fil-educavox-color1

La société de l’information a été conceptualisée il y a plus de trente ans. En trois décennies, se sont installés, sur tous les continents, des systèmes numériques complexes, efficaces, avec des disparités mais beaucoup de cohérence. Ce cybermonde a déjà bouleversé nos vies et n’en est pourtant qu’à son début. Ainsi Aquitaine Europe Communication, association ancrée à Bordeaux, intervenant en territoire aquitain, a proposé à plusieurs partenaires et diverses personnalités de participer à un processus simple pour anticiper le monde de demain et d’en livrer, dès fin 2007, les premières clefs.

Ainsi sont nés les « Entretiens des Civilisations Numériques » le Ci'num.

En 2005, les discussions d’un concile ont permis de formuler les dix questions à mettre en débat. En 2006, les martingales d’un casino ont permis de penser une exposition universelle de 2026 et d’écrire dix histoires vers le futur pour y parvenir.

En 2007, les votes d’une assemblée numérique, à partir de quatre scénarios intégrant des ressources énergétiques en baisse, un changement du climat, et les meilleures capacités d’actions collectives que nous confèrent le numérique, ont permis de présenter sept plans d’actions.

1 bandeau entretins cinumCapture décran 2022 03 07 165505

Des entretiens pour préparer une future civilisation numérique.

2005 : Conquêtes et conflits. « Le Concile : les 10 questions en débat »

2006 : Les scénarios du futur. « Le Casino : Les scénarios du futur »

2007 : Les civilisations numériques. « L’Assemblée numérique : les sept défis et plans d’action »

Durant les 3 éditions des "Entretiens des Civilisations Numériques" qui se sont déroulées de 2005 à 2007 à Margaux, en Gironde, de nombreuses interrogations ont été analysées.

  • Comment renouveler les possibilités d'aider les décideurs politiques, industriels, économiques, associatifs, syndicaux des secteurs de l'éducation, de la santé, des médias à rester maîtres de notre futur ?
  • Comment pouvons-nous prendre en compte les lourds effets du développement mondial des réseaux électroniques, de l'économie, de la culturelle immatérielle, bref du numérique
  • Comment pouvons-nous prendre les bonnes décisions pour que notre société évolue avec intelligence, sans oublier de nombreux citoyens ?

En 2007, cent vingt "décideurs d'aujourd'hui", réunis en Assemblée numérique reconstituée à Margaux, présentent les 7 défis et les plans d'actions qui en découlent pour nous préparer à affronter le monde plausible à venir.

Il y eu un comité de pilotage sous la présidence d'Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine pour élaborer le concept, valider le processus et entériner les propositions, trente "concepteurs du futur", venus de tous les continents formulant leurs approches du futur en s'appuyant sur les spécificités de leur territoire.

Les 7 défis et plans d'action :

1 - Education : élever visiblement le niveau global des connaissances en transformant radicalement la manière dont elles sont construites, transmises et évaluées.

2 - Environnement : faire de "l'empreinte écologique" une métrique du quotidien, pratique, utile, partagée et ludique.

3 : Innovation : réintroduire le corps et les sens dans l’interaction numérique.

4 : Sciences : définir une éthique de l'"augmentation humaine".

5 : Gouvernance : mailler institutions et réseaux dans la gouvernance d'un monde complexe.

6 : Démocratie : étendre l'espace des contre-pouvoirs numériques.

7 : Sécurité : construire un plan catastrophe mondial concerté impliquant États, ONG et citoyens.

15 ans plus tard, en 2022, le CNNum lance un appel au débat sur "notre civilisation numérique"

Un ouvrage collectif sous forme d'appel au débat

Civilisation numérique. Ouvrons le débat ! a une double vocation : mettre à la disposition de chacun des clefs de compréhension de ce qui nous arrive et proposer une méthode pour construire un chemin qui soit porteur de progrès social. Sans considérer le numérique comme un remède miracle ni comme un mal absolu, il peut être envisagé comme une opportunité de changement.

