fil-educavox-color1

Les jeunes utilisent beaucoup le texto dans leurs échanges entre eux (1). Tous les jours, peut-on les observer en train de manipuler cette option de leur téléphone à la cafétéria, dans le bus à leur retour de l’école, ou encore à la maison. Bref, ils en font un usage régulier pour communiquer. Par ailleurs, nous nous rendons compte que cet engouement peut se répandre à d’autres générations (2).
Des parents, encore peu nombreux (3 et 4), l’emploient aussi pour joindre presqu’immédiatement un adolescent, privilégiant même ce moyen à la conversation téléphonique. Ce faisant, l’adulte peut ainsi apprendre de nouvelles stratégies de communication en se les appropriant pour ses propres échanges non seulement avec les jeunes mais aussi avec d’autres adultes.
 
D’une certaine manière, nous y percevons un transfert hiérarchique de savoir-faire qui s’effectue des jeunes aux adultes, à l’inverse du processus de transmission habituel du savoir, et croyons qu’il serait avantageux d’exploiter cette situation pour établir des liens interculturels et intergénérationnels entre des étudiants de cégep ou d’université et une clientèle immigrante en milieu scolaire (5). Cela permettrait de meilleures relations entre ces groupes, favoriserait les liens les unissant et augmenterait la qualité de leurs apprentissages. 
 
Pour y arriver, il nous faudra d’abord trouver une place positive au texto dans le débat qui fait rage actuellement en éducation en misant notamment sur son utilité comme moyen de communication multifonctionnel et comme outil téléprésence, pour ensuite penser à des socles pédagogiques pour le développement de scénarios efficaces.
 
 
1 - La place utile du texto en éducation
 
 
Un débat de société fait rage concernant l’usage du téléphone cellulaire et le texto dans les écoles, des penseurs le considérant même comme une véritable plaie ; il s’agirait entre autres d’une source de distraction et d’encouragement au plagiat, pour ne nommer que ces deux maux (6 et 7). Dans les salles de classe, les professeurs limitent ou interdisent grandement l’usage du téléphone cellulaire. Ont-ils peur de cet outil qui plaît tellement à leurs étudiants ? Y voient-ils à tort un instrument qui ferait concurrence à leur enseignement et aux techniques privilégiées présentement ? Il est vrai que le message texte a ses limites. Que ce soit par les codes employés ou encore par la qualité du français utilisé qui contient beaucoup de fautes ; le média favorise-t-il une moindre qualité du français ? Certains allèguent, au contraire, qu’il s’agit d’un langage qui mérite d’être mieux compris, qualifié même de créatif, intuitif, spontané et fédérateur, [et] créateur de lien social (8 et 9).
 
Un fait demeure ; c’est un moyen de communication largement utilisé chez les jeunes et il pourrait y avoir un intérêt pour les enseignants d’essayer de créer des ponts avec eux en y intégrant le texto dans leurs méthodes d’enseignement. Encore faut-il comprendre sur quelles bases. De prime abord, nous voyons deux caractéristiques pédagogiquement intéressantes : le texto comme moyen de communication multifonctionnel et comme outil de téléprésence.
 
 

1.1 Un moyen de communication multifonctionnel

Afin de nous doter d’une meilleure perception des possibilités éducatives du texto, nous avons procédé à l’analyse de deux séries de deux cents échanges de messages, la première impliquant un parent et son ado et la seconde deux adultes, suivant en ce sens le processus de transfert des savoir-faire mentionné au début du présent article.
 
Avec cette analyse, nous voulions faire émerger un début de typologie, pouvant guider le développement de scénarios pédagogiques d’intégration du texto. Voici le résultat de notre travail.
 
 
1.1.1 Première analyse : Échanges de textos entre un parent et un ado de douze ans
 
 
L’analyse des échanges a permis de dégager les catégories et sous -catégories suivantes :
 
  • Social / Interpersonnel : salutation, jeu et taquinerie, rassurance, voire même de sécurité (précision sur l’endroit où le jeune se trouve), conseil, conversation et discussion ;
  • Utilitaire : expression de besoins, demande de services ou d’autorisation ;
  • Journalisme ou témoignage : témoignage in vivo sur un événement, explications sur les activités en cours, précisions sur des faits ;
  • Organisation du travail : avis sur des retards, fixation de rendez-vous (date et lieu), description de tâche, rappel d’obligations importantes, directives, organisation d’une rencontre ;
  • Maitrise de l’outil : tests techniques, validations, emploi et explications sur le code SMS ;
  • Enseignement ou apprentissage : explication de concepts ou d’idées, demandes d’explications ;
 
