fil-educavox-color1

Quelle chance ! On m’a acceptée au Séjour découverte en informatique du DIRO, le Département d’informatique et de recherche opérationnelle de l’Université de Montréal.

Unknown 2

Nous étions une trentaine dont environ 1/3 de filles. Nous avons été accueillis par les enseignants chercheurs du département.

À part moi, la vieille retraitée, ils étaient tous étudiants en technique informatique, en mathématiques, ou en physique. On invite ces jeunes étudiants à poursuivre des études universitaires en informatique. Ils sont venus connaître ce que leur propose l’Université de Montréal. Les jeunes sont  souvent inconscients de la richesse de la science informatique, domaine qui se situe aux Unknownfrontières des mathématiques, du génie, de la logique et même de la biologie et de la psychologie.

IMG 6376Ces Séjours découverte en informatique ont été les premiers à être offerts à Montréal. C’est monsieur Marc Feeley, spécialisé dans l’enseignement des programmes de programmation de haut niveau, qui à créé les premiers séjours en 2003. Il assure la direction de l’activité depuis.

Il aime l’informatique et son objectif est de convaincre des jeunes étudiants intéressés par les mathématiques ou la physique de considérer s’inscrire en informatique à l’université. Le Séjour découverte leur permet de goûter à la formation universitaire et de rencontrer des enseignants chercheurs ainsi que des étudiants de cycle supérieur.  Certains participants sont des mordus d’informatique, de jeunes «geeks» mais d’autres par contre seront des «fort en math» néophytes en informatique.

Un jeune originaire de la Gaspésie semble avoir trouvé sa voie lors du cours de robotique mobile.  Pour l’instant, tout au moins, c’est le domaine qui le passionne déjà alors que l’optimisation et la science des données le laisse indifférent. 

Ma dernière question à monsieur Feeley : en tant que professeur d’université en informatique quelle formation préconise-t-il pour les élèves du primaire et du secondaire ?  Sa réponse : ne pas centrer l’enseignement  sur les technologies car elles changent très vite, mais sur la compréhension des concepts qui eux demeurent inchangés malgré l’évolution technologique.

Je conserve un excellent souvenir de ces étudiants(es).  Ils sont touchants par leur sérieux, le nez fixé à leur téléphone pour y lire des articles sérieux ou à discuter entre eux et imaginer dès maintenant l’application ou le programme qui les rendra célèbre et peut-être même riche.

Six cours universitaires en trois jours

Nous sommes graduellement invités à la découverte de quelques aspects de la science informatique.

Le logiciel étant partout, le cours d’introduction au Génie logiciel présenté par le professeur Eugène Syriani du Laboratoire de recherche en Génie informatique GEODES cherche à faire comprendre comment développer, analyser et modifier le logiciel.

Emma Frejinger et Bernard Gendron, deux experts de la recherche opérationnelle appliquée aux réseaux de transports se sont partagé la tâche de nous initier à l’optimisation et la science des données.  Je comprends un peu l’algorithme de Dijkstra et le fameux problème du voyageur de commerce.

En deuxième journée, Liam Paull, professeur au DIRO en robotique mobile et en apprentissage machine nous apprend à programmer un modèle réduit et comment derrière les voitures autonomes, c’est le programmeur qui reste au commandes.

Sébastien Roy, spécialiste de la vision par ordinateur présente avec grand enthousiasme les imprimantes 3D.  Quant à nous, c’est avec OpenSCAD que nous nous exerçons à programmer le modèle de nos propres objets à imprimer.  Il nous a aussi permis de nous initier au concept d’internet des objets, ces ordinateurs qui se parlent.

Monsieur Alain Tapp a présenté les principaux jalons de l’histoire du développement de l’intelligence artificielle et a souligné quelques un des enjeux ainsi que des questions éthiques relatives au développement de cette application qui forme la principale «bulle» informatique actuelle.

Montréal : le Silicon Valley en intelligence artificielle

Montréal est le plus grand pôle de recherche universitaire en IA au Canada.  Montréal compte un puissant réseau scientifique et la plus grande communauté en apprentissage profond au monde. Les travaux de chercheurs émérites, tels Yoshua Bengio, Joelle Pineau et Hugo Larochelle ont permis au fil des ans le développement d’une expertise de pointe.

Pour cette raison et aussi pour le faible coût de l’électricité grâce aux fameux barrages hydroélectriques du Québec, les grands joueurs en informatique aux poches profondes : Google, DeepMind,  Facebook Research, IBM, Microsoft ont choisi d’installer à Montréal leurs centres de recherche.

