fil-educavox-color1

Publié sur le site : https://blogrecherche.wp.mines-telecom.fr/2016/05/19/economie-collaborative-simplicite-echanges/ À la fois porteuse d’espoir par son caractère disruptif et inquiétante pour les acteurs économiques en place, l’économie collaborative intrigue et passionne. Mais que se cache-t-il vraiment derrière ce concept souvent mal défini ?

Godefroy Dang Nguyen, chercheur en économie à Télécom Bretagne, nous aide à mieux comprendre. Il est co-auteur d’un MOOC sur le sujet qui sera mis en ligne au mois de septembre prochain.

D’une certaine façon, l’économie collaborative ressemble un peu à la physique quantique : tout le monde en a entendu parler, peu de gens savent vraiment ce que c’est.

Mais surtout elle a un caractère dual : lieu de partage et de solidarité, et en même temps espace de profits, de placements financiers. Rien d’anormal à cela cependant, puisque ce qui se cache derrière cette économie du partage est tout sauf simpliste.

Lorsque nous demandons à Godefroy Dang Nguyen, économiste à Télécom Bretagne, de nous la définir, sa réaction ne trompe pas : long silence, suivi d’un soupir amusé puis… « Pas facile comme question ». Si le concept est complexe, c’est que l’économie collaborative se décline sous plusieurs aspects, et qu’elle ne peut être présentée comme un bloc homogène de pratiques.

Wikipédia et l’open innovation : deux modes de production collaborative

D’abord : la production collaborative. « Dans ce cas, la grande question est « Au profit de qui ? » » problématise Godefroy Dang Nguyen.

Deux schémas apparaissent alors. En premier lieu celui de la production d’une multitude au bénéfice d’un seul acteur, en général privé.

« Chacun contribue, à sa mesure, à la construction de quelque chose pour une entreprise par exemple. C’est ce qui se passe dans ce que nous appelons communément l’open innovation » illustre le chercheur.

L’autre situation ? Celle de la production collaborative au profit de la communauté : les individus créent avant tout pour eux-mêmes. Typiquement : Wikipédia.

Si ce second mode de production peut sembler mieux correspondre à la notion de partage, il est cependant sujet à certains inconvénients, comme le phénomène dit « du passager clandestin ». « Cela décrit ces utilisateurs des biens produits par la communauté qui ne participent pas eux-mêmes à la production » explique l’économiste.

Pour reprendre l’exemple de Wikipédia : la majorité des usagers du site sont des passagers clandestins — lecteurs, mais pas rédacteurs. Si le phénomène n’a que peu d’impact sur la pérennité de l’encyclopédie en ligne, ce n’est pas le cas de la grande majorité des autres services communautaires, qui basent leur production sur un équilibre avec la consommation.

La suite de l'article paru sur le site : https://blogrecherche.wp.mines-telecom.fr/2016/05/19/economie-collaborative-simplicite-echanges/
Blablacar : un exemple d'intermédiaire dans les nouvelles relations de pair à pair marchand. Photo : Natalie Ortiz. Crédits : OuiShare

Dernière modification le mercredi, 25 mai 2016
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.