1.1.2 Deuxième analyse : Échanges entre deux adultes en milieu professionnel
 
 
À notre grand étonnement, nous en sommes arrivés à l’établissement des mêmes catégories et à quelques variantes en ce qui concerne les sous-catégories ou éléments. Par exemple, plusieurs échanges entre adultes ont porté sur les obligations familiales dans la catégorie Social/ Interpersonnel. Les échanges entre adultes, dans notre analyse, se distinguent toutefois par le respect d’une plus large variété de sous-catégories ou d’éléments reliés à l’organisation du travail et à l’enseignement ou apprentissage.
 
À la totalité des sous-catégories dégagées de l’analyse précédente, s’ajoutent les points suivants, vraisemblablement dus à un contexte particulier :
 
  • Organisation du travail : bilan de réunion, informations et explications détaillées sur un dossier,
  • Enseignement ou apprentissage  : leçon et précisions sur une matière, procédures détaillées, notes diverses.
Bien que non-exhaustive, notre plongeon dans les échanges nous permet de constater que l’usage du texto répond, étonnamment peut-être, à des besoins communicationnels réels et multifonctionnels, qu’il peut servir de manière utile à des fins de télétravail, ce qui en fait un instrument intéressant au service de la pédagogie de projet. Nous avons même été intrigués, non pas par son usage social, mais par son rôle dans l’expression de témoignages journalistiques.
 

1.2 Le texto comme outil de téléprésence

C’est qu’en plus du rôle multifonctionnel du texto sur le plan de la communication, nous croyons que l’engouement qu’il exerce chez ses utilisateurs, jeunes et moins jeunes, repose surtout sur des bases affectives : le téléphone représente l’opportunité du maintien de contact avec ses proches. Rappelons que, contrairement à l’appel téléphonique, plusieurs compagnies de téléphonie offrent un forfait de base incluant le texto illimité ; ce qui est un atout à considérer pour assurer par ce média la téléprésence entre les utilisateurs. Bien sûr, il n’est pas question ici des murs de téléprésence ou des shows holographiques (10 et 11) à grand déploiement, mais plutôt d’une présence sensible, mobile et régulière qui permet d’étendre l’expression de la créativité partout où l’on va (12).
 
 
2- Des bases de scénarios pédagogiques employant le texto
 
 
Voici quelques bases pédagogiques qui nous permettraient d’élaborer des scénarios exploitant plus spécifiquement la valeur communicationnelle et présentielle du texto.
 
 
2.1 L’harmonisation des cultures étudiants - enseignants
 
 
Nous ne saurions nier les difficultés occasionnées par l’usage de la téléphonie cellulaire, et principalement du texto, dans les écoles secondaires (13 et 14) et des conséquences parfois désastreuses sur les résultats scolaires de certains élèves. En ce sens, nous sommes attentifs aux arguments des détracteurs de ce moyen de communication. Nous croyons toutefois que des exceptions aux interdits et à la confiscation du téléphone cellulaire pourraient être acceptées en vue de faciliter un certain dialogue intergénérationnel et l’harmonisation des cultures étudiants – enseignants. Dans le cadre d’une activité sur l’étude de la langue, par exemple, des élèves pourraient être amenés à réaliser un tableau explicatif portant sur les codes SMS les plus fréquemment employés et des termes faisant partie de leur vocabulaire générationnel : vagg, ditch, toaser, etc. (15) Peut-être en arriverions-nous graduellement à une réforme scolaire efficace tenant compte de la base dans une démarche de responsabilisation de l’élève et de démocratisation des processus éducatifs.
 
 
2.2 Nomadisme pédagogique, réalité augmentée, texto et téléphonie
 
 
En français langue seconde (FLS) auprès d’adultes, le problème diffère dans la mesure où, selon notre expérience, le téléphone cellulaire est souvent spontanément utilisé à des fins d’apprentissage : dictionnaire, grammaire ou conjugateur virtuel ; outil de recherche d’informations dans Internet, prise de photos de tableaux explicatifs présentés par le professeur, enregistrement sonore ou vidéo d’une leçon de cours, etc. ; bref il transforme littéralement la classe en laboratoire nomade et multimédia et munit l’étudiant de véritables podcasts adaptés à ses besoins (16 et 17). De nouveau, la collaboration des étudiants pourrait être sollicitée en vue d’assurer un partage de tels artéfacts dans une communauté virtuelle ou le développement d’une formation en ligne. Nous reviendrons éventuellement sur ce genre de possibilités.
 
