fil-educavox-color1

Depuis un an, on voit apparaître des cours de programmation au lycée en option pour les Terminale S. C’est l’option ISN (Informatique et Sciences du Numérique). 
Voici un article de Mathieu Nebra publié sur Simple It avec un accès aux présentations d’outils utiles pour des jeux de programmation
 
 
"L’INRIA, l’organisme français de recherche en informatique, réclamait depuis des années que la programmation ne soit pas enseignée que dans le supérieur, mais aussi avant le Bac. Ce sont eux qui ont obtenu l’ajout de cette option ISN. Et je sais, pour leur en avoir parlé, qu’ils veulent en fait aller plus loin : ils veulent que la programmation soit enseignée pas seulement au lycée, mais aussi au collège et au primaire. On en est loin.
Leur opinion sur le sujet est la suivante : tout le monde devrait avoir touché au côté « créatif » de l’informatique, et pas seulement au côté utilisateur (bureautique…). Bref, ils pensent qu’il faut plus d’utilisateurs actifs alors qu’on ne forme actuellement que des utilisateurs passifs avec des diplômes comme le B2I.
De mon côté, je dois avouer que je ne me suis vraiment posé la question que récemment. Qu’est-ce que j’en pense ? Bon je crois que vous devez avoir une petite idée là-dessus (indice : j’ai commencé à donner des cours de programmation en ligne en lançant le Site du Zéro en 1999 alors que j’étais en classe de 4e :-°). Le manque de formation sur l’utilisation de l’informatique était criant, et c’est ce qui m’a poussé à écrire les premiers cours sur le sujet.
Former à la programmation, pour quoi faire ?
Soyons clairs : on n’a pas besoin de former 100% des gens à la programmation. Je ne crois pas que ce soit le sujet. De la même façon qu’en arts plastiques en ne vous forme pas à être des peintres professionnels, je pense que les cours de « programmation pour tous » devraient être une initiation qui permet de comprendre l’informatique au-delà du côté utilisateur basique. Et de ce point de vue, je pense effectivement que tout le monde devrait y avoir touché, à petites doses mais quand même. On est de plus en plus en contact avec ces outils et ces notions. On commence à en parler dans les journaux grands public, et parfois les journalistes eux-mêmes semblent ne pas toujours bien comprendre de quoi ils parlent.
« Former à la programmation », je dois dire que le terme est trompeur : il ne s’agit pas juste d’enseigner la programmation. Il s’agit de comprendre l’univers technique. Qu’on ait parlé au moins une fois à tout le monde de protocoles (TCP, UDP, HTTP…), de cryptographie (symétrique, asymétrique…), de techniques de compression (destructrice, non destructrice…), de langages, de méthodes de stockage (fichiers, XML, SQL, NoSQL…), d’API… Je continue ? :D
En fait, je pense que tout le monde devrait avoir des notions sur tout cela, et je l’ai déjà dit récemment. On ne veut pas former des experts, mais des gens qui ont une culture informatique qui dépasse l’utilisation de Word, Facebook et Google (quoique sur ce dernier des cours pourraient aussi être utiles ;o).
Oui, mais à des enfants ?
Fotolia 5212a6f7-61070
Il y en a qui parlent carrément d’enseigner la programmation aux enfants, à l’école primaire, au même titre que lire, écrire, compter. Est-ce que la compréhension de l’outil informatique est aussi essentielle que lire, écrire et compter ? J’ai l’impression que la question déchaîne les passions. Je pense que oui, parce que le sujet est devenu beaucoup plus important qu’on ne le croit en peu de temps. Les enfants sont tout à fait capables de comprendre ces concepts. Et l’école, qui avance à pas de fourmi, a déjà pris beaucoup de retard là-dessus.
Alors, concrètement, que peut-on faire ? Comment s’adresser aux enfants et éveiller leur créativité ?
Premier constat, les enfants sont de plus en plus précoces. Alors que les plus jeunes lecteurs ducours HTML5 du Site du Zéro étaient âgé de 10-11 ans il y a quelques années à peine, j’ai désormais des retours de lecteurs qui ont à peine 9 ans, voire « 8 ans et demi ».
Ne les sous-estimons pas : ils apprennent vite. A moins qu’ils ne soient très jeunes, il n’est pas franchement nécessaire de se lancer dans la création de dessins animés dans des tons colorés. Evitons l’approche condescendante et concentrons-nous rapidement sur tout ce qui a un aspect pratique et qui permet de « construire » des choses. Et tant qu’à faire, amusons-nous !
Voici quelques pistes que j’ai glanées ces derniers mois. Elles sont triées grossièrement de la plus simple à la plus « complexe » pour vous donner une idée, même si je pense qu’elles peuvent toutes convenir à des enfants du niveau primaire à condition qu’un adulte les guide bien"....
Dernière modification le mardi, 30 septembre 2014
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.