fil-educavox-color1

La situation du pays est paradoxale. Certes la France est une nation d’excellence mathématique. La qualité de notre recherche en mathématiques est internationalement reconnue : le classement de Shanghai place 18 de nos établissements français parmi les 100 premiers mondiaux.

Depuis 1950, 13 lauréats de la médaille Fields sont français, ce qui fait de la France la 2ème nation la plus récompensée. Cependant, aujourd’hui, trop d’élèves quittent notre système scolaire sans détenir les acquis mathématiques nécessaires : ce sont en effet 25% des élèves qui n’ont pas le niveau attendu en mathématiques à l’issue de la classe de 3e, un constat plus inquiétant encore pour les élèves qui s’orientent vers le lycée professionnel où les évaluations nationales nous montrent que 70% d’entre eux ont un niveau trop faible en mathématiques.

Afin non seulement de continuer à promouvoir l’excellence, mais aussi réconcilier tous les élèves avec les mathématiques et encourager l’égalité filles-garçons, Pap NDIAYE, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, présente la stratégie qui fera de 2023 « l’année de promotion des mathématiques à l’école ».

Nous allons :

Continuer à promouvoir l’excellence et réconcilier les élèves avec les mathématiques

1°/ À l’école primaire :

  • Poursuivre le plan de formation en mathématiques des professeurs des écoles, y compris ceux des écoles maternelles avec la formation de tous les professeurs d’ici quatre ans (30% le sont déjà). La revalorisation des conseillers pédagogiques de circonscription dès cette année s’inscrit dans ce cadre afin de reconnaître leur engagement en qualité de formateurs et d’attirer de nouveaux talents dans cette fonction.

2°/Au collège :

  • Encourager la création dans chaque collège d’un club de maths à partir de la rentrée 2023 pour cultiver le goût pour les mathématiques et le plaisir d’en faire ;
  • Mettre en place des groupes à effectifs réduits en classe de 6e en mathématiques, tant pour soutenir les élèves qui en auraient besoin que pour stimuler les élèves les plus avancés ;
  • Créer un cadre national de compétences en mathématiques (CNCM) sur le modèle du cadre européen de référence pour les langues (CECRL) pour certifier le niveau atteint par chaque élève en fin de 3e.

3°/Au lycée :

  • Créer à la rentrée 2023 un module de réconciliation avec les mathématiques en classe de 2de dans chaque lycée (LGT et LP) ;
  • Rendre obligatoire en classe de 1ère générale l’heure et demie de mathématiques pour tous les élèves n’ayant pas choisi la spécialité mathématique, afin de solidifier la formation commune de tous les élèves en mathématiques.

Déconstruire les représentations sur les mathématiques et leur réputation élitiste, encourager l’égalité filles-garçons et la mixité sociale

Pour lutter contre les stéréotypes de genre, l’objectif est d’atteindre d’ici 2027 la parité filles-garçons dans les spécialités mathématiques, physique-chimie et mathématiques expertes (les filles sont majoritaires en SVT), et tendre vers la parité pour les autres enseignements (Sciences de l’ingénieurs – NSI – numérique et sciences informatiques).

  • Afin d’ouvrir le champ des possibles et ne pas restreindre de manière trop précoce les souhaits d’orientation et, à plus long terme, favoriser les orientations vers les filières et les métiers scientifiques ;
  • Afin d’étoffer le vivier vers l’enseignement supérieur en incitant davantage de filles à intégrer des classes préparatoires scientifiques, à poursuivre des études scientifiques à l’université ou encore à s’orienter vers des écoles d’ingénieur.

Les leviers pour déclencher des vocations :

  • Lutter plus précocement (dès l’école maternelle) contre les stéréotypes de genre qui découragent les filles, dédramatiser l’accès aux filières scientifiques et techniques et valoriser les rôles modèles féminins ;
  • Fixer des objectifs chiffrés d’orientation pour concentrer les efforts sur les secteurs scientifiques où les filles sont très minoritaires (sciences de l’ingénieur, numérique et sciences informatiques, option mathématiques expertes, CPGE MPSI) et, inversement, fixer des objectifs d’orientation dans les enseignements de spécialité où les garçons sont peu représentés ;
  • Décliner dans chaque académie dès les prochaines semaines cette stratégie de promotion et de revalorisation des mathématiques ;
  • Associer les chefs d’établissement et les professeurs à cette mobilisation pour valoriser les orientations scientifiques auprès des jeunes filles.

Enfin, Pap NDIAYE a confié la mission d’« ambassadeur » à Hugo DUMINIL-COPIN, médaille Fields, pour porter, auprès de la jeunesse, ce message positif sur les mathématiques et les rendre plus attractives.

Dernière modification le lundi, 14 novembre 2022
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats avec les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique. https://www.acteurs-ecoles.fr/