fil-educavox-color1

Les rencontres « Education à l'image, aux médias et au numérique » ont eu lieu les 8 et 9 juin à la cinémathèque de Paris. Elles étaient organisées par le Ministère de la culture et de la communication en partenariat avec la Cinémathèque Française, le CNC, le CLEMI, le Ministère de l'éducation nationale et l'Agence du numérique. http://www.rencontres-numeriques.org/2015/

« A l'heure de la révolution digitale, l'éducation à l'image, aux médias et au numérique s'impose plus que jamais comme une thématique nécessaire de travail et un enjeu à partager »

Cette rencontre avait pour objectifs de valoriser et de partager expériences, projets et pratiques et de susciter réflexions et échanges,  s'appuyant sur des projets développant les dimensions de créativité et de citoyenneté chez les publics bénéficiaires. Ces actions relèvent du temps scolaire et du hors temps scolaire, et sont portées par des structures culturelles et socio-culturelles, des médias nationaux et de proximité, des acteurs de l'éducation nationale et de l'éducation populaire

Passeurs d’images école et cinéma, Céméa, Ligue de l’enseignement,  Clémi et divers mouvements et associations ont décrit leurs dispositifs permettant de créer des ponts entre "culture" et "pratiques culturelles" des jeunes d’aujourd’hui.

Invitée à ces rencontres j’ai donné à titre d’exemples significatifs, quelques pistes  de réalisations et créations déjà publiées sur Educavox et que je complète ici.

Elles illustrent une manière d’intégrer les usages actuels liés aux pratiques numériques,  à savoir, un projet d’atelier réalisé avec résidence d’artiste dans un lycée de Bergerac (24): Selfies 3d et atelier numérique au lycée de La Brie, ou  TransiMOOC Passeurs d’Art  qui utilise créativité, entraide et solidaritéou encore un projet de déambulation urbaine proposé par le CAUE (Rhône)

Atelier numérique au lycée de la Brie

atelier numérique 1

Pour cette résidence, l’artiste numérique Philippe Faure a utilisé la technologie d’un scanner mobile afin de réaliser une captation numérique des visages et des bustes d’élèves en terminale Bac Pro, au lycée agricole de Bergerac.

Il est un des rares artistes actuels à utiliser cette technologie au sein d’un établissement scolaire et d’y proposer toute une série d’ateliers numériques qui font écho à ses propres recherches sur l’identité numérique, les avatars et autres artefact digitaux. Ces nouvelles réalisations concernant des postures identitaires intergénérationnelles (smartphones et selfies 3d) interrogent la notion de "corps connecté" ; ce travail nous questionne sur les pratiques et comportement actuels et futurs de ces adolescents "natifs du numérique". Pour peu qu’on travaille l’identité sur les réseaux sociaux…et la créativité donne un tout autre regard plus profond plus curieux plus durable.

 Autre exemple : Ateliers de musique

Depuis 2009 l'Association DOLABIP et le SCRIME (Studio de Création et de Recherche en Informatique et Musique  Electroacoustique  LaBRI Université de Bordeaux 1 ) organisent dans le cadre de la Semaine du Son les Ateliers de Musique Numérique de Talence.
 
Ce partenariat entre Le SCRIME (Studio de Création et de Recherche en Informatique et Musique  Electroacoustique  LaBRI Université de Bordeaux 1) l'Association DOLABIP (Recherche et Diffusion de la pédagogie des instruments électroacoustiques). Depuis sa création ces rencontres, ont permis à  plus de 1500 élèves de rencontrer la création musicale contemporaine, d'échanger avec les compositeurs et de jouer sur des dispositifs musicaux qui d'ordinaire restent confidentiels.
Cela donne la possibilité aux concepteurs d’avoir un retour quant à l’utilisation de leur instrument par un public varié et d’autre part pour permettre à des « non musiciens » d’accéder à des instruments ne nécessitant pas un long apprentissage technique avant d’obtenir un contrôle de leur production sonore.

