fil-educavox-color1

Le CNNum propose un trousseau numérique pour tous les français. Alors que les européens doivent élire dans quelques jours leurs représentants au Parlement européen, on se doit de rappeler le constat que fait la Commission européenne : 
« Quelques 30% des européens n’ont jamais utilisé internet. Ces gens – pour la plupart des personnes âgées, sans emploi ou à bas revenus – ne disposent pas des compétences, de la confiance en eux et des moyens d’utiliser les médias numériques et ne peuvent donc pas participer à la société contemporaine ».Digital agenda for europe 

 Les dernières enquêtes réalisées sur l’appropriation du numérique par les français révèlent certes une accélération qui se traduit par plus d’expérience, plus de maîtrise, plus de pouvoirs, mais ils sont encore 37% à ne pas identifier dans leur vie les innovations numériques ou à ne pas avoir le sentiment d’être concernés .Ils sont pourtant plus de 85% à percevoir l’utilité du numérique . La fracture numérique perdure donc, en lien souvent avec la fracture sociale. Tous les français ne sont pas entrés dans l’ère de l’homo numéricus !
 
 
Mais tous les citoyens sont concernés. Car avec le numérique, « nous sommes entrés dans une phase permanente d’apprentissage collectif et de remise en cause personnelle. Les enjeux d’inclusion numérique concernent désormais l’ensemble de la population. »
 
Le Conseil National du Numérique, instance consultative indépendante, saisi en février 2013 par le gouvernement pour étudier la fracture numérique a rédigé un rapport qui propose de faire du numérique un levier pour l’inclusion dans la vie professionnelle mais aussi personnelle.
 
Comment apprendre au grand public comme aux administrations, aux associations et aux politiques à se saisir du numérique et à l’utiliser dans leurs propres projets ?
Comment « inclure » les non-connectés, qui sont également ceux qui sont par ailleurs victimes de marginalisation sociale, culturelle, économique ?
« Penser l’inclusion dans une société numérique impose de construire des politiques pour tous sans perdre de vue ceux qui sont les plus fragiles et qui doivent demeurer la priorité » écrit Valérie Peugeot, vice-présidente du CNNum.
 
Dans son rapport le CNNum propose de faciliter l’accès à Internet à tous et en y rendant disponibles de nombreux services. Il propose de créer un "trousseau numérique" dans lequel chacun pourrait stocker ses documents administratifs.
 
Dans une table ronde intitulée : « Le numérique, enjeu de territoire pour l’égalité des chances et levier d’intégration sociale » lors des Boussoles du Numérique organisées par l’An@é, Pierre CAMANI, sénateur et Président du Conseil Général du Lot et Garonne, membre du CNNum, y expose cette proposition, pour réaliser comme la couverture sociale et la couverture médicale, une couverture numérique pour tous les français.
 
Il en précise le sens dans cet interview.
 
Claude TRAN


Dernière modification le lundi, 10 novembre 2014
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc, chef d’établissement en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis administrateurà l'An@é, actuellement administrateur Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.