Si on parle plus spécifiquement d’un scénario d’intégration pédagogique du texto inspiré du nomadisme pédagogique en FLS (18), on pourrait aussi donner l’exemple d’un rallye collaboratif (19) où deux groupes font une visite dans le Vieux-Montréal. L’un des groupes pourrait visiter la Basilique Notre-Dame tandis que l’autre groupe visiterait le château Ramezay. Les deux classes auraient un questionnaire auquel les étudiants devraient répondre et pourraient se communiquer les informations respectives qu’ils auraient recueillies. L’exercice permettrait de faire deux sorties en une, en ce qu’elle donnerait accès à de l’information sur deux sorties simultanément. Les données recueillies pourraient servir à l’élaboration d’une production orale ou d’une production écrite. 
 
Dans ce genre de scénarios, on pourrait éventuellement utiliser la réalité augmentée (20 et 21), comme cela est disponible à Paris (22) en complément à cette activité de rallye pour obtenir des informations complémentaires et procéder à la prise de photos et de vidéos, rendant l’expérience éducative plus riche.
 
 
2.3 Parent du microblogue et du clavardage
 
 
À l’instar du microblogue (23), les échanges de textos semblent favoriser la concision et forcer les locuteurs à se rendre droit au but. Dans un esprit comparable à celui de la  twittolittérature (24), cela peut générer une littérature singulière, composée de courtes phrases articulées selon des notions de langue étudiées. Inspirée aussi du clavardage (qui fera l’objet d’un autre article), nous pourrions amener des étudiants à forer un sujet de recherche dans une perspective de coconstruction des savoirs, ou encore à participer à la rédaction d’histoires croisées, particulièrement si le texto est jumelé à d’autres applications comme la prise de photos ou le tournage d’extraits vidéos (25).
 
 
Conclusion
 
 
Tel que mentionné dans cet article, le texto est largement répandu chez les jeunes. Dans ce contexte, il serait avantageux que les adultes l’exploitent également, ne serait-ce que pour établir un pont générationnel. Dans l’état actuel, l’outil constituerait davantage une plaie, selon plusieurs intervenants intéressés à l’éducation, ce qui est peut-être dû à une méconnaissance de son potentiel pédagogique. Nous espérons avoir ouvert des pistes de solution en faisant émerger la valeur non équivoque du texto comme outil de communication multifonctionnel et de téléprésence. Nous pensons qu’il s’agitlà de dimensions à exploiter dans l’élaboration de scénarios pédagogiques. Il serait intéressant de procéder à l’analyse de conversations entre jeunes pour mesurer la portée naturelle du texto et découvrir de quelle manière l’adulte pourrait s’introduire dans ce type d’échanges.
 
Personnellement, nous savons que le texto, contrairement à l’appel téléphonique, constitue un outil privilégié de type juste assez / à temps (26) pour communiquer avec les jeunes. Il est à espérer que plus d’adultes en comprennent les avantages, dans la mesure où il ne s’agit que d’un outil. À l’instar des TICÉ (27), comme tout outil, son impact dépend de l’usage qui en est fait.
 
 
 
Quelques mots sur les auteurs :
 
 
Rachel Malo enseigne le français langue seconde depuis plusieurs années auprès d’une clientèle adulte immigrante. Elle a fait des études en linguistique et a une bonne connaissance de l’évaluation des apprentissages. Elle a développé et travaillé à des cours expérimentaux en français avancé et en insertion au marché du travail. Elle s’intéresse aux TIC et travaille à différents projets de ces technologies en salle de classe. Elle avoue un intérêt marqué pour la collaboration internationale.
 
Luc Renaud est spécialisé en technologie éducationnelle et enseigne le français langue seconde depuis plusieurs années auprès d’une clientèle immigrante. Détenteur d’une maitrise en éducation, il a aussi été chargé de cours à l’Université de Montréal dans le domaine de l’intégration pédagogique des TIC, et a participé à des projets de recherche portant sur la formule hybride et le socioconstructivisme. Il possède également une solide expertise en développement et expérimentation de formations en ligne et s’intéresse vivement à la collaboration internationale.
 
Depuis quelques mois, Rachel et Luc conjuguent leurs forces dans une perspective de développement de projets à portée locale, régionale et internationale.
 
