fil-educavox-color1

Crédit photo : An@éJR Brousse - Publié le 6 mars sur Ludovia magazine - Parfois appelé cartable numérique, ou bureau virtuel, l’ENT (Espace Numérique de Travail) s’installe peu à peu dans les habitudes de nos établissements scolaires. Après une période d’expérimentation et un déploiement progressif dans les deux tiers des académies françaises, c’est aujourd’hui près de 5 millions d’accès qui sont envisagés pour la rentrée 2012.

Même si de nombreux établissements n’ont pas encore franchi le pas et si les parents ou certains élèves utilisateurs ont le sentiment, dans certains cas, qu’il n’a pas encore rempli sa mission et qu’il y a trop peu d’informations fournies par les établissements, les équipes académiques font tout leur possible pour faire de l’ENT, "la boîte à outils numériques" de l’éducation de demain.



Un chantier imaginé il y a bientôt 10 ans



L’idée de l’ENT est née en 2003, sous l’impulsion de la Caisse des Dépôts et de la Documentation Française avec l’édition de son livre « Du cartable numérique aux Espaces Numériques de Travail ». Déjà en 2001, on pouvait noter des premières expérimentations de services en ligne par le Conseil Général de Savoie ou des territoires comme l’Aquitaine ou la Bourgogne. Mais c’est bien en 2003 que le Ministère de l’Education Nationale a affiché sa réelle volonté d’entamer cette « révolution silencieuse ».



Le rôle d’un ENT était de faire communiquer ensemble tous les acteurs de la communauté scolaire, y compris les parents d’élèves, par le biais d’une plateforme en ligne. Il devait permettre de gérer toute la vie scolaire, mais pas seulement. L’ENT avait aussi pour vocation d’ouvrir l’établissement et donc la sphère éducative vers d’autres univers parascolaires (centres de loisirs, structures culturelles, établissement de santé,…).



Au démarrage du projet, le Ministère n’avait que trois exigences en termes de cahier de charges : les services de vie scolaire, la vie de l’établissement et la pédagogie. Mais comme rien n’est figé dans les nouvelles technologies, on note depuis 2003 une tendance vers l’ouverture de l’ENT à la vie locale, car comme le disait le proviseur d’un lycée d’Auch lors de la dernière Université d’été Ludovia « l’établissement ne doit pas être un sanctuaire ».



Un projet qui commence à structurer la vie des établissements scolaires



Pascal Faure, Conseiller TICE du recteur de l’académie de Nancy-Metz depuis 2003, dévoile dans son livre « Guide pratique des usages des ENT en collège » un certain nombre de pratiques intéressantes. Pour lui, « les usages possibles des ENT dans l’enseignement sont aujourd’hui d’une diversité impressionnante et vont se développer à l’avenir ». Et il ajoute « que cette diversité est le fruit de l’utilisation du même support par une variété d’usagers ».



Comprendre ce qu’est un ENT



L’ENT est un outil à choix multiple : il permet à la fois un travail collaboratif tout en étant personnel et unique ; chaque utilisateur ayant une authentification qui lui est propre, il est également accessible depuis n’importe quel poste connecté à internet, donc aussi potentiellement par les familles et les élèves depuis leur domicile.



Analogie avec l’automobile (D’après le guide de Pascal Faure : « Guide pratique des usages ENT en collège »)
- Le moteur de l’ENT, ce sont les outils de vie scolaire,
- l’espace personne est le siège du conducteur, et les autres sièges sont les espaces d’échanges,
- l’authentification est symbolisée par la clé de contact,
- les ressources numériques sont dans le coffre et on y accède en l’ouvrant,
- les outils de communication sont comparables à la radio, au GPS, au téléphone,
des indicateurs proposent un tableau de bord différent entre l’usager de base et le chef d’établissement,
- le garagiste est l’équivalent du prestataire mettant en place l’ENT,
- une communauté des usagers sera construite comme une association d’usagers de la route,
- enfin, le carburant du véhicule est l’internet


 

Un outil fédérateur qui promet d’améliorer les échanges élèves-professeurs



L’ENT n’est pas seulement un espace qui permet aux élèves et aux parents de consulter les notes ou les devoirs à faire. Même si ces outils de vie scolaire sont potentiellement très pratiques, économiques et font gagner beaucoup de temps à leurs utilisateurs. La communication possible en théorie, mais peu mise en pratique à ce jour, entre enseignants et élèves, permet d’assurer une continuité entre la vie en classe et la vie à la maison.



Yves Nivelle, chef de projet ENT à la Direction des Lycées du Conseil Régional des Pays de la Loire évoquant l’ENT Pays de la Loire : « l’ENT n’est pas l’outil qui va tout solutionner, mais c’est l’outil qui va permettre, par l’intégration de toutes les parties concernées, d’atteindre une homogénéité qu’aucun établissement ne pourra mettre en place seul ».



Ainsi, dans le futur, quand l’intensité des pratiques des enseignants sur l’ENT aura évolué, Il sera aussi plus facile à un élève « timide » d’échanger avec son professeur via une messagerie personnelle que devant tous ses camarades. « Par conséquent, on peut dire que l’ENT fait sauter deux verrous des échanges pédagogiques : le cadre matériel de la salle de classe et le cadre temporel de l’heure de cours » selon Pascal Faure.



Suivre les élèves tout au long de leur scolarité avec le Numérique

La suite de l’article

Julien Aurelie

Auteur à Ludovia Magazine (ou Ludomag), media online concernant le numérique éducatif, l’usage des technologies digitales dans la formation et l’éducation aussi bien dans les établissements d’enseignement du premier degré, du second degré que du supérieur ou l’enseignement universitaire et spécialisé.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.