L’ouvrage revient notamment sur le fruit des réflexions menées cette année sur les grandes thématiques explorées par les membres du Conseil national du numérique :

La construction de nos savoirs : comment faire du numérique une ressource pour accompagner les citoyens dans la construction de leur savoir et leur mise en capacité ?
La circulation des fausses informations : comment se construisent les faits en ligne ? Quels sont les mécaniques individuelles et collectives qui se cachent derrière le complotisme, la mésinformation ou encore la désinformation ?
La préservation de notre attention : à quoi faisons-nous attention ? Quels sont les enjeux de la protection de notre attention à l’heure du numérique ?
L’exercice de la démocratie : en quoi les outils numériques changent-ils la nature du lien État-citoyens ? Quelles nouvelles articulations peuvent être imaginées pour tirer parti de l’horizontalité permise par les outils numériques ? Comment les institutions peuvent ou doivent-elles se transformer ?

https://www.educavox.fr/accueil/breves/le-cnnum-lance-un-appel-au-debat-sur-notre-civilisation-numerique

Les débats des années 2005-2007 ont-ils été anticipateurs ?

1 cinumExtraits de la synthèse présentée par Daniel Kaplan à l’issue des rencontres du Cinum

Dans les groupes constitués en « concepteurs du futur » dans les histoires produites, on note,  migration, technologie omniprésente, objets communicants et réseau ubiquitaire, extension du réel et du virtuel, corps investi et transformé, fractures et différences, et l’énergie comme question centrale :

On relève la conviction que les décennies à venir seront marquées par de fortes migrations :

« Mal gérées, elles peuvent produire des conflits identitaires et une balkanisation communautaire… » ...Il est grand temps de penser une nouvelle ère de migration et de métissage »

On souligne l’omniprésence des technologies numériques, nanométriques, biologiques et cognitives

Se pose la question de l’hyper surveillance, de la déconnexion et on exprime le fait que leur puissance devra se mettre au service de l’interrelation, de l’interdépendance croissante entre les hommes, les entreprises et les régions du monde.

Au-delà des réseaux, les mondes virtuels deviennent des espaces d’action à part entière et produisent de nouvelles formes de relations et de création.

Des prothèses connectées semblent donner corps à l’image de « l’homme symbiotique » que décrivait Joël de Rosnay en 1995.

La question des fractures est au cœur des débats politiques futurs.

Décalage de générations, lignes de partage entre riches et pauvres, différences des systèmes de valeur ancrées dans les cultures-relation aux risques, à la vie privée, au statut social, en l’intervention publique à des fins d’égalité-

Où est passé l’Etat ?

Ilest absent des « histoires » imaginées par les participants comme si l’impuissance face à la complexité des questions de l’avenir était avérée. C’est aux communautés, aux réseaux, à l’échange entre pairs et à l’interaction des désirs et des innovations -peut-être organisée par le marché- que l’on semble confier les clés de régulation de l’avenir.

Au fond, travailler sur l’avenir, c’est nous chercher nous-mêmes.

Ces technologies intensives, intimes et intrusives sont des technologies de l’identité prolongeant les « psycho-technologies » que décrit Derrick de Kerckhove lorsqu’il évoque le web : elles nous transforment de l’intérieur et nous mettent en mesure de nous transformer extérieurement. De la personne numérique étendant sur les réseaux sa présence au monde, à la société numérique, le lien passe notamment par la connaissance.

Demain, la connaissance.

C’est désormais un lieu commun de dire que nous entrons dans une « société de la connaissance », mais on s’attarde moins sur les manières dont le statut et la nature de cette connaissance changent.

La connaissance est en effet devenue centrale pour au moins quatre raisons :

  • La dimension immatérielle de l’économie (services, contenus, finance, propriété intellectuelle…) est devenue dominante ;
  • L’innovation est devenue le principal facteur de compétitivité durable ;
  • Les industries nouvelles exigent des niveaux de connaissance de plus en plus élevés, qu’il faut en outre actualiser au rythme de l’avancée des technologies ;
  • La réponse aux grands défis de notre planète mondialisée repose sur nos capacités d’organisation collective, du local au global, plutôt que sur la mise en œuvre par quelques experts de technologies ou de politiques adéquates.

