fil-educavox-color1

Par Gilles Berhault @GillesBerhault, Fondation des transitions, Fondation FACE

Municipales 2020 : à la recherche du « game play[1] » des territoires ? Certains qui n’ont pas connu le millénaire d’avant peuvent voter !

Mots vrais d’un adolescent 16 ans en 2018 : « - Papa je me suis fait un nouveau copain. On a échangé sur internet. On aime les mêmes jeux… »

« - Il s’appelle comment ? Il fait quoi ? » « -Thomas, école d’ingénieur ».

« - Et il vit où ? ». « - Mais Papa pourquoi tu me poses la question ? Cela ne m’intéresse pas ! ».

Si les mots dérangent, ils doivent interpeller ceux qui aspirent à un mandat municipal.

Bien sûr le premier réflexe serait de se dire que vraiment cette génération obsédée d’écran ne pense qu’à jouer, qu’ils ne pourront pas avoir le sens des responsabilités. La réponse est bien plus complexe.

Et pourquoi vouloir séparer un territoire virtuel d’un territoire physique puisqu’il n’y en a qu’un seul. Ou plutôt un archipel de territoires juxtaposés.  

La « génération gaming » qui est aussi celle d’Instagram, des séries et du Manga… du dérèglement climatique et des pollutions.

Elle est née avec le siècle, avec la perte d’influence de la télévision. Les jeux vidéo sont une pratique de masse passionnée qui transforme très rapidement les comportements. Ceux qui ont 25 ans sont bien différents de ceux qui ont 15 ans.

Les parents s’inquiètent de la présence des écrans, encouragés par des articles des médias bien-pensants qui affirment que l’écran est mauvais, qu’il faudrait en protéger les enfants, etc. Ces ‘papyboomers’ qui ont rendu célèbre sur les réseaux cette réponse d’une jeune députée neo-zélandaise interrompue par un collègue nettement plus âgé : « OK boomer ! ». Cela rappelle les grands parents qui eux pensaient que la punk ou même le rock and roll annonçaient la fin du monde… Au-delà d’un finalement classique conflit générationnel se joue une métamorphose complète qui en appelle à toutes les dimensions de nos vies : identité, culture, fondement même de l’apprentissage, relation à l’autre, dans une vitesse de métamorphose culturelle inconnue.

Comprenons que la pratique du jeu vidéo est riche d’enseignement, peut apporter une vision plus systémique favorable à une compréhension « développement durable » du monde.

Mais ne sous-estimons pas non plus les risques, sanitaires et énergétiques. Et si la pratique des jeux dits de bac à sable[1], de stratégie, RPG (jeux de rôle) confère des capacités intellectuelles, cognitives et collectives intéressantes, elle est aussi sujette à de nouvelles exclusions. Nous sommes face à une vitesse de transformation inconnue dans l’histoire humaine, alors que sa démographie a explosé en quelques décennies.

À quelques semaines des élections municipales, les candidats ont-ils compris que cette génération qui va voter pour la première fois – on peut l’espérer - est différente dans sa relation au territoire. Les futurs maires qui n’intègrent pas cette transformation, auront les plus grandes difficultés à les impliquer par la suite dans la vie du territoire.

La génération gaming a ses propres médias y compris sur un plan politique, ce n’est pas Facebook, mais Instagram, Youtube et les ‘chats’ de Discord ou de Jeuxvideos.com.

C’est un monde plus divers, mais toujours aussi manipulable, où s’expriment aussi les idéologies paranoïaques, complotistes, racistes… comme sur les grandes chaînes d’information. Mais sur Internet, il y aussi Zerator, Jérôme Jarre, Boyan Slate ou Greta Thunberg. Ils sont jeunes et engagés, ils agissent dans une recherche de l’intérêt général.

Prenons trois références minimales à pratiquer (avec bien d’autres) pour préparer sa campagne électorale.

  1. Le jeu Minecraft a été vendu à 150 000 millions d’exemplaires avec beaucoup plus de joueurs. Dès 8 ou 9 ans on peut créer un univers cohérent et vivant, construire des maisons et des villes… et même comprendre que on bâtit il faut des matériaux, que quand on coupe un arbre, il est important de replanter.
  2. ReadyPlayerOne est une extrapolation cinématographique de Spielberg d’un monde parallèle virtuel devenu le territoire de rencontre de toute l’humanité et dénommé l’Oasis. Dans cet univers qui s’affranchit des capacités physiques, où l’on peut choisir son aspect, évidemment fonction des moyens financiers issus de la vie réelle, mais aussi avec des gains et une monnaie propre au lieu.
  3. Wattpad est une plateforme Web et mobile dédiée à la lecture et à l'écriture qui rassemble une communauté de 45 millions de personnes, dont 1 million en France. Des écrivent des « fan fictions », généralement sous la forme du roman-feuilleton. Les lecteurs sont invités à poster leurs commentaires, tant sur un auteur, un livre ou un paragraphe. On y trouve toute la demande de narration des jeunes.

Plus jamais on ne pourra considérer les territoires de la même façon.

Le 20e siècle a vu chacun étendre sa mobilité grâce au développement des technologies de transport, ouvrant aussi son univers culturel. Le 21e siècle est celui de la multiplication des territoires et des capacités à les transformer en temps réel. Le monde vit un nouvel individualisme, ce qui ne veut pas dire égoïsme mais plutôt une individuation assumée.

Mais quelle cohabitation entre ces nouvelles générations et les autres est possible ? Comment faire société ? Probablement cela confère au maire une nouvelle responsabilité.

Un jour une demoiselle de 12 ans m’a dit un jour « Papa, je suis contente de ne pas être née avant… parce qu’internet n’existait pas ».

J’espère qu’elle entendra elle aussi un enfant lui dire une phrase qui commence pareil : « je suis content de ne pas être née avant… ». La suite, ce sont eux qu’ils l’inventeront.

« Ok Boomers » ?

Gilles Berhault


[1] Jeux de rôle avec des environnements sans scénario prévu, avec une grande liberté de d’évolution des personnages.

Dernière modification le dimanche, 02 février 2020
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.