fil-educavox-color1

Jérôme Martin après s’être intéressé à l’histoire de l’orientation professionnelle en France[1], propose un regard sur l’histoire récente, depuis le début des années 2000[2]. Je vous en conseille la lecture préalable à celle de ce commentaire que j’avais annoncé dans mon précédent post[3]. Pour l’essentiel, cette analyse est passionnante et ouvre de belles pistes de réflexion. Je proposerai néanmoins quelques points de discussion.

Un nouveau paysage, de nouvelles règles, de nouveaux acteurs

L’État a donc réorganisé l’accès au supérieur. Dans le domaine de l’orientation, c’est l’évolution essentielle, le fameux bac-3/bac +3, en faisant intervenir de nouveaux acteurs : en premier sans doute, les Universités à qui l’État attribue la fonction de sélection des étudiants et en second les régions qui reçoivent la compétence « information professionnelle ».

La responsabilité individuelle se trouve renforcée. « Les réformes accélèrent des tendances observées qui façonnent une nouvelle figure de l’élève, acteur autonome et responsable de ses choix. » L’accompagnement devient le terme générique pour désigner les diverses activités d’aide à l’orientation des lycéens. Ceux-ci ne sont plus « orientés », mais accompagnés. Basculement de la responsabilité de l’échec éventuel.

Enfin tout ceci permet l’émergence de ce que Jérôme Martin appelle un quasi-marché de l’orientation dont il repère trois composantes :

  • l’aide scolaire avec de grands groupes qui commencent à développer un secteur orientation,  
  • les nombreux cabinets privés d’orientation qui se multiplient, individuels ou fédérés (avec une visibilité numérique),
  • et enfin des plateformes numériques se développent, soutenues par l’État dans le cadre du programme d’investissements d’avenir.

Voilà à gros traits un résumé de l’article de Jérôme Martin. Je vais proposer maintenant quelques points de discussions, car si je suis bien d’accord avec le repérage de ces évolutions, certains points d’explication me semblent discutables.

Une évolution des règles, des procédures d’orientation

« Avec la seconde « explosion scolaire » entamée dans les années 1990 et l’objectif des 80 % d’une classe d’âge au niveau du bac, le principal seuil d’orientation s’est déplacé en aval du système scolaire. » Si ce déplacement a eu lieu, il ne fut pas le résultat d’une évolution continue. Pour cela il est intéressant d’observer l’évolution du taux d’accès aux différents types de baccalauréat[4].

Le plus souvent on invoque la création de diplômes pour expliquer une modification de la pente de la courbe. Mais d’autres événements sont à signaler. L’arrivée de la Gauche et la mise en place de la seconde de détermination engagent 3-4 ans après une accélération jamais constatée de l’angle de la pente vers le bac général. Mais par contre l’intégration de l’objectif des 80 % dans la loi de 89 est suivie d’un plateau qui va durer une dizaine d’années.

Ce qui nous amène à une deuxième affirmation de Jérôme Martin : « Ces textes constituent un corpus duquel émerge une conception de l’orientation à partir de laquelle les politiques publiques sont construites. L’orientation est d’abord précoce, puisqu’elle intervient dès la classe de seconde dans la perspective d’une poursuite d’étude post-bac. »

C’est une manière de voir. Si on remonte à la période d’avant 19l81, l’existence de secondes différenciées menant par filières à des bacs différents, faisait que l’orientation post-bac commençait dès la troisième avec une forte responsabilité des enseignants du collège. Non seulement la grande bifurcation ce faisait-là entre les élus et les rejetés, mais aussi les engagements vers des accès différents à l’enseignement supérieur. La réforme de la seconde unique de détermination déplaçait en partie la responsabilité sur les enseignants de seconde. La dernière réforme DU bac unique et de l’organisation des études au lycée dilue cette responsabilité. La décision d’orientation fin de seconde est revenue à la simple décision du passage en classe supérieure. Mais la bifurcation opérée par les procédures d’orientation de fin de troisième fonctionne toujours, la grosse différence étant la pression à la poursuite d’études supérieures de plus en plus importante dans la population des lycéens professionnels.

Responsabilités

Une des évolutions essentielles est bien sûr Parcoursup. « Cette procédure fait incomber à l’élève la responsabilité de ses choix. L’orientation se veut « personnalisée », prétendant reposer sur un processus individualisé dont la dimension sociale et institutionnelle est totalement éludée. » Et, en même temps, la loi de 2018 a modifié la responsabilité de l’information professionnelle. « L’institution d’une information professionnelle « reliée au tissu économique territorial » confiée aux régions tend à conforter l’objectif d’une orientation-insertion plutôt qu’une orientation-éducation. Ces quatre déclinaisons s’inscrivent dans une longue tradition faisant de l’orientation un instrument de sélection des élèves. Elle repose pour l’essentiel sur les notes scolaires des élèves dans le cadre d’un contrôle continu devenu prépondérant. » 

Si on reste dans le domaine du discours, et le travail de Jérôme Martin porte sur « les transformations idéologiques opérées au sujet de l’orientation » on doit constater au contraire la tenue de ces deux discours qui s’adressent sans doute à des publics différents, mais essentiels dans la mouvance macroniste. On a à la fois un discours de la valeur individu, mais aussi un discours valorisant l’entreprise.

