fil-educavox-color1

L’Université des Transitionneurs organise du 19 novembre au 17 décembre 2020, avec 15 tiers-lieux urbains, péri-urbains et ruraux, une réflexion ouverte sur « comment faire ?» pour relever les défis « des transitions numériques, écologiques, énergétiques et culturelles ».

Cette université est une initiative de la Fondation des Transitions qui regroupe des acteurs de l’économie et des territoires, pour réfléchir et proposer des pistes d’actions face « à l'augmentation du nombre de personnes en grande difficulté, à la dégradation de l'environnement et aux dérèglements climatiques », avec un slogan « Donner à chacun la possibilité d'agir … », et une ambition collective : celle du « bien vivre » sans exclusion. Gilles Berhault est son délégué général.

L’Université des Transitionneurs organise donc cinq webinaires sur le thème “Faire territoire, en confiance et proximité’’, ouverts à tous, gratuits,  chaque jeudi du 19 novembre au 17 décembre. ; une heure en visioconférence, pour partager des expériences et des propositions d’innovations actives.

Les questions posées : comment « enrichir la proximité immédiate ?», comment « mieux habiter le territoire ?» Il s’agit de « trouver ce qui crée de la dynamique et de l’envie ».  

La question du territoire est à la base des défis à relever et le rôle du numérique y est à discuter.

La première rencontre du jeudi 19 novembre avait pour titre « Proche ou lointain ? phygital ou complémentarité ? » (Le mot phygital (« loin-près » pour les canadiens) définit une nouvelle façon de communiquer, plus hybride)

Nous ne sommes plus en numérique ou en présentiel, en synchrone ou en asynchrone… On mélange tout cela et tout le temps. C’est aussi une façon de travailler vraiment différente… et subie pour beaucoup, même si elle est désirée par d’autres. Des tiers lieux inventent, partagent et coopérèrent en présentiel au niveau local, à distance sous un mode collaboratif pour ensemble, « faire territoire »  …(extrait du texte de présentation sur le site https://www.les-transitions.org/université-des-transitionneurs)

01ard18novDe 17h à 18h, ce jeudi 19 novembre, plus de soixante participants dans un dispositif de visio conférence « zoom » qui a bien fonctionné et dont on peut revoir la séance sur le site. Des interventions de « discutants » et des témoins de trois tiers lieux ; un bon rythme d’échange, même si l’intervention à distance exige une expression plus directe et assez brêve.

Une question en lancement du webinaire : Quelles sont les transformations dans nos échanges et nos relations que provoque la crise sanitaire actuelle ? Comment vit-on la présence à distance ?

Delphine Buisson, directrice d’une entreprise, témoigne combien la relation digitale peut être forte, et qu’on peut faire de belles rencontres à distance.

Elle donne quelques clés : inclure la relation digitale dans une organisation hybrique :

  • élaborer des modalités simples et fonctionnelles,
  • avoir un management clair ;
  • établir un contrat relationnel explicite.

Le numérique crée de la complexité, et il faut faire de cela une opportunité.

Pour Francis Jutand, il faut regarder loin et imaginer, pour construire cette hybridation « distance et présence », potentiellement riche

Pour Richard Collin, il y a un choix opérationnel à faire dans son territoire avec le numérique comme accélérateur d’initiatives et de projets.

Les témoignages des tiers lieux.

Le paradoxe est que souvent un tiers lieux, comme le fablab, est un espace où on se retrouve pour faire, et donc le travail à distance présente un risque ; il y a un travail d’articulation à développer. La remarque qui ressort de ces témoignages, c’est l’importance de la dimension humaine : veiller à chacun pour éviter le décrochage, redoubler d’attention à tous, se mettre au service de , renforcer l’empathie, témoigner de reconnaissance envers chacun.

En conclusion de cet échange du jeudi 19 novembre, on retiendra qu’il y a indéniablement des compétences et des capacités nécessaires pour faire vivre utilement ces relations près/loin, pour structurer la jungle des réseaux sociaux, pour mobiliser d’autre sens relationnel pour arriver à articuler la dimension humaine et les modalités réticulaires. Enfin Il faut apprendre à connaitre son territoire, le plus finement possible, avec ses ressources, ses acteurs, ses réseaux, ses projets.

On se prépare avec intérêt aux prochaines rencontres ….

26 novembre  : Alimentation territoriale économie circulaire ?

3 décembre : Faire territoire. Tisser la confiance et le lien social ?

10 décembre : Des tiers lieux, cœur du territoire ?

17 décembre : Quels communs territoriaux ? innovations et adaptation dans un contexte de crises ?

Yves Ardourel

Dernière modification le jeudi, 26 novembre 2020
Ardourel Yves

D'abord enseignant de mathématiques en collège et lycée, puis maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'IUFM Midi-Pyrénées (médiatisation des connaissances et l'intégration des TIC dans les dispositifs de formation). Retraité depuis octobre 2014, président de l'association FReDD* (Film, Recherche et Développement Durable). Administrateur de l'An@é.

FReDD* coordonne un festival audiovisuel annuel sur la diffusion de la culture scientifique et la promotion de films dans l'univers numérique, associées aux problématiques d'un développement durable.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.