eux-mêmes.

Ce n’est pas l’homme qui a tissé la trame de la vie : il en est seulement un fil.

Tout ce qu’il fait à la trame, il le fait à lui-même.

Contaminez votre lit, et vous suffoquerez une nuit dans vos propres détritus.

Pour le texte complet : https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_du_Chef_Seattle_en_1854

Et que dire de Midas, ce personnage de l’antiquité qui change en or tout ce qu’il touche. Que ferons-nous quand nous aurons à notre tour changé en or toutes les richesses de la Terre?

Comment éduquer ces enfants à qui on lègue des écosystèmes dont les eaux, l’air et les sols sont dégradés par les pollutions industrielles et agricoles, des climats instables,  une biodiversité en déclin, aux nombreuses espèces menacées, particulièrement les populations d’abeilles, papillons, et autres invertébrés? Comment éduquer ces enfants afin qu’ils soient conscients des ressources limitées de cette planète dont nous sommes encore tous prisonniers.

Comment leur apprendre à vivre harmonieusement en communauté avec ces frères qui fuient non seulement l’instabilité politique mais aussi la disparition de leurs terres inondées suite à la montée du niveau des mers?

Quelle sera la place de nos élèves devenus adultes au sein d’un univers technologique où l’Internet des objets, les mégadonnées, l’intelligence articificelle et la robotisation des tâches seront les nouveaux rois?

Nos élèves auront-ils sauvegarder les richesses de leur patrimoine humain?

Apprendre l’informatique, apprendre avec le numérique.

Ne pas faire l’autruche et se fermer les yeux,  tenter d’oublier cette incontournable réalité à laquelle nul n’échappe. Nos élèves doivent connaître et comprendre le présent, c’est-à-dire l’informatique, le numérique et la portée de ces technologies.

Son éducation doit le rendre conscient qu’être vivant, qu’appartenir aux systèmes du vivant est ce qui nous différencie des machines, de ces intelligences numériques.  On doit lui apprendre à utiliser la puissance de ces machines pour réparer la nature dont ses ancêtres ont abusé.  On doit lui montrer que ces inventions numériques augmentent son pouvoir de bioremédiation. Nous ne sommes pas esclaves de ces machines de notre création.  L’éducation doit donner au jeune citoyen la sagesse et le savoir-faire pour utiliser ces machines en complément de son humanité.

Je propose un modèle éducatif centré sur la nature ainsi que des activités concrètes d’apprentissages scientifiques et culturelles.

Biophylia

NinonLouise2 biophilia020518

Nous sommes enchaînés à la biosphère terrestre par notre patrimoine génétique.  Il semble que plusieurs d’entre nous souffrons d’un déficit nature, qui a un effet négatif sur nos santés et notre bien-être.

Connaissez-vous le mouvement Biophilia ?

https://www.ludomag.com/2018/05/connaissez-vous-biophilia-nomme-aussi-bet/.

Une école biophilique intégrera : lumière naturelle, vues d’éléments naturels et accès faciles à l’extérieur des bâtiments.  Le projet éducatif Biophilia unit des universitaires, des scientifiques, des artistes, des enseignants et des élèves. Le projet est un exemple de collaboration dynamique entre divers groupes sociaux tels, les systèmes d’éducation, des institutions culturelles ainsi que des centres de recherche en sciences naturelles.

Une vision intégrée de l’éducation.

Ce que je crois

Voici les fondements du concept éducatif que je préconise lorsque je réfléchis à repenser l’école.

Je suis un être humain

Je vis dans un monde matériel

Que je partage avec d'autres vivants

Je suis un être sensible

Je suis muni de capteurs par lesquels j'appréhende le monde.  On nomme parfois ces capteurs, " sens " et on les réduit au nombre de cinq. Mes capteurs sont beaucoup plus efficaces qu’on le croit pour percevoir, analyser et comprendre.  Trop souvent en éducation, tant familiale que scolaire, on cherche à étouffer mes perceptions pour favoriser un apprentissage strictement cérébral et même tenter de me dresser.

Je ne suis pas en compétition avec l’intelligence artificielle. Je suis un être humain.  Je suis beaucoup plus qu’un cerveau.

Je vis dans un environnement complexe. Il me faut apprendre à le lire.  Apprendre à lire le monde, mon environnement physique, social et culturel,  doit être le fondement de mon éducation.

Je suis héritier des savoirs découverts par les humains qui m'ont précédé et des savoir-faire qu’ils ont inventés. Je dois apprendre à les connaitre afin de pouvoir les transmettre à mon tour à mes enfants : ces connaissances que les mémoires des ordinateurs peuvent engranger mais aussi ces savoir-faire qui se transmettent de main à main.

J'ai un cerveau formé de cellules vivantes.  Il évolue,  se transforme au fil du temps et des expériences que je vis.

Je m’exprime par mon corps, je chante, je danse, je bouge, et utilise matière, médias et pensées pour recréer mon environnement.

Je suis unique. Les milliards de cellules dont je suis formé répondent de leur unique façon aux multiples stimuli physiques et chimiques issus de l’environnement dans lequel je baigne. Je suis un groupe de systèmes bio-électro-chimiques interactifs.

https://www.youtube.com/watch?v=W1_tUgpejw8&t=24s

Je suis l'enfant de la vie.  Je suis vivant.  Je suis un être humain.

Le mot de la fin à plus savants que moi

Pour Michel Serres, l’éducation est indissociable du métissage des cultures. Le Tiers-Instruit est celui qui saura se nourrir des humanités comme des sciences, les unes n’allant pas sans les autres, pour s’adapter aux évolutions du monde qui nous entoure.

https://www.educavox.fr/formation/les-ressources/michel-serres-le-tiers-instruit

https://www.editions-lepommier.fr/le-tiers-instruit#anchor1

Madame Anne-Caroline Prévot, Directrice de recherche au CNRS, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités écrivait :

retrouvons les émotions qui nous lient à la nature,

ne nions plus qu’elle se dégrade et que nous en sommes la cause,

acceptons et dépassons l’immense tristesse de ce constat,

pour pouvoir imaginer ensemble de nouveaux horizons.

Voici le lien vers l’article - The Conversation - :

Face à la crise écologique, remettons des « expériences de nature » dans notre quotidien. :

https://theconversation.com/face-a-la-crise-ecologique-remettons-des-experiences-de-nature-dans-notre-quotidien-

Dernière modification le mardi, 02 octobre 2018
Ninon Louise LePage

Sortie d'une retraite hâtive poussée par mon intérêt pour les défis posés par l'adaptation de l'école aux nouvelles réalités sociales imposées par la présence accrue du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.