J’ai donc le sentiment au contraire que la double contrainte est en fait maintenue. On a à la fois un discours « éducatif », libérant l’individu des contraintes, « faites ce que vous voulez », « tout est possible quand on veut » et un discours économique, valorisant le travail et l’engagement dans celui-ci. On espère une adéquation entre les désirs individuels et les contraintes du monde du travail. On évoque, pour ne pas dire on invoque, un Parcours Avenir, avec ses injonctions à agir et peu de moyens réels pour sa réalisation, et on attribue aux régions la responsabilité de rappeler au réel par le développement d’une information locale, forcément intéressée économiquement. Et le constat serait que ces deux dispositifs ont bien du mal à s’incarner dans le réel.

« L’émergence d’un quasi-marché de l’orientation »

Jérôme Martin décrit l’émergence d’un quasi-marché de l’orientation qui va sans doute s’amplifier dans les trois sous-marchés qu’il identifie, l’aide scolaire, les cabinets privés et les plateformes numériques.

L’émergence de ce marché est sans doute l’effet de cette nouvelle organisation de l’orientation, avec notamment « les injonctions à l’autonomie » sur lesquelles insiste Jérôme Martin. Mais je pense que la « demande » doit pouvoir se transformer en achat pour qu’un marché puisse s’installer.

La question politique est alors, est-ce un simple effet, conséquence de cette « évolution » ou bien est-ce une organisation nouvelle envisagée par l’État ? L’utilisation du PIA irait dans ce sens. Et dans ce cas, il faut considérer que l’État non seulement se défausse de sa fonction d’aide à l’orientation, mais également quitte sa lutte pour l’égalité sociale en matière d’orientation (ce qui ne veut pas dire que les deux existaient réellement avant). Peut-on en rester à un simple constat de difficultés ou d’échecs de l’État ? Serait-il l’organisateur de son propre échec permettant l’installation de ce futur marché ?

L’opacification de l’orientation

« La notion d’orientation tend à s’opacifier, car elle évacue le cadre réglementaire fixé par les procédures définies en 1973 qui assurent à l’État les décisions d’orientation et d’affectation des élèves du collège et du lycée. Alors que l’orientation demeure donc largement administrée, tout un ensemble de pratiques tend à la désinstitutionnaliser et à l’externaliser et, finalement, à la déscolariser. »

Je ne dirais pas opacification, mais confusion. Le terme d’orientation est utilisé en français et en France, pour désigner deux réalités bien différentes : les actions de l’État pour organiser le parcours scolaire des élèves, et d’autre part le processus du pilotage de sa propre vie. On pourrait ainsi retrouver les clivages classiques du public-social vs privé — psychologique. La réactivation d’une théorie des dons, évoquée par Jérôme Martin[5], renforcerait l’importance du « personnel » dans le champ général de l’orientation. Mais ce clivage est remis en cause depuis longtemps par divers chercheurs et praticiens : cette capacité personnelle est aussi sociale, historiquement située et peut, doit être éduquée. La compréhension de l’orientation doit s’inscrire dans un schéma ternaire et non binaire[6].

Depuis quarante ans, au ministère, les tenants d’une éducation éducative ont tenté de la mettre en œuvre. Si, régulièrement, de nouveaux textes relancent la thématique, les moyens et conditions de réalisations ne suivent pas. Au lycée, les procédures d’orientation sont quasiment déconstruites, laissant libre cours à l’accompagnement, mixte des diverses conceptions, aidante, soutenante, encourageante, voire dirigeante.

Une analyse prémonitoire

À la fin de la lecture de ce texte de Jérôme Martin on ne peut que faire le rapprochement entre ses analyses et les vœux de notre Président. Je conclurais donc ce poste simplement par la citation d’un extrait de ce discours présidentiel[7].

