fil-educavox-color1

Nous confie Matthieu CISEL - Après avoir fait des études de biologie puis d’écologie à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, Matthieu CISEL qui a découvert le monde de l’open-education, décide en 2012 de se consacrer à l’étude des MOOCs à travers une thèse en Sciences de l’Education, sous la direction du professeur Eric BRUILLARD au laboratoire Sciences, Techniques, Education, Formation de l’ENS de Cachan.
Matthieu CISEL a participé à l’équipe qui, avec Rémi Bachelet, professeur à Centrale Lille a lancé le MOOC Gestion de Projet, premier Cours en Ligne Ouvert et Massif d’un établissement supérieur français, et collabore aujourd’hui avec différentes équipes « pour le montage de MOOCs et l’analyse des données qui en sont issues. »
Reconnu pour son expertise par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche qui souhaite donner aux Etablissements des outils permettant d’accélérer la production de MOOCs sur la plateforme FUN ouverte à leur intention, il a participé activement à la rédaction du guide A la découverte des MOOCs qui leur est destiné.
Blogueur actif sur la plate-forme d’EducPros, Matthieu CISEL, était invité sur le plateau des conférences animées par Emmanuel DAVIDENKOFF.
Il a accepté, après sa conférence, une interview pour Educavox.
  • Pourquoi avoir crée FUN, la plateforme française ?
  • Les MOOCs effet de mode ou changement de style ?
  • Quels indicateurs pour évaluer un MOOC ?
  • Quelle certification pour un MOOC ?
  • Les SPOC ( Small Private Open Class ) sont ils une amélioration ou une régression par rapport aux MOOCs ?
  • Quelle est l’avenir des MOOCs ?
« Nous en sommes à l’âge de pierre » affirme-t-il.
« Il faudra, à l’avenir, se servir du numérique pour toutes les tâches instructivistes ».
Et ne pas se limiter à la formation initiale.
Car c’est bien dans le champ de la formation continue, où la FOAD y est depuis longtemps présente, que les MOOCs ont la possibilité de se généraliser. A condition que de nouvelles pédagogies la pénètrent et s’y développent, comme le design thinking, les fablabs, la pédagogie de projet.
Mais cela impactera-t-il comme certains l’affirment, l’enseignement scolaire

Claude TRAN



Dernière modification le lundi, 10 novembre 2014
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.