Groupes,  Chaires de recherches et laboratoires du DIRO (Département d’informatique et de recherche opérationnelle de l’Université de Montréal)

logo cirreltCentre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d’entreprise, la logistique et le transport (CIRRELT)

Planification des réseaux logistiques, des réseaux de transport, et technologies de l’information et de la décision. Développement de modèles et d’algorithmes pour la conception et l’opération des réseaux de  télécommunications.

geodesGroupe de recherche sur les systèmes ouverts et distribués et l’expérimentation dans les logiciels (GEODES)

Qualité du logiciel, application des méthodes formelles, modélisation des domaines d’affaires, réingénierie du logiciel, architectures logicielles pour le commerce électronique et interopérabilité des applications sur le Web.

logo raliRecherche appliquée en linguistique informatique (RALI)

Traduction assistée par ordinateur, résumé automatique, recherche d’informations translinguistiques et multilingues, prospection de documents pertinents dans une ou plusieurs langues différentes de la langue de requête.

Chaire de recherche du Canada en informatique quantique

Dirigée par Gilles Brassard, cette chaire applique la mécanique quantique au traitement de l’information.

Chaire industrielle CRSNG-Ubisoft

Partenariat entre le DIRO et Ubisoft Montréal, la Chaire de recherche en apprentissage de représentations pour les jeux vidéo immersifs consacre ses travaux à l’intelligence artificielle.

Chaire de recherche du Canada en algorithmes d'apprentissage statistique

Yoshua Bengio est le titulaire de cette chaire qui axe ses travaux sur l’élaboration d'algorithmes d'apprentissage plus perfectionnés pour les réseaux de neurones et l'apprentissage machine.

Chaire de recherche du Canada en simulation et optimisation stochastiques

Pierre L’Écuyer est son équipe mettent au point des méthodes qui génèrent des valeurs aléatoires par ordinateur, en plus de simuler et d'optimiser des systèmes aux composantes aléatoires.

Chaire de recherche du Canada en prévision de la demande et optimisation des systèmes de transport

Emma Frejinger et son équipe développent des méthodologies à l'intersection de la recherche opérationnelle et de l'apprentissage statistique.

logo heronHigher Educational Research ON emotionnal intelligence and privacy protection (HERON)

Intelligence émotionnelle qui permet de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau. Travaux interdisciplinaires en intelligence artificielle, sciences cognitives, éducation.

 

Laboratoire d'Intelligence Artificielle pour la Cybersécurité (talents)

Le laboratoire de la professeur Esma Aïmeu est spécialisé dans l’intelligence artificielle pour la cybersécurité.

Analyse et synthèse des systèmes ordinés (LASSO)

Méthodologie de conception des systèmes matériels dans le dessein de se rapprocher du zéro-défaut.

 Laboratoire de biologie informatique et théorique (LBIT)

La bio-informatique est un domaine de recherche interdisciplinaire issu de la prolifération de données génétiques. Il développe et applique des algorithmes pour analyser ces données.

Laboratoire d’informatique graphique de l’Université de Montréal (LIGUM)

Rendu non photoréaliste, science de reproduction couleur et modélisation géométrique.

Logo mila 08

Institut des algorithmes d'apprentissage de Montréal (MILA)

Domaine des algorithmes d’apprentissage statistique. Domaine de recherches situé au carrefour de l’intelligence artificielle et la statistique.

Laboratoire d’informatique théorique et quantique (LITQ)

Mathématiques discrètes et la théorie des graphes, la complexité du calcul, la cryptologie, l’informatique quantique et les fondements de la mécanique quantique.

Laboratoire de recherche en réseaux de communication (LRC)

Conception et développement de nouveaux algorithmes, d’architectures, de techniques de gestion et de protocoles de communication pour les réseaux de nouvelle génération.

Laboratoire de Traitement Parallèle (LTP)

Conception, l'implantation et l'évaluation de langages de programmation séquentielle et/ou parallèle.

Laboratoire de simulation et d'optimisation (OPTIM)

Développement d’algorithmes exacts ou heuristiques afin de résoudre des problèmes rencontrés dans la pratique, relatifs aux horaires de personnel, de répartition de véhicules, de gestion de centres d’appels ou de réseaux de télécommunication. Mais on s’y intéresse aussi à des problématiques de nature plus théorique telles que la génération de nombres aléatoires, la programmation fractionnaire ou la caractérisation de classes de convexité et de monotonie généralisée.

Lab Vision3D

Recherche fondamentale et appliquée sur les aspects tridimensionnels de la vision par ordinateur.

Laboratoire de traitement d’images

Vision assistée par ordinateur appliquée au domaine médical.

Dernière modification le dimanche, 19 janvier 2020
Ninon Louise LePage

Sortie d'une retraite hâtive poussée par mon intérêt pour les défis posés par l'adaptation de l'école aux nouvelles réalités sociales imposées par la présence accrue du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.