Mais quelle connaissance ?

La « connaissance » nécessaire au XXIe siècle ressemble moins que jamais à une simple accumulation personnelle d’informations et de savoir-faire :

  • Elle n’est jamais acquise : dans des parcours de vie non-linéaires, face au progrès rapide des techniques et à une économie d’innovation intensive, il faut sans cesse réviser ses connaissances et apprendre à les mobiliser dans des contextes imprévus ;
  • Elle s’externalise, via les ordinateurs et les réseaux. Un monde où la connaissance est presque immédiatement disponible, et partageable avec d’autres, diffère profondément de celui que nous connaissions auparavant.
  • Elle est partagée, qu’on le veuille ou non : dans un monde ouvert aux frontières poreuses, la connaissance circule, les innovations se produisent de manière collective, se recopient et mutent en permanence.

Intelligence connective, intelligence collective

Derrick de Kerckhove appelle « intelligence connective » celle qui rassemble les efforts et les ressources mentales de nombreuses personnes, dans le temps, assistée par des systèmes qui l’accélèrent via l’ordinateur et l’étendent via les réseaux. Elle est pour lui une autre forme d’intelligence, partagée par nature, alors que nous sommes formés à tenir l’intelligence et la sensibilité pour des notions individuelles.

Avec une vue plus opérationnelle, Pierre Lévy nomme « intelligence collective » celle qui vise à « améliorer de manière notable les processus de collaboration intellectuelle ». Elle marie les réseaux de personnes (capital social), les réseaux d’infrastructures (capital technique), les réseaux d’informations (capital culturel) et les réseaux mariant personnes et idées (capital intelligence).

Augmenter le niveau global des connaissances est donc indispensable pour vivre ensemble dans le monde de demain. Il s’agit à la fois de donner à chacun les moyens de son autonomie, et de développer l’intelligence collective qui conditionne autant la réussite économique, que notre capacité à relever les défis planétaires d’aujourd’hui. Mais c’est bien d’une autre forme de connaissance qu’il s’agit.

Au Ci'num, la dimension Education a été prise en compte.

L'utilisation des « Technologies de l’Information et de la communication » dans et pour l'éducation est en croissance constante dans beaucoup de pays : elle est désormais perçue dans le monde entier comme une nécessité et une opportunité. Le cadre d'action de Dakar (avril 2000) a identifié l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication comme une des stratégies principales pour réaliser les buts de l'éducation pour tous.

Les TIC, « Technologies de l’Information et de la communication » sont aujourd'hui partie prenante d'un continuum de technologies alliant la craie et les livres, les équipements audiovisuels et multimédias, pouvant toutes soutenir et enrichir l'apprentissage. Cartables électroniques et e-portfolio offrent de nouveaux outils et environnements d'apprentissage qui nécessitent de déployer des stratégies et des usages adaptées aux objectifs éducatifs. L’innovation réside autant dans la technologie qui permet de profiler de nouveaux softwares, conçus en fonction des utilisateurs et de leurs particularités que dans l'usage humain.

L'intégration des nouvelles technologies à l'éducation laisse aussi le champ ouvert à de nouvelles théories sur l'apprentissage, qui remettent en cause le modèle classique de la transmission du savoir. Inspiré, en grande partie, par Seymour Papet, le créateur du fameux langage Logo, le constructionniste part du principe que l'élève est un acteur de son apprentissage, et qu'il augmente ses connaissances non en recevant un enseignement mais en utilisant des outils et en construisant objets et concepts par lui-même.