Photo de Luis Alfredo Rodriguez Martinez
 
 
Références
 

1 Quentin BlancLes ados envoient 2500 SMS par mois dans Le Figaro étudiant 5 oct 2010

2 Le Parisien (7 février 2004) SMS : même les adultes s’y mettent, dans Le Parisien,

3 Amanda Lenhart (13 septembre 2010) How Are Adults Using Mobile Phones, dans WebActus.net 

4 Vincent Martini (20 septembre 2011),Étude US : les adultes préfèrent les appels aux SMSdans Clubic.com,

5 Luc Renaud et Rachel Malo (21 janvier 2013),Le Web 2.0 dans une perspective interculturelle et intergénérationnelledans Educavox,

6 Catherine Dubé (1 octobre 2012) Faut-il interdire le cellulaire à l’école ? dans L’Actualité.com

7 Martin Lépine, Guy Ferland, Jana Havrankova, Jean Gouin, Nestor Turcotte, Jean Bottari, Denis Boucher, Mélanie Dugré, Francine Laplante, (5 mars 2012) Devrait-on interdire le cellulaire à l’école ?Débat dans La Presse.ca

L’école im’mobil’isée ?L’utilisation du téléphone portable interdite à l’école ! L’émoi est à son comble.

Langage texto pour les nuls, dans Les Grands-parents d’aujourd’hui, Saint-Lazare, site visité le 23 février 2013 

10 Sophie Bernard (8 juillet 2008), La station de téléprésence de la SATbientôt en version 3.0,

11 Cisco,Téléprésence

12 Nicolas FrespechTéléphonie mobile : création et diffusion "Call-aboration" !

13 Chantale Potvin (2 mars 2012) Sortons les cellulaires des écoles, dans La Presse.ca

14 Marc Allard (10 juin 2009) Dingos des textos : des jeunes accrochés à leur clavierdans Le Soleil

15 Vocabulaire tiré d’une conversation tenue avec une adolescente

16 Luc Renaud et Rachel Malo (20 février 2013) Stratégies d’écoute active, baladodiffusion et réflexions sur le radioroman en L2, dans Educavox,

17 Luc Renaud (9 mars 2012) Vers une intégration éducative efficace de la baladodiffusion, dans Educavox,

18 Luc Renaud (6 aout 2012) Du nomadisme pédagogique au e-nomadisme : Ne pas arrêter le progrès, dans Educavox,

19 Luc Renaud et Rachel Malo (3 mars 2013) Des poupées russes TICÉ ou des scénarios indépendants de Webtélé en Français Langue Seconde, dans Educavox,

20 Luc Renaud (8 avril 2012) TIC, Web 2.0 et réalité augmentée dans un scénario d’apprentissage,dans Educavox,

21 Luc Renaud (12 avril 2012) La valeur ajoutée de la réalité augmentée (RA) en éducation, dans Educavox,

22 Le Parisien (20 juin 2012) La réalité augmentée fait revivre Paris, de la préhistoire à nos jours

23 Luc Renaud (23 mars 2012) Pour une application pédagogique réussie de Twitter, dans Educavox,

24 Twitter : un réseau social aux problématiques littéraires ?,dans L’école numérique, le site compagnon de la revue du numérique pour l’éducation , décembre 2012

25 Luc Renaud (4 juin 2012) Le triomphe de l’apprentissage expérientiel à l’ère du numérique, dans Educavox

26 Mobile Learning 

27 Débat animé par Charles Le Nué (11 mai 2011) Les nouvelles technologies favorisent-elles le lien social ? dans La Fédération des Cafés Citoyens

Renaud Luc

Luc Renaud est spécialisé en technologie éducationnelle et enseigne le français langue seconde depuis plusieurs années auprès d’une clientèle adulte immigrante. Détenteur d’une maitrise en éducation, il a aussi été chargé de cours à l’Université de Montréal dans le domaine de l’intégration pédagogique des TIC, et a participé à des projets de recherche portant sur la formule hybride et le socioconstructivisme. Il possède également une solide expertise en développement et expérimentation de formations en ligne et s’intéresse vivement à la collaboration internationale. 
Mal à l’aise dans le milieu scolaire, il croit à une remise en question continuelle de l’école ; il tient d’ailleurs un blogue, L’éduc-acteur, le Blogue de Luc Renaud, sur des thèmes variés, qui mettent de l’avant l’importance de l’autoformation.
Il est aussi entrepreneur, ayant démarré récemment une entreprise de consultant en technologie éducationnelle, La boîte à idées E.T.L.R. Ideas Boxdans la région de Montréal.


Montréal, Québec (Canada)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.