fil-educavox-color1

Lancée officiellement le 17 septembre à l'Élysée par le Président de la République, la Grande École du Numérique se concrétise le 3 février 2016 par l'annonce des premières formations labellisées «Fabriques de la Grande École du Numérique ».

A la suite du premier appel à projets clôturé le 19 octobre dernier, 171 formations ont été labellisées.

Dispensées dans 130 établissements réparties sur l'ensemble du territoire français, ces formations courtes et qualifiantes aux métiers du numérique permettront dès 2016 à un large public (jeunes et personnes sans qualification ou diplôme à la recherche d'un emploi ou en reconversion professionnelle, habitants de quartiers de la politique de la ville) de se former efficacement afin de trouver du travail rapidement dans cette filière d'avenir.

C'est à l'Ecole 42, cette école d'informatique privée, entièrement gratuite et peer to peer créée par Xavier NIEL qui accueille et forme sur 2 à 5 ans des publics de profils variés, avec ou sans diplôme, mais motivés par l'informatique, que pas moins de trois ministres ont accueilli les responsables de ces formations labellisées.

Le monde associatif et de l'économie sociale et solidaire en lien avec les collectivités territoriales et les entreprises, particulièrement celui qui depuis des années s'engage dans des actions de terrain est très bien représenté parmi les labellisés.
Les publics que l'école classique et traditionnelle n'a pu faire réussir en leur assurant une qualification et un emploi trouvent dans ces structures non institutionnelles plus souples, plus ouvertes, plus locales et plus à leur écoute, des formations dans le numérique, attractives pour nombre de jeunes qui acquièrent là une expertise que nombre d'entreprises recherchent aujourd'hui.


" La Grande École du Numérique démontre combien la France est capable d'innover " déclare Patrick KANNER, qui ajoute: " pour offrir à tous les jeunes, quels que soient leur niveau de diplôme, leurs ressources ou leur quartier, une formation dans un secteur en croissance; pour construire des partenariats entre collectivités, associations, organismes de formation et entreprises; pour être parmi les leaders de l'économie du numérique et y développer l'emploi. C'est un modèle d'avenir pour notre pays. Investir dans la formation de la jeunesse, toute la jeunesse est la condition du développement des entreprises et de l'emploi. "
" Elle est le moyen d'aller directement au contact des jeunes et tous ceux qui sont intéressés par les métiers du numérique et de former rapidement les professionnels dont nous avons besoin " précise Myriam EL KHOMRI

Najat VALLAUD-BELKACEM, la ministre de l'Education Nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche s'est félicité " du lancement de la Grande École du Numérique et du fait que les établissements d'enseignement supérieur soient si bien représentés parmi les fabriques. Ce label va notamment permettre de former aux métiers du numérique, métiers d'avenir, des publics qui jusqu'alors étaient éloignés des formations plus classiques. "

Quelques Universités et particulièrement des IUT ont en effet déposé leurs projets et obtenu une labellisation. Parmi celles-ci, l'IUT Paris Descartes pour son Diplôme Universitaire en Maintenance Informatique et Réseau (DU TEMIR).
Composante de l'Université Paris Descartes, l'IUT accueille 2800 étudiants et propose quatre modes de certification : la formation initiale, l'apprentissage, la formation continue et la VAE. Depuis plus de 40 ans, l'IUT défend une pédagogie associant exigence universitaire et efficacité professionnelle qui assure à ses diplômés les qualités indispensables pour s'insérer et évoluer dans leurs métiers.

Présent de longue date dans le numérique avec des formations en informatique, en génie logiciel, en ERP, en datavisualisation, l'IUT Paris Descartes voit ainsi reconnaître une démarche de formation associée à l'insertion professionnelle. Avec le DU Technicien en Maintenance Informatique et Réseau, il s'appuie sur le numérique pour proposer une formation sans pré-requis universitaires, accessible en contrat de professionnalisation. Il est aujourd'hui une des rares formations de l'université publique à obtenir ce label qui conforte au-delà d'un diplôme, un modèle.

Une enveloppe globale de 5 M€ du programme d'investissements d'avenir « Projets innovants en faveur de la jeunesse » permettra dès cette année à 72 des 84 structures concernées de financer le développement de leur offre de formation.

Un prochain appel à projets sera lancé avant l'été, et donnera lieu à une nouvelle vague de labellisations. Par ailleurs, une structure pérenne sera lancée au cours du 1er semestre 2016 pour assurer le pilotage effectif de la Grande École du Numérique, labelliser les prochaines vagues de formations et animer le réseau.

L'objectif du Gouvernement est, d'ici 2017, de former 10 000 personnes aux métiers du numérique, au sein de plus de 200 formations.

Claude TRAN

Vice Président de l'AN@e

Dernière modification le mardi, 14 novembre 2017
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.