fil-educavox-color1

C’est une journée d’information sur la lutte contre le gaspillage alimentaire qui est organisée sous ce titre par la Région Nouvelle Aquitaine, les rectorats de Bordeaux, Limoges et Poitiers et la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt. Cette journée, troisième du genre, se déroule ce mercredi 16 octobre à Mont de Marsan. Elle est à destination des lycéens élus CVL, aux éco délégués et aux personnels. C’est un moment de réflexion, d’échanges et de formation. La date n’a pas été choisie au hasard : c’est la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire.

La Région Nouvelle-Aquitaine est pleinement mobilisée pour diminuer le gaspillage alimentaire dans les 253 restaurants des lycées dont elle a la responsabilité et où sont servis chaque année 23 millions de repas.

Elle a fait le constat, en début de mandature, que c’étaient 30% de la nourriture préparée qui étaient jetés chaque jour ; soit, environ, l’équivalent de 8 millions de repas par an. Elle a donc fixé l’objectif est de diminuer de 30% ce gaspillage. La lutte contre le gaspillage alimentaire est l’un des volets de la stratégie NEOTERRA adoptée par le Conseil régional en juillet dernier ; elle s’inscrit comme le précise, dans son éditorial, le Président du Conseil régional Nouvelle Aquitaine Alain Rousset, « dans une nouvelle démarche à la fois éducative, responsable et durable ». 

" Moins gaspiller permet d’acheter plus cher des produits de qualité, travaillés par des chefs de qualité ".

Du reste Jean-Louis Nembrini, Vice-président du Conseil régional Nouvelle Aquitaine en charge de l’éducation et des lycées, décrit bien le cercle vertueux dont GASPI2019 est une entrée : « moins gaspiller permet d’acheter plus cher des produits de qualité, travaillés par des chefs de qualité. Or, réapprendre à bien manger c’est préparer demain …et nos agriculteurs ne rêvent que de produire de la qualité ».

20191016 100452 2

Cette même idée est développée dans l’éditorial de Philippe de Guenin directeur de la DRAAF : « L’expérience acquise nous montre qu’une alimentation durable dans un restaurant collectif repose d’abord sur l’amélioration de la qualité de l’alimentation tant sur le plan nutritionnel, gustatif que sur le plan environnemental et social (par exemple à travers la valorisation des bio-déchets et le don alimentaire). Les logiques de réduction du gaspillage alimentaire appliquées aussi bien en cuisine, au self et au plateau, doivent permettre de générer des économies qui rendent possible le financement de l’amélioration de l’offre alimentaire. Cela implique un travail avec les fournisseurs pour innover et améliorer les conditions de transport, de stockage et de conservation ».

Pour réussir ce défi, c’est l’engagement de tous qui est requis : les lycéens, les gestionnaires, les enseignants, les conseils académiques de Vie lycéenne, les volontaires en service civique et bien évidemment les chefs de cuisine et leurs équipes dont l’implication est d’ores et déjà unanimement soulignée.

20191016 101913

Le Vice Président salue à ce propos l’engagement des jeunes auxquels les Conseils de Vie Lycéenne ont fourni un cadre d’action. Il loue plus généralement la jeunesse qui, par son impatience et sa conscience des enjeux, pousse les adultes que nous sommes dans nos retranchements sur les questions d’écologie. « Ils ne sont pas là en situation d’apprenants mais d’acteurs ». La question est plus vaste et la remarquable exposition produite par la Région et accrochée dans le Hall de Nahuque permet aux participants d’en prendre la mesure.

 imvideona

 

 20191016 100421

La lutte contre le gaspillage alimentaire est conçue à la fois  comme un enjeu important et un levier d’action

C’est ce que disent, dans leur présentation de la journée, les Rectrices des académies de Bordeaux, Poitiers et Limoges, Anne Bisagni-Faure, Bénédicte Robert et Anne Laude. « Il faut poursuivre, approfondir le sillon : s’interroger sur l’origine des produits, la pertinence de leur consommation, de leur mode de production parce qu’ainsi nous pourrons économiser les ressources et réduire les impacts négatifs sur notre environnement.

 

20191016 100302 2

 

20191016 110342

Aborder la problématique générale du réchauffement de notre planète par le biais du développement de bonnes pratiques alimentaires, des circuits courts et de la valorisation des déchets, favoriser la biodiversité, les démarches responsables, sensibiliser l’ensemble des acteurs au rôle et à la responsabilité qui sont les nôtres au quotidien dans ce domaine, tels sont les objectifs de notre action inscrite dans une dynamique large de préservation de l’environnement ».

