fil-educavox-color1

Crédit photo : Pirate par Kate "Fuzzcat" Haskell

Licence CC- By

Ce Lundi, nous allons parler...Piratage ! Un mot avec lequel nous sommes tous familiers au moins depuis la naissance de la Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des Droits sur Internet, dont le reportage d’Envoyé Spécial en tête de cette nouvelle Playlist du Lundi nous rappelle le contexte, les missions et les outils.


Dans un environnement technologique toujours en évolution cependant, la Haute Autorité aura rencontré de nombreux obstacles et la question de sa dissolution ainsi que le report de ses missions au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel est actuellement en cours de discussion : à cette occasion, BFM TV revient sur le bilan de cette structure, son coût, les actions effectivement menées et les condamnations pour piratage d’oeuvres protégées par les lois sur la propriété intellectuelle.

Si l’HADOPI se concentre sur les infractions au contenu, aspect initial par lequel nous avons connu le piratage, les pirates eux n’en restent pas là : Peter Falkvinge, co-fondateur du Parti Pirate de Suède, explique sur la scène de TEDxObserver ce qui l’a conduit à monter au créneau politique pour faire entendre dans le monde réel les demandes des internautes et montrer de quelle manière ces dernières - transparence, partage, protection des libertés civiles - peuvent avoir une influence qui dépasse de très loin la surface d’un écran ordinateur et peut se retrouver dans les urnes.

Quel impact pour les écoles, les bibliothèques et les CDI ? Une des manifestations les plus pures de ces demandes est la Pirate Box : créée par David Darts du département des Arts et des Professions d’Arts de l’université de New York qui nous raconte sa génèse dans ce reportage de NY 2.0, cette petite boîte bricolée à partir de matériel peu onéreux et de logiciels libres permettant de mettre à disposition de tous un serveur d’échange de fichier et de discussion ponctuel et nomade dans un faible rayon. Une piste intéressante pour transmettre de l’information, mais aussi pour permettre la discussion et l’échange parallèle de fichiers entre élèves et enseignants pendant un court sans sacrifier à un réseau WiFi constamment activé.

La PirateBox, passée entre les mains de Jason Griffey, trouve sa place aussi dans les bibliothèques comme outil de discussion et de mise à disposition de contenu contrôlé par des équipes de documentalistes ou de bibliothécaires : elle change alors de nom pour devenir la LibraryBox. Cette dernière rencontre elle aussi un certain succès et son créateur tente d’ailleurs d’en financer la seconde version par une campagne de financement participatif sur le site Kickstarter.

Mais quel impact pour les usagers ? Dans le contexte légal actuel, et avec les outils technologiques à la disposition des bibliothèques, certaines de ces institutions mettent en place des copy partycomme celle dont rend compte Julie Labbé dans sa vidéo sur YouTube. Ces rassemblements ont pour but de permettre le partage, la diffusion et la copie de contenu acquis par les bibliothèques et dont la duplication est garantie par un amendement voté au Sénat Français imposant la licéité d’une source pour rendre une copie légale. Les bibliothèques et les centres de documentation étant des sources licites d’accès aux documents pour le public, la copie d’oeuvres dans un tel contexte avec le matériel des usagers et pour un usage privé sans que soit brisé un mécanisme de gestion numérique des droits d’accès est donc légale. Les bibliothèques emmènent donc dans le futur, grâce aux technologie des pirates, leur rôle de diffusion et d’accès de la culture auprès de tous - une copie légale de fichiers à la fois.

Maillioux Thomas

En parallèle de sa carrière d’enseignant-documentaliste actuellement au CRDP de Créteil, Jean-Thomas Maillioux s’implique dans les domaines du jeu, des médias sociaux et de la veille et des réappropriations technologiques depuis près de 13 ans. Il s’intéresse aujourd’hui essentiellement à la manière dont ces différents outils permettent de repenser notre rapport à la citoyenneté, à la créativité et au travail. Vous pouvez suivre son actualité sur son site ou via Twitter.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.