fil-educavox-color1

Publié le 14/03/12 sur Ludovia Magazine

Son, image, écriture, rien n’est laissé de côté par la maîtresse des élèves de grande section de maternelle de l’école de Flornoy à Bordeaux, quand il s’agit d’utiliser la tablette numérique, un outil « tout en un ».

Des tablettes prises d’assaut


L’expérimentation a été lancée à la rentrée 2011 par le rectorat qui a fourni quatre tablettes numériques iPads, à l’école maternelle de Flornoy. Tous les enseignants les utilisent et le matériel « tourne » entre les classes. De la petite section où l’on travaille sur des imagiers ou sur les instruments de musique à la grande section où l’on construit un abécédaire, ces nouveaux outils font l’objet d’une utilisation « intensive ».

 

Un outil de liaison entre les niveaux

Dans la classe de Carole Lopez, les enfants produisent un abécédaire, ce qui les prépare au passage vers le CP. « C’est un outil créé par les enfants qui pourra être ensuite utilisé au cours élémentaire ». En effet, dans cette école, il y a un TNI dans chaque classe du primaire ce qui permet à l’enseignante de CP, par exemple, d’assurer une continuité avec la maternelle en projetant le travail de Carole.



Un travail en véritable autonomie


Un groupe de six enfants s’est regroupé en binôme autour de Carole pour 20 minutes d’atelier sur les tablettes. Avec le logiciel « Bookcreator », tout est vraiment intuitif, souligne Carole. « Les élèves trouvent tout de suite les icônes correspondant au son, à l’image… ».

« L’intérêt de la tablette numérique pour produire un abécédaire par rapport à l’outil papier est la possibilité pour les élèves d’intervenir sur la prise de photo, la prise de son et l’écriture, c’est un "tout en un" ».

Chaque élève choisit une lettre en début de séance ; grâce à un code couleur, il repère facilement les lettres qu’il a déjà travaillées. Ensuite, il peut s’amuser à écrire en utilisant le mode tactile.



Des enfants très appliqués à réussir leur "mission"


L’élève cherche ensuite un mot commençant par sa lettre et va s’enregistrer en énonçant le mot sur sa tablette, de manière à permettre l’association du son à l’écrit. « L’intérêt est que les enfants peuvent recommencer autant de fois qu’ils le souhaitent », ajoute Carole. Lors des enregistrements, tous les enfants font « statue », comme le présente la maîtresse, et sont très attentifs au camarade qui est entrain de prononcer son mot sur « la machine ».

Pour les images, les enfants ont la possibilité d’aller dans une banque d’images mais peuvent aussi prendre eux-mêmes la photo de leur lettre. Ce jour-là, ils ont choisi de créer la forme de leur lettre à l’aide de petits objets. Une fois la photo prise, ils s’amusent à l’agrandir et à la déplacer sur la tablette, toujours grâce au mode tactile.

« Avec la tablette, c’est vraiment l’enfant qui travaille et qui crée son abécédaire », nous fait remarquer Carole, allusion au travail qu’elle pouvait faire auparavant avec des ordinateurs où les enfants étaient plus spectateurs qu’acteurs.



La tablette vue comme une « banque de données » du travail collectif

ACCÈS A L’ARTICLE ET A LA VIDÉO

Julien Aurelie

Auteur à Ludovia Magazine (ou Ludomag), media online concernant le numérique éducatif, l’usage des technologies digitales dans la formation et l’éducation aussi bien dans les établissements d’enseignement du premier degré, du second degré que du supérieur ou l’enseignement universitaire et spécialisé.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.