fil-educavox-color1

Il est des nombres qui font rêver.

Leur évocation est douce, lorsqu’on les voit, lorsqu’on les entend. Le 64 en fait bien entendu partie. Parce que 64, ce sont les Pyrénées Atlantiques. Ici il n’y a pas de choix à faire. Tout est là. La montagne et la mer, la ville et la campagne. Le soleil et la pluie. Oui, l’herbe n’y est pas verte fluo par hasard, elle est parfaitement nourrie. Dans ce paradis dont je vous suggère ne pas trop parler autour de vous, pour le garder intact, chaque année se tient un rendez-vous incontournable lorsque l’on est passionné d’éducation et de numérique : Eidos 64. L’occasion d’échanger, se nourrir d’idées, rencontrer de belles âmes et regretter d’avoir à quitter ce territoire lorsque le colloque se termine.

La dernière édition en date posait cette question :  « Innover en classe : la résistance est-elle (f)utile? ». 

Je vous propose ici une rétrospective de ce moment, le 1er opus (sur 3) :  

En alternance, le lieu d’Eidos 64, c’est une année Pau, une année Bayonne.

Cette année c’était Bayonne. Voui, la prochaine édition sera donc à... Pau (merci de suivre) le 30 janvier (2019). 

L’ouverture fût ainsi faite par la mairie de Bayonne, qui accueille le colloque, le conseil départemental, puis l’inspection académique. Tous les interlocuteurs, toutes les compétences nécessaires pour impulser ont à cœur de faire évoluer les pratiques, d’entrer sereinement dans les compétences du 21ème siècle.

Le choix est fait de former les esprits plutôt que d’imposer des idées.

L’enjeu n’est pas tant d’équiper les établissements que d’accompagner le changement, animer les groupes de travail, discuter, bref, faire ensemble.

Le premier exposé de cette année a été celui de Stephen Downes : « L’innovation dans le numérique en éducation. »

Vous ne savez pas trop qui est Stephen Downes ?

Il est un des papas du MOOC.

« Dans le cas des MOOC, Stephen Downes pense que «l’impact des cours connectivistes se mesure à l’engagement de chacun et à l’amélioration des connaissances générales de la communauté» extrait de http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/apprendre/mooc/formation-moocs/theorie-connectivisme/stephen-downes-george-siemens (encore et toujours, il y a tout sur Eduscol !)

Au départ de son intervention, S. Downes situe le principe d’innovation :

« Innover veut dire créer de la valeur à partir des idées »« Si on résume de manière commune, l’innovation est : -quelque chose de nouveau (nouveau, authentique ou approuvé) -quelque chose qui crée de la valeur ».

(Ramené à une salle de classe, bon courage pour appliquer le concept !)

Les idées : « Arriver avec de nouvelles idées est plutôt facile, rapide et pas cher, mais ensuite, ces idées doivent être mises en œuvre » Nick Skillicorn.

On sera certainement tous d’accord, on a toujours de bons conseils à faire appliquer aux autres mais quand il s’agit de prendre le taureau par les cornes dans notre propre situation, allez, on se le dit, nous sommes entre nous, c’est une autre histoire !

S.Downes nous rappelle que les innovations telles que définies ci-dessus sont rares.

Par contre, vous l’aurez noté, le corps médiatique dans son ensemble nous démontre chaque minute que nous avons la chance de vivre, à coups d’arguments, photos, slogans présentés comme des morceaux de philosophie prêts-à-ingurgiter que l’innovation est tout autour de nous. Parce que c’est bien connu, tout ce qui est nouveau est innovant… et bien sûr utile. Pardon, je corrige immédiatement, indispensable.

Si on ramène cette histoire d’innovation et de création de valeur à la salle de classe, comment ça se passe ?

Pour S. Downes « Quels sont les paramètres qui motivent l’innovation dans l’univers du numérique éducatif, et quels sont les avantages qui en découlent ? »

- L’environnement de travail (environnement au sens informatique),  

- Le contenu et les ressources éducatives »

Ce fait, ces deux paramètres, nous amènent à réfléchir sur ce qu’est le Mooc, comment il se réalise. Comment, ce qui créé son impact chez les apprenants est fort… ou pas. On peut aussi se poser la question pour tout autre forme de dispositif d'apprentissage. 

Levez la main ceux qui persistent plusieurs minutes sur un environnement numérique non intuitif et dont ce n’est pas le métier. Plus haut s’il vous plaît, on vous voit pas trop…

Downes liste ce qui nous pousse à innover : ce pourquoi nous avons le choix, mais pas trop, quoi…    

- les coûts (donnez-moi les noms de ceux qui ne cherchent pas à toujours les améliorer)

- les événements marquants : avancées scientifiques majeures, liés à des contraintes politiques,  

- l’accroissement de la population (ah oui au fait, ça change deux trois trucs dans notre vie à chacun, quand même, de tripler de population en 100 ans…)

Ces facteurs sont extérieurs à notre volonté, ils sont présentés comme inévitables, on ne sait pas trop où ils vont nous mener… Et ils représentent une forme de contrainte, quelque part.  

Donc ça, c’est ce qui nous pousse à innover.

Concernant ce qui nous donne envie, les « facteurs d’attrait », ce que nous voulons, ce pourquoi  nous mettons de l’énergie « de nous-même » pour nous développer, pour faire grandir notre moi :

- Pourquoi est-ce qu’on fait ce qu’on fait ?

- A qui, pour qui, pour quoi dédie-t-on notre énergie ?

- C’est quoi l’intérêt ?

- Quelles en sont les valeurs fondamentales ?

-  Les objectifs ?

Il y a des tendances dans les facteurs d’attrait, vous saviez ? Oui, sans doute… Cette image de l’histoire des modes de l’innovation est intéressante :

Downes eidos

Ici Downes liste les innovations éducatives de notre époque :

Innovations Downes

Je ne sais pas vous, mais autant bien sûr j’ai déjà vu des applications plus ou moins réelles de toutes ces innovations, autant les imaginer dans toutes les salles de classe de France et de Navarre dans un objectif d’apprendre « mieux » me fait sourire, à l’heure où objectivement, nous n’en sommes toujours pas à un passage à l’échelle « global ». Le nombre de classes encore mal connectées… très peu équipées, équipées mais pas motivées… bref…

Voilà la réelle innovation au sens de Downes :

Downes conclusion Eidos

 

Un melting pot de toutes ces valeurs…

Toute la présentation de S. Downes ici même : https://www.downes.ca/cgi-bin/page.cgi?presentation=486

Bon et donc... dans ma salle de classe, je suis poussé.e à faire autrement parce qu'il n'y a plus de budget (ou beaucoup moins), les élèves que j'ai en face de moi ont du mal à se concentrer, une seule manière d'enseigner ne convient pas aux 27 enfants dont j'ai la charge, et pendant ce temps, les injonctions du ministère, de l'académie, de mon établissement se collectent comme les pin's dans les années 90. 

Comment font les autres ? Qu'est-ce qui fonctionne ? Où est-ce que je trouve l'information ?  

La suite dans le 2ème opus... ;o) 

Dernière modification le mercredi, 19 septembre 2018
Elbaz Jennifer

Vice-présidente de l'An@é.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.