fil-educavox-color1

Vous est-il déjà arrivé de vous ennuyer pendant un cours ou une réunion ? Je me souviens que lorsque j’étais à l’école, je m’ennuyais beaucoup.
Les cours n’étaient pas très intéressants pour moi alors je rêvassais sur ce que j’avais réellement envie de faire. Ces périodes de rêveries n’ont guère plu à mes professeurs qui se sont sentis certainement offensés de ce désintérêt. Pour trouver une raison à ce comportement, mes professeurs ont souvent cherché à m’affubler d’une étiquette « spécial » du type « élève fainéant », « élève peu travailleur ».
 
Pourtant, ce comportement n’était-il pas la conséquence de leurs cours ?
 
Heureusement, d’autres professeurs me jugèrent totalement différemment.
Plusieurs questions m’interpellent lorsque je me rappelle de toutes ces étiquettes.
 
Qu’est-ce qui se passe à l’intérieur de nous lorsque nous recevons des jugements sur notre personnalité, sur notre travail ? Quelles sont les conséquences de ce type d’étiquette sur nos élèves ou sur nous-mêmes ?
 
Une étiquette ! Et alors ?
Ces étiquettes, appelées également « croyances » peuvent paraître anodines pour la plupart d’entre nous. Pourtant, on sait aujourd’hui qu’une croyance a la capacité d’influencer toute notre vie. En effet, notre personnalité toute entière est construite au travers d’un ensemble de croyances. Parfois, celle-ci sont positives, mais elles sont aussi parfois négatives. Ainsi, on peut observer des personnes qui ont tellement de croyances positives sur eux-mêmes qu’ils développent une confiance en eux leur permettant d’affronter tout type de problématiques. En revanche, certaines personnes ont accumulé tellement de croyances négatives, qu’ils se sont générés une très faible estime personnelle et confiance en elle.
 
Qui peut aujourd’hui affirmer avoir pleinement confiance en lui dans tous les domaines de la vie ?
Pour revenir à ces croyances, nous devons simplement nous rappeler qu’une croyance est une idée, une opinion, un jugement sur un individu qui va déclencher une succession de comportements de notre part et de la part de l’élève. Imaginons un instant qu’un professeur juge un élève comme perturbateur sous prétexte qu’il n’a pas suivi correctement son cours ou pas su respecter les règles de la classe. D’un côté, nous aurons un élève qui va renforcer ce comportement car il lui est maintenant attribué comme un trait de personnalité et devenir de plus en plus perturbateur en cours d’année. De l’autre côté, nous aurons un professeur qui parlera toujours à cet élève comme s’il était le perturbateur de la classe ce qui va également renforcer cette étiquette dans sa tête. Cette relation sera donc définie ainsi entre le professeur et cet élève. Plus cette croyance existera, plus il sera difficile de retrouver une relation de qualité avec lui.
 
L’expérience de Rosenthal
Une expérience, bien connue, met en lumière ce principe de croyances sur nos élèves. C’est ce qui fut appelé « l’effet pygmalion » par Robert Rosenthal, psychologue américain de l’université de Californie à Riverside. Il a découvert au cours de cette expérience qu’un sujet ayant une attente vis-à-vis du comportement ou des résultats d’un autre sujet, causerait chez cet autre sujet les comportements et résultats attendus. Autrement dit, si nous avons des croyances négatives sur nos élèves, ces croyances se réaliseront et perduront jusqu’au moment où nous changerons nos croyances sur eux.
 
Il serait donc avantageux de rapidement changer nos croyances négatives sur nos élèves en croyances positives afin de créer les comportements et les résultats que nous attendons d’eux. Même s’il paraît plus facile de remettre la faute sur nos élèves quand nous observons leurs « mauvais » comportements, je pense qu’il est utile de se remettre en question et de réfléchir aux différentes raisons qui génèrent ces comportements afin de trouver les solutions adéquats qui permettront à vos élèves et à vous-mêmes d’évoluer sereinement dans votre classe.
 
Petite citation du jour
Je suis responsable de tous les comportements que je vis, qu’ils viennent de l’extérieur ou de l’intérieur, car il n’y a que moi qui les perçois ainsi.
Sébastien Cappuccio

Le Blog | Confidences de profs
Confidences de Profs

Enseignant, coach et praticien en hypnose, je m’intéresse aux relations inter-individuelles et plus particulièrement aux relations élèves-professeurs et parents-professeurs et leurs influences sur l’acquisition des savoirs. Je partage, au travers de mon blog, différents outils et différentes réflexions que m’ont apporté le coaching et l’hypnose dans ma pratique du métier d’enseignant.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.