Il convient de laisser à Jean Louis Nembrini le résumé de cette introduction : « le mot confiance, confiance en l’avenir, confiance en soi… quand on a confiance en soi on a confiance aux autres, et  l’on inspire confiance  aux autres ». Et citant Goethe pour les lycéens qui constituent l’essentiel de l’auditoire: « Aies confiance en toi et tu sauras vivre ».

Cet engagement de nos lycéens, leur confiance doivent être accompagnés. Quelques unes des associations qui font cet accompagnement de projets sont présentent sur la journée tant dans la table ronde que dans les ateliers.

hqdefaultECOCENE :  www.ecocene.fr

Propose une prise de conscience systémique des problèmes. Il s’agit de décrypter et comprendre scientifiquement les impacts de l'Homme sur l'environnement. Climat, biodiversité, eau, énergies, déchets, tout est interconnecté. Une complexité que l’association met en pratique. Par exemple elle réalise un accompagnement personnalisé des jeunes sur leur bilan carbone dans le but bien sûr de le diminuer et leur fait ainsi mesurer l’impact de leurs choix alimentaires sur ce bilan.

waterfamily dufloconalavagueDu flocon à la vague : waterfamily.org

Du Flocon à la vague agit à la source. La source, c’est l’éducation, la clé pour un changement durable de notre société. La source c’est l’eau, qui est la manière première de tous nos biens de consommation (alimentaire, transport, objets, …).  La source c’est comprendre qu’un individu consomme 4 150 l d’eau par jour dont 95% servent à produire nos biens de consommation. Pour produire notre alimentation, nous avons besoin de plus de 3 000 litres d’eau par jour et par personne.  La première action à la source, c’est de lutter contre le gaspillage alimentaire : 1/3 de notre alimentation est jetée ce qui représente plus de 1 000 litres d’eau par jour et par personne. C’est à partir de ce constat que l’association intervient dans des projets d’action en établissements scolaires.

 

aufilseounesAu fil des Séounes : aufildesseounes.jimdo.com

Cette association œuvre depuis 2001 à l'éducation à l'environnement et au développement durable en Lotet-Garonne. Ses objectifs sont la préservation de l’environnement, la sensibilisation à l’écologie, le développement de l’esprit citoyen et solidaire, et l’organisation de toute action visant à promouvoir le développement durable (mobilité, eau, alimentation, énergie, déchets, habitat,…).  Elle propose des ateliers d’écologie pratiques, conférences, campagnes d’information aux particuliers qui souhaitent participer à la protection de l’environnement. L’association intervient régulièrement en milieu scolaire et périscolaire afin de sensibiliser les citoyens aux enjeux actuels dès le plus jeune âge.

Elle œuvre entre autres pour une consommation responsable « de la terre à la terre » avec des actions : soupe bio sur la place publique, 400 repas végétariens servis à partir de la récupération de produits. Elle développe un programme « fruits et légumes à l’école ».

 

20191016 100813

CREPAQ : crépaq.org

Le Centre Ressource d'Ecologie Pédagogique d'Aquitaine est une association régionale basée à Bordeaux, qui a pour objet d’œuvre à la transition écologique dans la Région Nouvelle-Aquitaine. Dirigée par des administrateurs bénévoles, elle dispose d’une équipe de salariés et de volontaires en service civique pour mettre en œuvre ses actions. Les thématiques qu’elle traite sont, notamment la prévention des déchets et la lutte contre le gaspillage alimentaire.  Le CREPAQ est à l’origine de la création du premier REGAL (Réseau pour Eviter le Gaspillage Alimentaire) en 2013, qu’elle anime depuis, à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine, avec le soutien de partenaires institutionnels tels que sont l’ADEME, la Région Nouvelle-Aquitaine, la DRAAF et la DREAL Nouvelle Aquitaine, ainsi que France Nature Environnement.  L’objectif de ce réseau est de valoriser les bonnes pratiques et favoriser les synergies entre les acteurs néo aquitains de la chaîne alimentaire.

En effet, lorsque l’on jette de la nourriture, on jette de l’eau, du travail, de l’engrais…il convient donc de développer des pratiques plus vertueuses et cela ne peut se faire qu’en réseau des divers acteurs.

Présentation de projets lycéens et ateliers

Des projets lycéens ont été présentés et tout l'après-midi se sont déroulés des ateliers permettant à la fois de découvrir des éléments et des aides pour poursuivre les actions concrètes dans les établissements. En voici quelques illustrations.

 

20191016 135659 2

 

20191016 135139 2

20191016 135431 2

 

20191016 140519 2

Dernière modification le jeudi, 24 octobre 2019
Puyou Jacques

Professeur agrégé de mathématiques - Secrétaire national de l’An@é

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.