Un des  axes de ce projet est aussi d'amener des élèves à venir travailler au sein de l'université.  Les élèves des classes en « zone urbaine sensible » proches de l'université qui ont souvent participé aux ateliers pourront à présent se dire qu'ils ont déjà travaillé à l'université. Eux même comme leurs parents peuvent désormais s'autoriser à penser qu'aller à l'université ; "c'est possible". Un espoir "secret" de ce projet serait de pouvoir, un tant soit peu, faire évoluer certaines représentations qui interdisent à certains milieu de penser à s'engager dans des  études longues. Article Philippe Guillem

TransiMOOc Passeurs d’Art

TransiMOOC est une méthode développée par Transapi basée sur les pédagogies actives proposant de replacer le jeune au centre de son apprentissage en le rendant complètement acteur de ses savoirs et en mettant l’accent sur l’entraide et la solidarité. La créativité des jeunes est mobilisée pour la réalisation de courtes vidéos qui sont ensuite scénarisées dans un parcours éducatif type "MOOC"
Le MOOC Passeurs d’Art, dont le thème principal est « comment regarder une œuvre d'art? » permet à des jeunes issus de classes en situation scolaire compliquée de créer des contenus de médiation culturelle, autour des deux expositions partenaires que sont Jean-Paul Gaultier au Grand Palais et #Pics Up! au BAL.
 
Les jeunes ont su questionner l’objet d’art, la mode, la photo, la question esthétique. Ils sont sortis de leur zone de confort, sont devenus créatifs, ont osé essayer et recommencer. Début mai, ils iront visiter les expositions qui ont été les moteurs de leurs créations.

Infos: http://transapi.fr/transimooc-passeursdart/

Autre exemple d’un Mooc « L’impressionnisme : du scandale à la consécration » qui s’est achevé en février 2015.

A suivre le compte twitter : https://twitter.com/MoocCulture

Déambulation urbaine et écriture collaborative au collège (Rhône)

20aec1000792a4f0016030e25e4a3154 XLMercredi 20 mai 2015, le CAUE Rhône Métropole a organisé une rencontre autour des projets scolaires dont il est partenaire en 2014-2015 en donnant la parole aux élèves, enseignants, professionnels intervenants. Ces actions éducatives s’inscrivent dans des dispositifs de l’éducation artistique et culturelle portée par le Rectorat de l’Académie de Lyon, la DRAC Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes. En 2014-2015, 17 projets ont ainsi été menés dans des établissements du Rhône et de la Métropole. 

Voici par exemple un exemple d’écriture collaborative : http://www.educavox.fr/innovation/pedagogie/architecture-et-scolarite

Les dispositifs de médiation

Tous les lieux de culture, musées, lieux patrimoniaux et d’exposition, les lieux de médiation culturels et scientifiques intègrent le numérique dans leur manière d’accompagner les différents publics.

Un exemple : le Cube,  lieu de référence de la création numérique. Créé en 2001 à l’initiative de la Ville d’Issy-les-Moulineaux, il est un espace de la Communauté d’Agglomération Grand Paris Seine Ouest.

Site internet : www.lecube.com/

Par exemple, l’exposition jusqu’au 25 juillet 2015 « Robot pour être vrai », où l’artiste France Cadet explore la robotique et les nouveaux médias, naviguant entre les arts et les sciences.

Et voici le retour en images sur la deuxième édition du Prix Cube - Prix International Jeune création en art numérique. http://www.educavox.fr/accueil/breves/retour-en-images-sur-la-deuxieme-edition-du-prix-cube-prix-international-jeune-creation-en-art-numerique

Le monde numérique présent dans nos usages quotidiens nécessite, chacun le sait, une approche différente de l’accès aux informations et aux connaissances.

Qu’en est-il à l’école ?

Nombreux sont les enseignants qui aujourd’hui intègrent outils et approches nouvelles, et utilisent de nombreux dispositifs de médiation culturelle. Il est nécessaire de faciliter la tâche des enseignants et non de la complexifier. Lorsqu’on a les outils et le Très Haut Débit partout ce qui est loin d’être le cas, construire ses cours avec de nouveaux outils, logiciels et ressources en ligne, produire, mutualiser, s’exposer en mettant ses cours à la disposition de chacun et des parents…on envisage la complexité de la mise en œuvre.

Les enseignants ne font-ils pas eux aussi partie des experts ? Le changement ne se fera pas sans intégrer la réalité des classes et des équipements, l’interopérabilité des systèmes par exemple, une réflexion sur les espaces, les temps, une vision différente de la formation. Cours à distance, collaboration et accompagnement au plus près des réalités des classes semblent se conjuguer aujourd’hui.

La révolution éducative sera t-elle au rendez-vous ? Voici un extrait de l’article : http://www.educavox.fr/accueil/debats/la-revolution-educative-sera-t-elle-au-rendez-vous que j’ai publié à l’occasion du forum Changer d’Ere qui s’est déroulé à la Cité des sciences le 3 juin.