Mais l'incorporation des « Technologies de l’Information et de la communication » dans l'éducation soulève également de nombreuses tensions : les implications étant souvent perçues comme des menaces pour les institutions éducatives autant que pour les usagers réticents qui maitrisent encore mal l'usage de ces technologies. Emergent des résistances morales et légales relatives aux questions de la propriété du savoir, des tensions liées au développement croissant de l'éducation comme bien commercial et face à la globalisation de l'éducation au nom de la diversité culturelle.

Ces évolutions posent différentes questions : les « Technologies de l’Information et de la communication peuvent-elles accélérer le progrès vers l'éducation pour tous et durant toute la vie ? Peuvent-elles entrainer un meilleur équilibre entre l'équité et l'excellence dans l'éducation ? Peuvent-elles réconcilier l'universalité et la spécificité locale du savoir ?

Les leviers :

  • Développement plus équitable et pluraliste en éducation.
  •  Augmentation de la base des connaissances sur le plan mondial.
  • Harmonisation des contenus et méthodes d'apprentissage à l'échelle internationale.
  • Co-élaboration critique des savoirs et des normes éducatives.
  • Nouveaux modèles d'interaction entre milieux éducatifs et associations d'apprenants.
  • Internet constitue le vecteur de nouveaux modes de production de connaissances partagées entre professeurs et élèves.

Les verrous :

  • Résistance des institutions éducatives aux nouvelles technologies et aux nouvelles idées.
  • Manque de moyens, ordinateurs et liaisons internet.

Les paradigmes :

  • Education à distance.
  • Passer de l'éducation à l'école à l'éducation en famille.
  • L'éducation tout au long de sa vie.

"Se réapproprier l’avenir"

Le principal message exprimé par le  Ci’num, Entretiens des civilisations numériques de 2005 à 2007, c’est que, malgré les contraintes, malgré tout ce qui a lieu de nous inquiéter, tout ce qui semble réduire nos marges de manœuvre, il nous est possible d’imaginer par nous-mêmes, de mobiliser ou  de détourner les techniques, d’organiser l’échange et les mobilités, de négocier l’espace et les relations aux autres pour rendre l’avenir vivable et désirable : la capacité de partage plus rapide et plus profonde, combiner individualisation et diversification des liens sociaux dans l’émergence d’une opinion mondiale active

Alors, nous savons aujourd’hui qu’il est difficile d’anticiper au regard de l’évolution de l’ordre mondial, que la démocratie n’a pas encore tout à fait profité des possibilités offertes par le numérique, que les technologies se sont accrues à un rythme rapide et ont dépassé l’imaginaire, que l’ordre marchand a profité du système bien plus que de raison, que les ruptures se sont accrues, que les réseaux sociaux ont bousculé les espoirs de partage et diversification des liens sociaux, que l’éducation a encore un long chemin à parcourir.

Mais devons-nous sombrer dans le catastrophisme ? Ecouter les sirènes du désordre et ne pas croire en nos capacités de « se réapproprier l’avenir » ?  

Marcel Desvergne et Michelle Laurissergues

 

La création d'Educavox

Suite aux Entretiens des Civilisations Numériques ( 2005/2007) à l'initiative de Michelle Laurissergues, présidente de l'An@é et responsable éditoriale du site, et de Joël de Rosnay, scientifique et prospectiviste, www.educavox.fr a été créé dans l’objectif de participer dans l’écosystème éducatif francophone à une dynamique pour comprendre, et accompagner par des débats, des ressources, des propositions et des valorisations de pratiques,  la transformation de notre société par le numérique dans le domaine de l’éducation.

Dernière modification le vendredi, 02 septembre 2022
Desvergne Marcel

Citoyen numérique mobile, vice-président de l’An@é, responsable associatif accompagnant le développement numérique. Directeur du CREPAC d'Aquitaine,  Délégué général du Réseau international des universités d'été de la communication de 1980 à 2004, Délégué général du CI’NUM -Entretiens des civilisations numériques de 2005 à 2007, Président d’Aquitaine Europe Communication jusqu’en 2012. Président ALIMSO jusqu’en 2017, Secrétaire général de l’Institut du Goût de la Nouvelle-Aquitaine.