« C’est par notre travail et notre engagement que nous bâtirons une société plus juste. Société plus juste c’est d’abord une société où l’égalité entre les femmes et les hommes est effective, et là aussi, ce qui est la grande cause de mes deux quinquennats, continuera d’alimenter le travail du Gouvernement et de nourrir l’action chaque jour. Mais une société plus juste, elle l’est aussi sur le plan social. Pas par plus d’impôt, non. Ni en léguant plus de dettes aux générations suivantes. Mais, en améliorant l’accompagnement de nos enfants, de nos adolescents, en réformant notre lycée professionnel, en améliorant l’orientation de nos adolescents, pour trouver les bonnes formations et les bons métiers. En réindustrialisant plus vite et plus fort notre pays, pour offrir de nouveaux emplois et des carrières d’avenir. Car la principale injustice de notre pays demeure le déterminisme familial, la trop faible mobilité sociale. Et la réponse se trouve dans l’école, dans l’orientation, dans notre enseignement supérieur, dans notre politique d’innovation et dans notre industrialisation. »

Bernard Desclaux

https://blog.educpros.fr/bernard-desclaux/2023/01/21/regard-de-jerome-martin-sur-lhistoire-recente-de-lorientation/

[1] Jérôme Martin LA NAISSANCE DE L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE EN FRANCE (1900-1940) Aux origines de la profession du conseiller d’orientation, L’Harmattan Collection : Histoire et mémoire de la formation, 2020

[2] Martin, J. (2022). Orientation scolaire et professionnelle : le retour de « l’idéologie du don » ?. La Pensée, 410, 97-107. https://doi.org/10.3917/lp.410.0097

[3] Cinq ans déjà, le statut de PsyEn. https://blog.educpros.fr/bernard-desclaux/2023/01/10/cinq-ans-deja-le-statut-de-psyen/

[4] De nombreux éléments d’informations dans ce texte : Barbara Mettetal. (Publié le 01/09/2020). Massification et démocratisation de l’accès à l’école et à l’enseignement supérieur. http://ses.ens-lyon.fr/ressources/stats-a-la-une/massification-et-democratisation-de-lacces-a-lecole-et-a-lenseignement-superieur#:~:text=%C3%80%20la%20fois%20dipl%C3%B4me%20sanctionnant%20la%20fin%20des,2017%2C%20cette%20proportion%20est%20de%2079%2C6%20%25.%20

[5] « Sous un vocabulaire qui se veut neuf et moderne, c’est en fait « l’idéologie du don » qui affleure, déplacée du champ scolaire vers le champ de l’orientation. Aussi bien s’articule-t-elle au courant des compétences et « soft skills » selon lesquelles l’insertion sociale et professionnelle des individus repose sur leur capacité à mettre en œuvre des dispositions sociales non académiques. »

[6] Pour une présentation du modèle ternaire voir mon article : Bernard Desclaux, L’éducation à l’orientation en tant qu’innovation, publié dans PERSPECTIVES DOCUMENTAIRES EN ÉDUCATION, N° 60 — L’éducation à l’orientation, 2003 (publié en fait en 2005) http://ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/perspectives-documentaires/RP060-3.pdf

[7] Emmanuel Macron. (31 décembre 2022). Vœux 2023 aux Français. https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2022/12/31/voeux-2023-aux-francais

Dernière modification le mardi, 24 janvier 2023
Desclaux Bernard

Conseiller d’orientation depuis 1978 (académie de Créteil puis de Versailles), directeur de CIO à partir de 90, je me suis très vite intéressé à la formation des personnels de l’Education nationale. A partir de la page de mon site ( http://bdesclaux.jimdo.com/qui-suis-je/ ) vous trouverez une bio détaillée ainsi que la liste de mes publications.
J’ai réalisé et organisé de nombreuses formations dans le cadre de la formation continue pour les COP, , les professeurs principaux, les professeurs documentalistes, les chefs d’établissement, ainsi que des formations de formateurs et des formations sur site. Dans le cadre de la formation initiale, depuis la création des IUFM j’ai organisé la formation à l’orientation pour les enseignants dans l’académie de Versailles. Mes supports de formation sont installés sur mon site.
Au début des années 2000 j’ai participé à l’organisation de deux colloques :
  • le colloque de l’AIOSP (association internationale de l’orientation scolaire et professionnelle) en septembre 2001. Edition des actes sous la forme d’un cd-rom.
  • les 75 ans de l’INETOP (Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle). Edition des actes avec Remy Guerrier n° Hors-série de l’Orientation scolaire et professionnelle, juillet 2005/vol. 34, Actes du colloque : Orientation, passé, présent, avenir, INETOP-CNAM, Paris, 18-20 décembre 2003. Publication dans ce numéro de « Commentaires aux articles extraits des revues BINOP et OSP » pp. 467-490 et les articles sélectionnés, pp. 491-673
Retraité depuis 2008, je poursuis ma collaboration de formateur à l’ESEN (Ecole supérieure de l’éducation nationale) pour la formation des directeurs de CIO, ainsi que ma réflexion sur l’organisation de l’orientation, du système éducatif et des méthodes de formation. Ce blog me permettra de partager ces réflexions à un moment où se préparent de profonds changements dans le domaine de l’orientation en France.
Après avoir vécu et travaillé en région parisienne, je me trouve auprès de ma femme installée depuis plusieurs années près d’Avignon. J’y ai repris une ancienne activité, le sumi-e. J’ai installé mes dernières peintures sur Flikcr à l’adresse suivante : http://www.flickr.com/photos/bdesclaux/ .