Les espaces, les temps, la co-construction de nouveaux modes de gouvernance et du vivre ensemble

  • Les lieux d’éducation et de culture en accès permanent. Les espaces d’apprentissages et de culture (habitat/ Transports/lieux de médiation culturelle ou scientifique) deviennent des lieux ouverts et les outils sont à disposition de manière permanente
  • L’école  se conçoit en espaces mobiles, se structure en groupes de projet et d’apprentissages au profit de l’individualisation des apprentissages. Les projets s’amplifient  à l’échelle européenne et mondiale.
  • Les temps se transforment en  horaires modulables intégrant du temps pour les équipes de projet et pour la formation continue.

Cela exige d’autres modes de gouvernance avec des relations de confiance, une grande  autonomie pédagogique et le travail en commun de tous les personnels : enseignants, intervenants culturels, médiateurs, assistants techniques. Cela demande de nouveaux modes d’évaluation.

Les changements de posture et de pédagogie

L’intégration d’outils actuels ne peut être efficace que s’ils sont au service d’une autre relation aux savoirs et aux apprentissages, par les échanges, par la collaboration par la co-construction, par un regard positif sur les démarches d’expérimentation, par la mise en œuvre d’une culture numérique (litteracy). Les connaissances,  les informations sont à portée de clics ou de doigt, les transformer en savoirs demandent d’autres compétences.  Compétences informationnelles certes et savoir pratiquer « une diététique de l’info »  s’exprimer, argumenter, savoir publier deviennent essentiels. On comprend bien une des  difficultés actuelles, mettre en adéquation les temps, les espaces, les savoirs fondamentaux,  les programmes, la formation des intervenants et celles des formateurs…

La formation

La formation intègre désormais les formations à distance,  « mooc » ou autre formation hybride, dispositifs en réseaux et se heurte aujourd’hui aux fonctionnements cloisonnés en horaires, en disciplines et souffre d’un effet pygmalion interne qui prive l’institution des outils et des méthodes venues d’autres milieux professionnels. D’autres compétences s’invitent peu à peu dans les lieux de formation : apprendre à communiquer, à scénariser, à utiliser des « storytelling », à analyser ses gestes professionnels entre pairs,  à développer des compétences informationnelles et une culture numérique,  une « litteracy » à la hauteur des enjeux médiatiques d’aujourd’hui.

Poursuivre les réflexions

30f9b58c35822c66d13cd50104e1520a LLe numérique est un outil transversal, il n’est pas neutre dans ses usages il touche profondément à nos cultures et nos pratiques, jusqu’à nos manières d’apprendre ou de structurer notre pensée.

Les croisements de regards sont parfois le déclencheur de créativité.

Pour exemple ce projet "Cinéma muet, concert en live et pédagogie 2.0: une alliance innovante", mené par Anne Andrist dont voici la présentation :

http://www.educavox.fr/innovation/pedagogie/cinema-muet-concert-en-live-et-pedagogie-2-0-une-alliance-innovante

 

Merci donc à ces rencontres qui font se croiser les pratiques, les approches, les regards  

Ouvrir les données et faciliter l’accès pour tous, multiplier les rencontres de tous les acteurs (colloques/ Expositions/ Fablabs/ Ateliers bidouilles/lieux de médiation…), facilitent les changements de représentation et essaiment ainsi de nouvelles pratiques,   beaucoup plus rapidement. C’est ainsi que les paramètres et contraintes de chacun sont intégrés non pas dans des oppositions mais dans des constructions de projets opérationnels. C'est ainsi que la Culture "institutionnelle" "validée", a rendez-vous avec les pratiques culturelles de tous...

Michelle Laurissergues

Références des participants à la matinée

http://www.cinematheque.fr

Témoin chercheur : Hervé Le Crosnier, maître de conférence (Université de Caen Basse-Normandie)

Des pratiques sociales à la création : les champs de la culture numérique

https://about.me/hervelc - http://bit.ly/1tL3SjX

CEMEA (Paris) : Christian Gautellier, directeur national en charge du pôle Média,

Education et Citoyenneté

http://www.cemea.asso.fr/ http://www.enjeuxemedias.org/

# Kyrnéa / Passeurs d'images

(Paris) : François Campana, directeur & ACRIRA(Grenoble) : Amaury Piotin, coordinateur Passeurs d’images Rhône-Alpes

http://www.passeursdimages.fr/ http://www.acrira.org/

Dernière modification le jeudi, 07 décembre 2017
Laurissergues Michelle

Tout d’abord enseignante en école maternelle, directrice d’école, maitre formateur, directrice du centre Départemental de documentation pédagogique en Lot-et-Garonne (actuellement CANOPE),  responsable associative au niveau des écoles maternelles de 1973 à 1994, présidente nationale de l’An@é de 1996 à 2017 qui a créé le site Educavox dont je suis responsable éditoriale.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.