fil-educavox-color1

Bernard CORNU, professeur d'Université, est adjoint au maire de Poitiers.

Ancien directeur d'IUFM, et directeur de formation au CNED, il a présidé le conseil d'administration d'un institut de l'UNESCO spécialisé dans les technologies en éducation.
Son regard sur l'école, la pédagogie et bien sur la formation des enseignants, dans un monde bousculé par les technologies numériques de l'information et de la communication, est aiguisée par une expérience professionnelle particulièrement riche.

Quels enseignants pour demain?

" Les enseignants sont les principaux acteur de l'école. Or c'est l'école qui est en train de changer considérablement "
Avant de répondre à la question de la formation des enseignants, il faut préalablement, pour Bernard CORNU, poser celle de l'école dans la société numérique.
"L'attente de la société envers l'école change. Les savoirs changent, la citoyenneté change... Si on arrive à se mettre d'accord sur ce que peut être l'école dans une société numérique, alors on pourra parler des enseignants."

Le traditionnel débat sur l'école lieu de l'instruction ou lieu d'éducation, est aujourd'hui brouillé avec l'irruption du numérique dans les familles, dans les organisations, dans la société.
Si l'Instruction Publique devient en 1932 l'Education Nationale, s'opposent toujours les tenants d'une école centrée sur les apprentissages et les savoirs et ceux d'une école , lieu social , lieu d'éducation et d'intégration dans la société.
Cette "opposition entre, d'un côté les tenants d'un modèle visant à former l'enfant dans sa totalité, au sein de l'école, et de l'autre, ceux qui, tels Condorcet, estiment que l'éducation revient à la famille et le rôle de l'instruction a l'école" est- elle encore d'actualité au moment où comme le précise Bernard Cornu " le savoir aujourd'hui se trouve essentiellement ailleurs qu'à l'école et de plus en plus ".

Comment alors faire coexister au sein d'une Ecole confrontée à un immense " marché éducatif " les trois missions qui lui sont assignées : instruire, éduquer, former ?
La mission de l'école se doit donc d'évoluer afin de s'adapter à cette réalité qu'est la société numérique.
Toutefois " l'école garde des missions fondamentales dans la préparation du citoyen de demain"

L'école pour instruire certes mais développer le raisonnement, la rigueur, l'esprit critique, dans un monde ou la lecture de l'image doit s'apprendre pour combattre les stéréotypes et les préjugés.
Cette école numérique reste à construire

Mettre de la technologie dans l'école fait-elle une école numérique ?

Pour Bernard Cornu, " nos actes quotidiens dans la société ont été transformés par le numérique. L'école est un peu restée à l'écart. » Sa transformation reste à faire.

Et la gouvernance ?

"Les deux grandes caractéristiques d'une société numérique c'est d'une part que tout se passe en réseau et d'autre part qu'elle favorise l'intelligence collective."
L'école se donne-t-elle comme mission de développer certes l'intelligence individuelle des élèves mais également leur intelligence collective ?

L'organisation de l'école, les hiérarchies telles qu'elles sont aujourd'hui permettent-elles cela ?
" Avec une organisation aussi centralisée, l'éducation nationale ne se prête pas spontanément au travail collaboratif, au réseau et a l'intelligence collective. "

Le système éducatif a-t-il besoin de s'ouvrir, a-t-il besoin de faire confiance à l'ensemble des acteurs pour que les transversalités fonctionnent mieux que les verticalités ?

Faute d'évoluer comment imaginer l'avenir ?

Bernard CORNU est attaché à l'Education Nationale porteuse de valeurs et d'une vision de la société ; il souhaite que l'école soit capable de faire les mutations dont elle a besoin.

" Notre pays, dit-il, fourmille de gens qui font des tas d'expérimentation, d'innovations ...mais si on veut que cela touche la masse des élèves il faut que le système se l'approprie. La formation des enseignants est de ce point de vue essentielle ; mais je déplore qu'aujourd'hui, dans les ESPE, le Numérique reste tout à fait marginal et n'est pas vraiment pris en compte dans les stratégies".

Bernard CORNU reste optimiste :
« J'espère que cela va changer ! »

Claude TRAN

 

Dernière modification le mercredi, 29 juillet 2015
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.